[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Cet honneur est tendre

Cet honneur est tendre


"Songez qu'en vous faisant moitié de ma personne
C'est mon honneur, Agnès, que je vous abandonne.
Que cet honneur est tendre et se blesse de peu;
Que sur un tel sujet il ne fait point de jeu"
L'Ecole des femmes, III, 2 (v. 723-724)

La même observation, selon laquelle "aux ombres du crime on prête aisément foi" sera formulée un passage des Nouvelles nouvelles (achevé d'imprimer le 9 février 1663) de Donneau de Visé,

Je commencerai donc à combattre toutes vos raisons, en disant qu'il n'y a rien de si fragile que l'honneur, rien de si facile à perdre, que l'on n'en peut exprimer la délicatesse, que tout lui fait peur, que l'on ne peut avoir aucune pensée à son désavantage sans qu'il en soit blessé, et que, dès lors qu'il est blessé, sa plaie est incurable, ou que du moins, si elle se guérit par des remèdes qui sont bien difficiles à trouver, la marque y demeure éternellement.
(t. II, p. 38-39)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs