[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Cette perte m'est très sensible

Cette perte m'est très sensible


"Elle est morte, Monsieur mon ami. Cette perte m'est très sensible, et je ne puis m'en ressouvenir sans pleurer."
L'Amour médecin, I, 1

Dans le dialogue comique La Querelle de Tabarin et de Francisquine (1621), Tabarin avait lui aussi la "larme à l'oeil" en se remémorant sa première femme disparue :

Hé ! de par Dieu, je sais trop bien qu'en vaut l'aune, en l'année mille six cent quinze, pour avoir découché d'auprès des côtes de la feue bragardissime Culotte, ma première femme : de quoi je ne saurais parler que je n'aie la larme à l'oeil, car je vous assure que je l'aimais plus qu'une truie ne fait la merde.
(p. 403)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs