[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > ô temps, ô moeurs

ô temps, ô moeurs


"j'ai eu beau crier : 'ô temps, ô moeurs'."
Les Précieuses ridicules, Préface

La plaisanterie qui consiste à invoquer, de manière grandiloquente, la célèbre formule des Catilinaires de Cicéron est classique.

On la retrouve, par exemple, dans Le Barbon (1654) de Guez de Balzac :

Mais il n'y eut pas moyen de l'empêcher d'aller chez Monsieur le Garde des Sceaux, crier de toute sa force contre le temps et contre les moeurs.
(p. 700)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs