[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > A moins que l'on se jette à la tête des hommes

A moins que l'on se jette à la tête des hommes


"Notre gloire n'est plus aujourd'hui conservée,
Et l'on n'est plus au temps de ces nobles fiertés
Qui par un digne essai d'illustres cruautés,
Voulaient voir d'un amant la constance éprouvée.
De tout ce noble orgueil qui nous seyait si bien,
On est bien descendu dans le siècle où nous sommes,
Et l'on en est réduite à n'espérer plus rien,
À moins que l'on se jette à la tête des hommes."
Psyché, acte I, scène 1, v.280-287.

Ce comportement, déjà dénoncé dans Le Misanthrope, est décrit par la littérature mondaine, par exemple dans les Œuvres galantes (1663) de Charles Cotin :

Vous ne me croyez peut-être plus capable d'estimer les choses selon leur valeur; et pour m'apprendre le prix de celles que je vous demande, vous prétendez me les faire acheter par les peines et les sollicitations de ma parente. Hé quoi, Monsieur, parce que vous avez ouï dire que c'est aujourd'hui la mode que les Dames fassent les avances, vous voulez que les belles filles vous prient. Ah c'est bien assez, ce me semble, qu'elles souffrent d'être priées, et de se relâcher sur ce point en faveur de la corruption du siècle.
(éd. de 1665, "Lettre CV. Des Précieuses", p. 244)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs