[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Comme un homme hébété

Comme un homme hébété


"Mais il est devenu comme un homme hébété,
Depuis que de Tartuffe on le voit entêté.
Le Tartuffe, I, 2 (v. 181-182)

La manière dont un homme en apparence intelligent peut être amené à adhérer à des croyances déraisonnables est exposée dans la quatrième partie (1656) de la Clélie des Scudéry, à propos de la foi dans la métempsychose :

Je ne puis comprendre comment un homme qui d'ailleurs a de la raison peut être capable de croire des choses si extravagantes. - Je ne suis pas comme vous, reprit Anacréon, car je ne m'étonne jamais de rien, et bien moins de ces sortes de choses que d'autres ; parce qu'il n'y a jamais de préoccupation si forte que celle qui a quelque apparence de piété. En effet, la morale de Pythagore ayant plu à Damon parce qu'elle est pleine d'humanité et de douceur, il a ensuite soumis son esprit à croire tout ce qu'a enseigné un homme dont la vertu l'a charmé. Car, comme nous croyons bien plus aisément ce que nos amis nous disent que ce que nous apprenons de nos ennemis ou de gens qui nous sont indifférents, il en arrive souvent autant de la lecture des livres. On s'affectionne aux sentiments d'un homme en certaines choses, et quand on s'y est affectionné, on se trouve après capable de croire tout ce qu'il dit sur sa parole, quoiqu'on pense être persuadé par sa propre raison.
(IV, 2, p. 1254)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs