[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Contempler la bassesse où vous avez été

Contempler la bassesse où vous avez été


"Vous devez bénir l'heur de votre destinée,
Contempler la bassesse où vous avez été,
Et dans le même temps admirer ma bonté,
Qui de ce vil état de pauvre villageoise
Vous fait monter au rang d'honorable bourgeoise"
L'Ecole des femmes, III, 2 (v. 680-684)

Ce mouvement d'élévation est décrit de façon similaire à celui de l'homme vers Dieu dans la littérature religieuse (1).


(1)

Pierre Corneille, L'Imitation de Jésus-Christ [trad.] (1656) :

mais en ce triste état offre-moi ta faiblesse :
j'élève qui gémit avec humilité,
et plus l'homme à mes yeux reconnoît sa bassesse,
plus je le fais monter vers ma divinité.
(Livre 3 Chapitre 57)

Blaise Pascal, Pensées (1670) :

Il faut des mouvements de grandeur, non de mérite, mais de grâce, et après avoir passé par la bassesse.
(VII, 525, LIEN)

Jean-Louis Guez de Balzac, Socrate chrétien (1652)

Il veut souvent que dans les plus sublimes et les plus parfaites actions qu'il fait faire à l'homme, l'homme n' y contribue de sa part, que de la misère et de la bassesse.
(Discours 6)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs