[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Ce n'est point un choix

Ce n'est point un choix


"Non, ce n'est point un choix qui pour ces deux amants,
Sut régler de mon cœur les secrets sentiments"
Don Garcie de Navarre, I, 1, v. 1-2

L'opposition entre l'amour par choix et l'amour par inclination donne lieu à des développements

    • dans la Clélie (1654, I, 1) (1)
    • et dans la Célinte des Scudéry (1661)(2).

Elle fait aussi l'objet de questions d'amour, notamment chez Charles Jaulnay (1671) (3).

La même opposition autorisera Alceste à affirmer, à propos de Célimène, que "sa grâce est la plus forte", et que "la raison n'est pas ce qui règle l'amour".


(1)

j'ai toujours bien su distinguer ce que j'ai aimé par choix, de ce que j'ai aimé par inclination.
(Clélie, I, 1, 1654, p. 73)

(2)

Car enfin il n'y a que l'amour qui naît par inclination que je puisse appeler amour. Toutes les autres amours ne sont rien [...]. [L']amour de reconnaissance est la plus tiède amour du monde ; car pour en avoir, on a toujours besoin de son jugement, de sa mémoire, de sa générosité ; ou au contraire l'inclination toute seule entretient l'amour qu'elle a fait naître, et c'est aussi elle seule qui peut préoccuper agréablement l'esprit en faveur de la personne aimée. Toutes les autres amours laissent la raison si libre, qu'elles ne peuvent pas se nommer passion. Pour bien aimer il ne faut point savoir pourquoi on aime, il ne faut point dire j'aime parce que je suis aimé, parce que j'ai de l'obligation, parce que j'ai de l'estime, mais seulement j'aime parce que j'aime, parce que j'y suis forcé, et que je ne m'en puis empêcher.
(Célinte, 1661, p. 193-195)

(3)

Si l'amour d'inclination est plus forte que toutes les autres sortes d'amours, et que toutes les autres passions ?

L'amour d'estime et de reconnaissance étant formé par la raison, dont tous les mouvements sont réglés, est beaucoup moins violent que l'amour d'inclination, qui naît en nous sans notre consentement, et y excite toutes les passions [...].
(Charles Jaulnay, Questions d'amour, ou Conversations galantes, dédiées aux belles, 1671, p. 10-11)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs