[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Après s'être peigné

Après s'être peigné


"MASCARILLE, après s'être peigné et avoir ajusté ses canons"
Les Précieuses ridicules, sc. IX.

Dans "Les Lois de la galanterie" (1658) de Charles Sorel, l'usage du peigne est présenté comme un trait caractéristique du galant :

Après que vous serez assis, et que vous aurez fait vos premiers Compliments, auxquels vous aurez ajouté quelque nouvelle de la Cour ou de la Ville, il sera bien séant d’ôter le Gant de votre main droite, et de tirer de votre poche un grand Peigne de corne, dont les dents soient fort éloignées l’une de l’autre, et de peigner doucement vos cheveux, soit qu’ils soient naturels ou empruntés.
(§ XV)

La notation figurait déjà dans le roman parodique du roman Le Berger extravagant (1627) :

Il serait bon aussi d'avoir la petite brosse pour se retrousser la moustache parfois ; mais surtout il ne faut pas manquer d'avoir toujours le peigne en mains ; j'entends parler de ces peignes de corne que les mignons portent aujourd'hui pour se démêler la chevelure.
(Partie I, Livre 6, p. 226).

Ainsi que dans le Polyandre (1648) du même Sorel :

Etant sur l'escalier, il n'oublia pas de tirer de sa poche une peigne d'écaille de tortue pour démêler ses cheveux, et il était bien fâché de ce que l'obscurité du lieu l'empêchait de se servir d'un petit miroir qu'il portait toujours sur soi, comme à un meuble des plus nécessaires à un galant de sa sorte.
(p. 49)

Dans le Remerciement au roi, la Muse déguisée en marquis reçoit le conseil de se peigner galamment ("vous peignant galamment").




Sommaire | Index | Accès rédacteurs