[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Corbleu

Corbleu


"Corbleu, pardonnez-moi, on ne peut point me faire de leçons là-dessus."
Georges Dandin, I, 4

La propension des gentilshommes a faire usage de jurons avait fait le sujet d'une épigramme de Gombauld :

NOUVEAU GENTILHOMME

Gentilhomme, fils de marchand,
Tu n'entends pas bien la noblesse :
Ta parole a trop de mollesse,
Et tu n'es pas assez méchant.
Il faut parler d'une autre sorte,
Il faut dire en déterminé
Mort, tête, sang, je sois damné,
Je veux que le diable m'emporte.
(Les Epigrammes de Gombauld, 1657, p. 16)

Ce comportement sera dénoncé dans le Nouveau Traité de civilité (1671) d'Antoine Courtin :

Il faut en tous nos discours s'abstenir de jurer, qui est un vice, où plusieurs tombent par une méchante habitude, pensant par là donner plus de créance à ce qu'ils disent. Et quand on défend de jurer,on entend même exclure ces jurements qui ne signifient rien comme testenon, pardi, morbleu, jarni, étant certain que ni les uns ni les autres ne sont nullement des personnes élevées.
(éd. de 1728, p. 82).




Sommaire | Index | Accès rédacteurs