[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Couler je ne sais quoi

Couler je ne sais quoi


"On se sent à ces vers, jusques au fond de l'âme,
Couler je ne sais quoi qui fait que l'on se pâme."
Les Femmes savantes, III, 1 (v. 777-778)

La poésie érotique du XVIIe siècle exploite souvent les potentialités évocatrices du terme "couler".

Ainsi, dans

  • une chanson de Berthelot recueillie dans Le Cabinet satyrique,
O bons dieux, quelle liqueur
Qui me coulant jusqu'au coeur,
Noie de plaisirs mon âme.
(éd. de 1634, p. 112)

  • ce poème du Le Parnasse satyrique du sieur Théophile (1660) :

A la violence elle cède,
Et vient même à se repentir,
Quand elle commence à sentir
Un chatouillement qui arrive
La fonction générative,
Et qui excite tellement
Tous les vaisseaux du sentiment,
Que son âme presque sur l'heure
Fut prête à changer de demeure,
Et dedans les deux s'envoler,
Alors qu'elle sentit couler
Une liqueur ambrosienne,
Ambrosienne et nectarienne.
(p. 299)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs