[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Chimères

Chimères


"- Ma foi! ma chère sœur, vision toute claire.
- De ces chimères-là vous devez vous défaire.
- Ah chimères! Ce sont des chimères, dit-on!
Chimères, moi! Vraiment chimères est fort bon!
Je me réjouis fort de chimères, mes frères,
Et je ne savais pas que j'eusse des chimères."
Les Femmes savantes, II, 3, v. 391-3966

Le terme de "chimères" avait constitué un mot-clef de la controverse opposant Antoine Arnauld au protestant Jean Claude.

Il avait été utilisé plusieurs dizaines de fois dans les ouvrages suivants :

  • la Réponse aux deux traités intitulés La Perpétuité de la foi de l'Eglise (1655) de Jean Claude (1)
  • La Perpétuité de la foi de l'Eglise catholique touchant l'eucharistie défendue contre les livres du sieur Claude, ministre de Charenton (1669) d'Antoine Arnauld (2)
  • la Réponse au livre de M. Arnauld (1670) de Jean Claude (3)
  • la Réponse générale au nouveau livre de M.Claude (1671) d'Antoine Arnauld (4)


(1)
Je n'ignore pas que les esprits des hommes ne soient fort différents en leurs façons de concevoir les choses, et que même il y en ait d'assez grossiers et d'assez malheureux pour ne rencontrer pas d'abord le vrai et le naturel sens d'une proposition et pour s'y forger des chimères qui n'y sont pas.
(éd. de 1668, p. 167)

Il faut avouer que tout ce grand amas de raisonnements et de conjectures ne consiste qu'en des chimères ou en des visions.
(p. 367)

Sans mentir, si le sujet que nous traitons nous permettait de trouver du divertissement dans les erreurs de notre prochain, il y aurait de quoi se désennuyer dans une si longue suite de songes et de chimères.
(p. 235)

Mon discours n'est ni subtil de loin, ni inintelligible de près. Il est clair et solide de près et de loin, et ces équivoques de mille ans sont des chimères de l'invention de l'auteur.
(p. 303)

(2)

Les nouvelles solutions de M. Claude sur l'argument tiré du doute marqué par les Pères trouveront aussi leur place dans ce livre-ici, et l'on y verra de plus ces deux clefs célèbres de vertu et de figure, et ce nouveau principe des termes généraux tellement renversés, qu'on sera contraint d'avouer qu'il faut que ceux qui se laissent éblouir par ces chimères, ne prennent pas la peine de les considérer à fond.
(éd. de 1672, Préface, p. 11)

Il suffit de répondre à ces chimères que les hommes n'ont point établi ces paroles : C'est le vrai corps de Jésus-Christ, pour signifier la vérité de la proposition sans avoir égard à son sens, et en considérant seulement l'autorité de celui qui la propose.
(p. 414)

Ces ceux principes supposés, je dis qu'il est difficile de s'imaginer une chimère moins vraisemblable que cette nouvelle solution de M. Claude.
(p. 348)

C'est donc une chimère et une vision toute pure qu'on ait pu trouver de la difficulté à croire que le pain fût le corps de Jésus-Christ.
(p. 326)

C'est un pur ouvrage de la fantaisie des ministres, une chimère toute de leur invention, et qu'ils n'ont mise au jour que par le dessein d'allier les passages des Pères avec leur doctrine.
(p. 622)

CHAPITRE XIV
Considérations générales sur le procédé des ministres dans l'établissement de leur chimère de la "vertu séparée"
(p. 579)

(3)

Nous avons donc raison de dire que ce sont des chimères à notre égard et que, sans les considérer autrement que dans leur genre et dans la matière qu'elles traitent, elles ne sauraient faire une assez forte impression sur nous.
(p. 59)

Par conséquent cette prétendue évidence de M. Arnaud n'est qu'une de ses chimères.
(p. 411)

A dire les choses comme elles paraissent, M. Arnauld se forge des chimères dans son cabinet et après qu'il les a revêtues de toutes les couleurs que son imagination lui peut fournir et rehaussées de tous les grands mots de son éloquence, il nous les débite comme les justes règles des activités humaines.
(p. 552)

(4)

Ce même M. Claude si tendre et si délicat sur lui-même ne laisse pas de remplir tout son livre de railleries malignes et de représenter son adversaire comme un homme [...] dont les raisons ne sont que des chimères, que l'engagement de soutenir sa thèse à tort et à travers lui ont fournies.
(p. 312)

Si l'on en croit M. Claude [...], les raisons de M. Arnauld sont que des chimères, que l'engagement de soutenir sa thèse à tort et à travers lui ont fournies.
(p. 10)

La conséquence que l'on en tire est [...] que le prétendu changement inventé par les ministres est une fable est une chimère.
(p. 14)

Cependant la chimère de M. Claude est encore beaucoup au-dessus de celle-là.
(p. 97)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs