[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Ce que l'on vous doit

Ce que l'on vous doit


"De ce que l'on vous doit, envers vous on s'acquitte.
Mais, ma mère, d'où vient que vous sortez si vite ?
- C'est que je ne puis voir tout ce ménage-ci,
Et que de me complaire, on ne prend nul souci."
Le Tartuffe, I, 1, (v. 5-8)

La politesse par laquelle Elmire croit honorer sa belle-mère est celle qui est due à une personne étrangère au ménage familial, ainsi que l'établit le Nouveau Traité de civilité (1671) de Courtin :

Ce n'est pas seulement aux personnes de haute qualité à qui nous devons rendre honneur dans notre maison, mais aussi à toute autre personne qui peut passer chez nous pour étrangère ; c'est-à-dire, à tous ceux qui ne sont pas nos domestiques ni nos inférieurs, quand ils n'auraient que l'âge par dessus nous ; lesquels, par exemple, nous sommes obligés d'aller recevoir, d'introduire et de faire asseoir dans notre plus belle chambre ; de leur donner partout le pas, le haut bout à table et ailleurs ; leur déférant enfin presque tous les mêmes honneurs, du plus au moins, qu'aux personnes les plus qualifiées, si nous voulons paraître civils.
((éd. de 1728, p. 185-186)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs