[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Cent aventures prédites

Cent aventures prédites


"Je suis assez incrédule pour quantité de choses, mais, pour ce qui est de l'astrologie, il n'y a rien de plus sûr et de plus constant, que le succès des horoscopes qu'elle tire.
— Ce sont des choses les plus claires du monde.
— Cent aventures prédites arrivent tous les jours, qui convainquent les plus opiniâtres.
— Il est vrai.
— Peut-on contester sur cette matière les incidents célèbres, dont les histoires nous font foi?"
Les Amants magnifiques, acte III, scène 1 .

L'argument des exemples célèbres est le plus commun en faveur de l'astrologie, comme le rappellent La Mothe le Vayer dans « De l’instruction de M. le Dauphin » (1640) (1) et Jean-Baptiste Denis, dans son Discours sur l'astrologie judiciaire et sur les horoscopes (1668) (2).

Cet argument est mis en cause dans la nouvelle Célinte (1661) de Madeleine de Scudéry (3)

Dans le dixième de ses Soliloques sceptiques (1670), consacré à l'astrologie, le même La Mothe le Vayer s'attachera à produire de nombreux exemples qui prouvent l'inanité des prédictions de l'astrologie judiciaire.


(1)

…outre les raisons et l'autorité d'une infinité de grands personnages qui ont tous fait beaucoup d'état de l'Astrologie Judiciaire, il y a tant d’expériences qui la confirment, et on peut produire tant d’exemples du succès de ses prédictions, que les plus opiniâtres contre elle en pourraient être convaincus, s’ils y apportaient autant de docilité et d’attention que la chose mérite.
[…]
Que si l'on veut alléguer contre ces expériences d'autres exemples contraires de certaines prédictions qui se sont trouvées fausses, il sera fort aisé d'y répliquer. Car c'est une chose très évidente qu'il se commet beaucoup d'erreurs dans toutes sorte de professions, qu'on n'impute qu'à ceux qui les ont mal exercées.
(éd. des Œuvres de 1756, I, 1, p. 266 et p. 271-272)

(2)

Quand ils [les astrologues] se voient ainsi pressés, et qu'ils ont affaire à quelque esprit raisonnable qui ne se paie pas facilement de paroles, mais qui se moque des mots d'"influences occultes", et de "qualités cachées", ils se jettent aussitôt sur les histoires, et sur l'expérience; et ils ont, si on les veut croire, une ample matière pour s'étendre, lorsqu'ils entreprennent de parcourir toutes les choses qui sont arrivées conformément à leurs prédictions. Et parce que c'est ici leur dernier retranchement, il faut les y attaquer, et faire voir encore le peu de solidité qui s'y rencontre.
(p.8)

(3)

Je pense qu'il vaut mieux ne se laisser point tromper par ces rencontres prodigieuses de l'astrologie, où le hasard a beaucoup de part, et qu'il faut mieux employer son esprit à supporter les infortunes quand elles arrivent qu'à les vouloir savoir devant qu'elles soient arrivées.
(p. 56)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs