[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Ce rare secret

Ce rare secret


"Je pense qu'on pourrait faire comme les autres,
Ne se point ménager, et vous faire bien voir
Que l'on a des amants quand on en veut avoir.
- Ayez-en donc, Madame, et voyons cette affaire:
Par ce rare secret efforcez-vous de plaire"
Le Misanthrope, III, 4 (v. 1022-1026)

Pour la coquette Artelinde, dans Le Grand Cyrus (1649-1653) des Scudéry, la séduction qu'une femme exerce auprès des galants relève également d'un "secret" jalousement gardé :

Non non, reprit Artelinde, ne vous y trompez point : je partage trop mes faveurs, pour en pouvoir accabler personne : et si je n'avois pas peur que vous me dérobassiez mon secret, et qu'il ne vous prît envie de vous en servir ; je vous découvrirais le fond de mon coeur, afin de me justifier dans votre esprit. Mais, ma chère Cléonice, ajouta-t-elle flatteusement, je crains que si je vous découvre tout ce que je pense, je ne détruise moi-même mon Empire. Car enfin s'il vous prenait envie de joindre un peu d'adresse aux charmes de votre beauté, je serais absolument perdue : puisque infailliblement tous mes amants seraient les vôtres. Vous êtes si accoutumée à les flatter, reprit Cléonice, que vous flattez même vos amies sans y penser : mais, Artelinde, ce n'est pas là ce que je veux. Cependant pour vous mettre l'esprit en repos, je vous déclare que je ne me servirai jamais de votre secret : c'est pourquoi ne craignez pas de me dire vos raisons.
(Partie IV, livre 3, p. 2497)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs