[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Acheté la qualité de son mari

Acheté la qualité de son mari


"J'aurais bien mieux fait, tout riche que je suis, de m'allier en bonne et franche paysannerie, que de prendre une femme qui se tient au-dessus de moi, s'offense de porter mon nom, et pense qu'avec tout mon bien je n'ai pas assez acheté la qualité de son mari."
Georges Dandin, I, 1

Le motif de l'épouse noble "achetée" par un mari de condition inférieure avait été évoqué dans La Précieuse (1656-1658) de l'abbé de Pure :

Dans cette pensée, il acheta une terre dans notre province et, quelque temps après, il y acheta aussi une femme, car il faut que je parle ainsi d'un mariage où on demeura trois mois à stipuler seulement le prix et la somme qui devaient être mise dans le contrat; et certes, ce n'est pas une liberté que je me donne de dire qu'il l'ait achetée, car son peu de naissance avait si peu de rapport avec la condition de ce parti, que l'argent même et les sommes immenses n'en pouvaient jamais faire de juste supplément.
(éd. Magne, Paris, Droz, 1938, t. I, p. 278).




Sommaire | Index | Accès rédacteurs