[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Ce poison qui me court par toutes les veines

Ce poison qui me court par toutes les veines


"Mais si ce n'est pas de l'amour que ce que je sens maintenant, qu'est-ce donc que ce peut être ? et d'où vient ce poison qui me court par toutes les veines, et ne me laisse point en repos avec moi-même ?"
La Princesse d'Elide, IV, 6

Dans Stratonice de Quinault (1660), Antiochus, parlant de sa passion amoureuse, disait de même :

Ce sang impétueux que vous m'avez donné,
Qui contre mon repos est toujours mutiné ;
Ce sang qui de mon coeur s'est rendu le complice ;
Ce sang qui ne sert plus qu'à nourrir mon supplice,
Et qui par la fureur d'un amour violent,
S'est changé tout entier en un poison brûlant :
Car enfin désormais je ne le puis plus taire,
Cet amour qui me brûle, et qui me désespère.
(V, 3, p. 142 ; Antiochus s'adresse ici à Séleucus)

Dans Le Misanthrope, Alceste désignera l'amour qu'il éprouve pour Célimène comme "le poison qui me tue".




Sommaire | Index | Accès rédacteurs