[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Bel air

Bel air


"Vous devriez un peu vous faire apprendre le bel air des choses."
Les Précieuses ridicules, sc. IV.

"Car les gens du bel air, pour agir galamment,
Se gardent bien surtout d'ouïr le dénouement."
Les Fâcheux, I, 1 (v. 61-62)

"Tu es donc, marquis, de ces Messieurs du bel air ?"
La Critique de L'Ecole des femmes, sc. V

"Quoi? Moron se mêle d'aimer? .- Fort bien. - Et de vouloir être aimé? - Et pourquoi non? Est-ce qu'on n'est pas assez bien fait pour cela? Je pense que ce visage est assez passable, et que pour le bel air, Dieu merci, nous ne le cédons à personne."
La Princesse d'Elide, II, 2

"Laissez-moi faire, j'ai vu les personnes du bel air."
Monsieur de Pourceaugnac, III, 2

"Souvenez-vous bien, vous de venir comme je vous ai dit, là avec cet air qu'on nomme le bel air."
L'Impromptu de Versailles, sc. II

L'expression est à la mode.

A ce titre

  • elle est mentionnée dans le traité Des mots à la mode, et des nouvelles façons de parler de François de Callières (1693) (2)

  • elle fera l'objet de railleries dans la réédition des Entretiens d'Ariste et d'Eugène (1e éd. 1671) du Père Bouhours (3).


(1)

Le bel air, la belle manière,
Le beau tour, le beau sentiment
Le tendre, le fort, et ma chère,
Sur toute sorte de matière,
Me plaisent furieusement.
(Dialogue de la Mode et de la Nature, Seconde édition, s.l., 1662, p.57. Voir également p. 6)

--

(2)

Quiconque du bel air veut suivre la méthode,
Sait orner ses discours de ce terme à la mode
[…] Et de ces jolis mots tout sectateur fidèle
Du langage parfait s'estime le modèle;
A la ville, en province, il se fait écouter ;
Le campagnard l'admire et cherche à l'imiter.
(Des mots à la mode, et des nouvelles façons de parler de François de Callières, p. 221)

--

(3)

Je connais des gens qui l'ont incessamment à la bouche, et qui prétendent parler à la mode en disant : "il a le bel air, il chante, il danse, il s'habille du bel air; il fait tout de bel air; il a l'esprit tout à fait du bel air; il le porte du bel air. - Ces gens-là sont bien ridicules avec leur bel air, reprit Eugène; cette façon de parler est décriée parmi ceux qui parlent bien; ils ne s'en servent qu'en riant, pour se moquer des gens du bel air.
(Le P. Bouhours, Entretiens d'Ariste et d'Eugène, édition de 1741, p.131)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs