[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Ce vulgaire dessein

Ce vulgaire dessein


"Quoi, le beau nom de fille est un titre, ma sœur,
Dont vous voulez quitter la charmante douceur?
Et de vous marier vous osez faire fête?
Ce vulgaire dessein vous peut monter en tête?"
Les Femmes savantes, I, 1, v. 1-4

Les propos d'Armande coïncident avec

  • le point de vue de Didascale, dans La Précieuse (1656-1658) de l'abbé de Pure (1)

  • la conception précieuse du mariage exposée par Charles Sorel dans le dialogue "Pour ou contre l'amitié tendre hors le mariage" (Oeuvres diverses ou Discours mêlés, 1663) (2)

  • les déclarations de Sestiane dans Les Visionnaires (1637) de Desmarets de Saint-Sorlin (3) (voir également une espèce d'amour)


(1)

Les dieux me sont témoins que les sens n'ont point de part à mes désirs, et qu'ils n'ont point été consultés ni appelés dans le choix de mon objet et à la naissance de mon amour. [...] Je crois qu'il ne serait pas raisonnable de profaner une si spirituelle amitié par des usages vulgaires et communs, de faire ramper de si beaux désirs parmi de si sales coutumes, et faire brûler de si belles flammes dans de si laids foyers. [...] Votre propre vertu m'engage à ne pouvoir souffrir dans le progrès de notre amour, non seulement ces basses impuretés qui troublent les sens, mais portant encore plus haut cette généreuse délicatesse qui a toujours dominé dans notre passion, je ne voudrais pas souffrir une chose la moins du monde soupçonnée d' avoir ou quelque chose de bas, ou quelque chose de peu honnête. Ainsi vous me permettrez bien de vous dire que ce biais que nos pères ont trouvé pour apprivoiser la fougue des sens, et les contenter par des douceurs honnêtes, n'est pas capable de me satisfaire et est encore trop grossier pour votre vertu et pour mes désirs.
– Quoi, monsieur, repartit-elle, je suppose que j' entende ce que vous voulez dire, et que ce soit du mariage, dont vous me parliez. Y a-t-il rien de plus honnête au monde que deux coeurs indivisiblement unis, que l'amour a comme lié de ses propres mains pour les rendre toute leur vie ses esclaves et les faire fidèlement soupirer l'un pour l'autre, jusqu'à la mort ?
– Non seulement, répondit Didascale, je sais qu'il y a des choses plus honnêtes ; mais je doute fort s'il est honnête de se marier. Car comme le travail sied bien à un nécessiteux et décrie un homme aisé, de même aussi le mariage est honnête à un homme sensuel ; mais il est indigne et insupportable à un homme d' esprit.
[...]
Ce serait un scandale à ma raison, et une injure visible à ces faibles lumières, que le ciel et la nature m'ont données, si je m' allais marier à la mode grossire des brutaux et du vulgaire, et si j'avais des passions que votre mérite a fait naître, jusqu'au point de les étouffer sous le poids d'un joug si pesant d'une manière si défectueuse. Comme vous avez infiniment de l'esprit et que je ne suis pas des plus rampants de ce monde, il faut que nous usions tous deux de la faveur que le ciel nous a faite, et que nous honorions en nous-mêmes les grâces que nous avons reçues de nos auteurs. Il faut agir avec spiritualité, nous unir d' esprit, et faire des serments glorieux qui soient tout autant au dessus de la bassesse du mariage que le mariage est au dessous du plaisir de la liberté.
(éd. Magne, Paris, Droz, 1938, t. II, p. 236-240)

(2)

Je pense attentivement à l'origine de ces sortes d'amitiés qu'Etotime veut mettre en crédit : Selon ce qu'il en a dit, il me semble que ce sont des visions de quelques Gens, qui ne pouvant se marier comme ils désirent, selon leurs desseins ambitieux, cherchent leur bonheur à se lier seulement d'affection avec des personnes qui leur plaisent, et pour se justifier exaltent davantage leur Amitié Tendre et libre, que celle qui se trouve entre les personnes mariées. On attribue cette doctrine et cette pratique à ceux et à celles, qu'on appelle aujourd'hui Précieux et Précieuses, de qui on tient que la coutume est de vieillir en s'aimant sans se marier, et de blâmer partout le mariage.
(p. 188-189)

(3)

Il ne faut point pour moi vous mettre en ce souci.
Je ne veux de ma vie entrer en mariage,
Ne pouvant pas porter les soucis d'un ménage.
Puis je rencontrerais quelque bizarre humeur,
Qui dedans la maison ferait une rumeur
Quand je voudrais aller à quelque comédie.
[...]
Prendrais-je le hasard de vivre d'autre sorte ?
Puis on a des enfants qui vous sont sur les bras :
Les mener au théâtre, ô Dieux ! Quel embarras
Tantôt couche, ou grossesse, ou quelque maladie
Pour jamais vous font dire, Adieu la Comédie :
Je ne suis pas si sotte ; aussi je vous promets
Pour toutes ces raisons d'être fille à jamais.
(V, 5)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs