[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Ce silence rêveur

Ce silence rêveur


"Ce silence rêveur, dont la sombre habitude,
Vous fait à tout moment chercher la solitude"
La Princesse d'Elide, I, 1, v. 1-2

L'état d'âme d'Euryale peut être spontanément reconnu comme celui du héros de roman amoureux.

C'est l'humeur d'Artamène, dans le Grand Cyrus (1649-1653) des Scudéry (1).

Plus généralement, la "rêverie", associée à la recherche de la solitude, signale l'amour (voir aussi "la cause de sa mélancolie"). On en trouve un exemple dans le recueil Sercy de 1663 (2).

Cependant, la recherche de la "solitude" est l'indice d'une "secrète mélancolie" que La Mothe le Vayer, dans sa Prose chagrine (1661), avait associée à l'humeur atrabilaire (3).


(1)

Néanmoins Mandane occupait presque toutes ses pensées : il était toujours doux, civil et obligeant; mais il était pourtant toujours sombre, rêveur, et mélancolique.
(p. 2083)

--

(2)

Vous voyant depuis peu chérir la solitude,
Toujours, sans nul sujet, dedans l’inquiétude,
Rêver incessamment, soupirer nuit et jour,
Je crois que c’est plutôt un effet de l’amour.
(Délices de la poésie galante, Sercy, 1663, "Eglogue", p. 3 [Philis à Iris])

--

(3)

Je ne saurais m'étonner qu'il se trouve tant de personnes naturellement portées à la solitude, et qui s'y plaisent encore plus que nos sangliers et que nos merles, s'il est vrai que ces deux animaux doivent leur nom à la vie solitaire. Orphée préférant le silence des bois au bruit des villes et la compagnie des bêtes sauvages à celle des hommes fut sans doute porté d'une humeur que je ne puis désapprouver dans celle où je suis.
(éd. de 1756, III, 1, p. 241)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs