[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > à tous les diables

à tous les diables


"Et vous, qui êtes cause de leur folie, sottes billevesées, pernicieux amusements des esprits oisifs, romans, vers, chansons, sonnets et sonnettes, puissiez-vous être à tous les diables !"
Les Précieuses ridicules, sc. XVI

L'usage de l'adresse au public en fin de comédie, que Molière réintroduit sur le théâtre français avec Les Précieuses ridicules, sera imité dans les "petites comédies" des troupes concurrentes dès l'année suivante :

Allez dire aux maris des champs et de la ville
Que la précaution leur est inutile.
(p. 42)

Ne soyez plus jaloux de peur d'être surpris,
Et de trouver chez vous de semblables esprits.
(p. 32)

  • La Feinte mort de Jodelet (1660) de Brécourt :
Cependant, si quelqu'un de vous voulait mourir,
Qu'il s'en vienne chez nous : on y meurt de plaisir.
Nous chassons les accès de la mélancolie.
On a toujours la farce après la comédie :
Vous le verrez demain, environ sur le soir.
Mais ne me croyez pas, Messieurs, venez-y voir !
(éd. C. Mazouer, in Farces du Grand Siècle, Paris, Le Livre de Poche, 1992, p. 269).




Sommaire | Index | Accès rédacteurs