[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > C'est à sa table à qui l'on rend visite

C'est à sa table à qui l'on rend visite


"- Mais le jeune Cléon, chez qui vont, aujourd'hui,
Nos plus honnêtes gens, que dites-vous de lui ?
- Que de son cuisinier, il s'est fait un mérite,
Et que c'est à sa table, à qui l'on rend visite."
Le Misanthrope, II, 4, v. 623-626

Le motif avait été développé dans Les Coteaux ou les Marquis friands, comédie de Donneau de Visé, créée le 10 janvier 1665 à l'Hôtel de Bourgogne (voir également "Et Géralde, Madame" ?) :

THERSANDRE

Tu me blâmes à tort de ce que je tiens table;
Apprends que des plaisirs c'est le plus agréable,
Et, si tu veux enfin que je m'explique mieux,
Apprends que ce plaisir plaît aux ambitieux,
[...]
Et qu'en montrant par là ma générosité,
De tous nos courtisans je me vois respecté.

DAMIS

[...]mais après tout, Monsieur,
Chez eux votre cuisine est en fort bonne odeur.
Et près beaucoup de gens tenant lieu de mérite,
Elle est cause souvent qu'ils vous rendent visite.
(I, 1)

dans une épigramme du chevalier d'Aceilly :

D'UN HOMME DE MAUVAIS ENTRETIEN ET DE BONNE CHERE

Ses discours, il est vrai, fatiguent les oreilles;
Mais son cuisinier fait merveilles.
(p. 62)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs