[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Ce cas fortuit

Ce cas fortuit


"A le bien prendre, au fond, pourquoi voulez-vous croire,
Que de ce cas fortuit dépende notre gloire ?"
L'Ecole des femmes, IV, 8 (v. 1236-1237)

Le caractère "accidentel" du cocuage avait déjà été souligné dans l'"Elegie sur le reproche de cocuage et sur la jalousie" de Jean Passerat (Recueil des oeuvres poétiques, 1606) :

Alors que d'une injure on veut piquer un homme
C'est un étrange cas que cocu on le nomme.
D'où peut venir cela ? Vu qu'il est évident
Que ce n'est pas un vice, ains est un accident;
Ains est une infortune, une malaventure,
Plus digne de pitié que de blâme et d'injure.
Ce qui ne dépend pas de notre volonté
Doit-il être pour vice ou pour crime compté ?
(p. 143)(1)

Voir également "fuir les extrémités".


(1) source : P. Dandrey, éd. de L'Ecole des femmes, Le Livre de Poche, 2000, p. 128.




Sommaire | Index | Accès rédacteurs