[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > A Monsieur Mignard

A Monsieur Mignard


Paul Scarron, "A Monsieur Mignard, le plus grand peintre de notre siècle", Dernières Oeuvres, 1663, t. II

A MONSIEUR M I G N A R T,
LE PLUS GRAND PEINTRE
de notre siècle.

Inimitable MIGNART,
Qui même dans l'Italie ,
As fait admirer ton art
Malgré la haine et l'envie :

Depuis que loin de ces lieux
Qu'embellissaient tes ouvrages,
Tu charmes ici nos yeux ,
Et mérites nos hommages ,

Mille Peintres forcenés
De voir où ta gloire monte
Contre toi sont déchaînés ,
Et ne le sont qu'à leur honte.

Mais laisse les peindre mal,
Et même chanter victoire;
Pousse toujours ton cheval
Dans le chemin de la gloire.

S'il poursuit de mieux en mieux
Le train que tu lui fais prendre,
Tous ces lâches envieux
N'auront bientôt qu'à se pendre.

Les plus insolents d'entre eux,
Les plus hardis à te mordre.
Se trouveront bienheureux:
De travailler sous ton ordre.

N'ayant plus à travailler,
Si ce n'est avec des brosses,
Nous leur verrons barbouiller
Des tripots et des carrosses.

Tandis qu'estimé de tous,
Des rois, princes et satrapes,
Tu boiras parfois chez nous
La liqueur qui vient des grappes.

Près d'un feu qui sera bon ,
Quoique le feu d'un pauvre homme,
Nous ferons le parangon
De Paris et de ta Rome.

De succulentes perdrix,
Et des chapons gras du Maine,
Te donneront du mépris
Pour tes mets à la romaine.

Les nôtres bien apprêtés
Usurpaient les veaux monganes ,
Comme nos rares beautés
Effacent ses courtisanes.

Tu te lasseras un jour
De vivre à la pittoresque ,
Et croiras que notre cour
Vaut bien la cour romanesque.

Tu la mettras en oubli,
Ou tu n'y songeras guère ,
Quand tu seras établi,
Et riche à la financière.

Une autrefois à loisir
Je t'en dirai davantage ;
Cependant j'ai grand désir
De te donner un potage.

Tu sais bien que le crayon
Qui se gâte à la poussière,
N'est encore qu'un rayon
De la future lumière.

Viens, viens donc demain chez moi
Finir cet ouvrage rare;
Pour te remener chez toi,
Un convoi je te prépare.

Ce seront des hommes forts,
Armés de bonnes bombardes,
Qui répondront corps pour corps
De Mignard et de ses hardes.




Sommaire | Index | Accès rédacteurs