[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Cyclopes

Cyclopes


Six Cyclopes avec quatre Fées y font une entrée de ballet, où ils achèvent en cadence quatre gros vases d'argent que les Fées leur ont apportés.
Psyché, Second intermède.

Dans Les Amours de Psyché et Cupidon de La Fontaine, les fées décorent également le palais d'une tapisserie qui représente un Cyclope amoureux (1).

Les cyclopes apparaissent dans le ballet (voir Vulcain) mais ici, la danse rappelle celle des forgerons, l'un des lieux communs du ballet de cour, ainsi que le rappelle Claude-François Ménestrier, dans son traité sur Les Ballets anciens et modernes selon les règles du théâtre (1682) (2).


(1)
Dans la seconde un Cyclope amoureux,
Pour plaire aux yeux d'une Nymphe jolie,
Se démêlait la barbe et les cheveux ;
Ce qu'il n'avait encor fait de sa vie.

Au sortir du bain on la revêtit d'habits nuptiaux
En se moquant la Nymphe s'enfuyait.
Amour l'atteint ; et l'on voyait la Belle
Qui, dans un bois, le Cyclope priait
Qu'il l'excusât d'avoir été rebelle.

(2)

Plus les expressions sont naturelles, plus elles sont agréables, parce qu’elles sont ainsi des imitations plus fidèles des choses que l’on veut représenter. La Danse des vents doit être légère et précipitée, celle des Forgerons doit avoir des temps et des intervalles à frapper sur l’enclume. Celle des fols et des ivrognes doit être irrégulière, aussi bien que celle des aveugles, qui doivent chercher, chanceler, et tâtonner. Celle des Paysans doit être grossière et rustique.
Il y a des actions qui sont plus propres pour le Ballet les unes que les autres. Les actions de combat, des endormis, des gueux, des estropiés, et des forgerons, sont de ces actions qui plaisent, parce que l’imitation en est plus naturelle.
Plus ces actions sont violentes, plus elles causent de plaisir, parce qu’elles arrêtent davantage l’imagination. Ainsi naturellement nous prenons plaisir à voir travailler un cheval, pousser un bateau à toutes rames, et les Artisans dont les ouvrages sont plus violents nous attachent davantage ; c’est ce qui fait que les entrées de Lutteurs, de Gladiateurs, de Rameurs, de Forgerons, de Faucheurs, de Joueurs de ballon, de l’exercice de la pique, de Batteurs de Tambour, de Pèlerins avec les bourdons, de Fossoyeurs, etc. réussissent mieux que plusieurs autres où il y a moins de mouvement.
(pp. 159-160)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs