[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > D'amour mourir me font

D'amour mourir me font


"On les peut mettre premièrement comme vous avez dit : "Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d’amour". Ou bien : "D’amour mourir me font, belle Marquise, vos beaux yeux". Ou bien : "Vos yeux beaux d’amour me font, belle Marquise, mourir". Ou bien : "Mourir vos beaux yeux, belle Marquise, d’amour me font". Ou bien : "Me font vos yeux beaux mourir, belle Marquise, d’amour."
Le Bourgeois gentilhomme, II, 4

Le procédé comique des "paroles transposées" avait été exploité dans le "Dialogue des héros de romans" de Boileau, manuscrit dont la date de composition remonte aux années 1664-1665 (1)

Un effet semblable avait été précédemment mis en oeuvre dans Il Giardino d'amore (1624) de Lorenzo Guidotti, où Melone récite des vers composés chacun des mêmes mots :

O talis regia filia bona Virtus,
O Virtus bona filia regia talis,
O talis bona regia Virtus filia,
O filia bona talis Virtus regia.
(I, 3)

De même, dans Il candelaio (1582) de Giordano Bruno (1548-1600), Mamfurio s’écrie :

Contra verbosos, verbis contendere noli.
Verbosos contra, noli contendere verbis.
Verbis verbosos noli contendere contra
(III, 7, éd. G. Barberi Squarotti, Torino, Einaudi, 1964, I, 5, p. 64)


(1)

PLUTON
Je vois bien, Diogène, que tu ne connais pas Lucrèce. [...] Jamais personne n'a porté la chasteté plus loin qu'elle. Mais pour t'en convaincre, il ne faut que lui demander à elle-même ce qu'elle pense de l'amour. Tu verras. Dites-nous donc, Lucrèce, mais expliquez-vous clairement : croyez-vous qu'on doive aimer ?

LUCRECE, tenant des tablettes à la main.
Faut-il absolument sur cela vous rendre une réponse exacte et décisive ?

P L U T O N.
Oui.

LUCRECE
Tenez, la voilà clairement énoncée dans ces tablettes. Lisez.

PLUTON, lisant.
Toujours. l'on. si. mais. aimait. d'éternelles. hélas. amours, d'aimer, doux. il. point. serait. n'est. qu'il. Que veut dire ce galimatias ?

LUCRECE
Je vous assure, Pluton, que je n'ai jamais rien dit de mieux, ni de plus clair.

PLUTON
Je vois bien que vous avez accoutumé de parler fort clairement. Peste soit de la folle. Où a-t on jamais parlé comme cela? Point. sì. d'éternelles. Et où veut-elle que j'aille chercher un Oedipe pour m'expliquer cette énigme?

D I O G E N E
II ne faut pas aller fort loin. En voici un qui entre et qui est fort propre à vous rendre cet office.

PLUTON
Qui est-il?

D I O G E N E.
C'est Brutus, celui qui délivra Rome de la tyrannie des Tarquins.
[...]

P L U T O N
Hé bien, Brutus, nous donnerez-vous l'explication des paroles qui sont sur vos tablettes?

BRUTUS
Volontiers. Regardez bien. Ne les sont-ce pas-là? Toujours, l'on. si. Mais, etc.

P L U T O N.
Ce les sont-là elles-mêmes.

BRUTUS.
Continuez donc de lire. Les paroles suivantes non seulement vous feront voir que j'ai d'abord conçu la finesse des paroles embrouillées de Lucrèce, mais elles contiennent la réponse précise que j'y ai faite. Moi. nos. verrez, vous. de. permettez, d'éternelles, jours, qu'on, merveille, peut, amours, d'aimer, voir.

P L U T O N
Je ne sais pas si ces paroles se répondent juste les unes aux autres. Mais je sais bien que ni les unes ni les autres ne s'entendent et que je ne suis pas d'humeur à faire le moindre effort d'esprit pour les concevoir.

D I O G E N E.
Je vois bien que c'est à moi de vous expliquer tout ce mystère. Le mystère est que ce sont des paroles transposées. Lucrèce, qui est amoureuse et aimée de Brutus, lui dit en mots transposés.

Qu'il serait doux d'aimer, si l'on aimait toujours!
Mais hélas! il n'est point d'éternelles amours.

Et Brutus, pour la rassurer, lui dit en d'autres termes transposés :

Permettez-moi d'aimer, merveille de nos jours.
Vous verrez qu'on peut voir d'éternelles amours.

P L U T O N.
Voilà une grosse finesse. II s'ensuit de là que tout ce qui se peut dire de beau est dans les dictionnaires. I1 n'y a que les paroles qui sont transposées. Mais est-il possible que des personnes du mérite de Brutus et de Lucrèce en soient venus à cet excès d'extravagance de composer de semblables bagatelles ?

D I O G E N E.
C'est pourtant par ces bagatelles qu'ils ont fait connaître l'un et l'autre qu'ils avaient infiniment d'esprit.
(Oeuvres, éd. G. Mongrédien, Paris, Garnier, 1961, p. 297-298)

(indication aimablement fournie par Simone de Reyff)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs