[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Cette familiarité

Cette familiarité


"Cette familiarité
Donne à quiconque en use un air de qualité."
Remerciement au roi, v. 38-39

Les conditions auxquelles on peut avoir recours à la familiarité seront détaillées précisément dans le Nouveau Traité de civilité (1671) d'Antoine Courtin :

Quant au troisième moyen que nous avons dit être nécessaire pour faire un bon discernement, il consiste à bien distinguer la familiarité d'avec la bienséance; et il est en effet d'autant plus important de le faire qu'en certaines rencontres la familiarité peut-être tout-à-fait bienséante et honnête, là où elle serait ailleurs extrêmement incivile et choquante.
[...]
D'égal à égal, si on se connaît beaucoup, la familiarité est une bienséance;si on se connaît peu, elle est une incivilité; et si on ne se connaît point du tout, elle ne saurait être qu'une légèreté d'esprit.
D'inférieur à supérieur, si on se connaît beaucoup, ou si on se connaît peu (à moins d'un commandement exprès), la familiarité est une effronterie; et si on ne se connaît point du tout, c'est une insolence et une brutalité.
(éd. de 1726, p. 43)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs