[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > D'un avare il fait un libéral

D'un avare il fait un libéral


"Il le faut avouer, l'amour est un grand maître [...]
D'un avare à l'instant il fait un libéral."
L'Ecole des femmes, III, 4 (v. 900-906)

Cette idée précise avait fait l'objet d'une conversation tenue dans le livre V, 1 du Grand Cyrus (1649-1653) des Scudéry :

Pour moi, (disait Doralise, une apres-dînée qu'elle était chez la princesse, où il n'y avait encore personne), je sais bien que si ce prince n'était point amoureux, il serait un peu moins libéral ; mais, lui dis-je, quoique vous donniez tout à l'amour, il faut pourtant avouer que cette passion ne produit pas un si bon effet en Mexaris ; ainsi il faut conclure que l'amour ne donne pas aux hommes les vertus qu'ils n'ont point.
- Il est vrai, dit Doralise, mais selon mon sens, l'Amour fait dans l'âme de tous ceux qu'il possède, ce que le soleil fait en tous les lieux qu'il échauffe ; car enfin le soleil ne plante pas les rosiers, mais il fait éclore les roses ; ainsi l'amour ne donne pas ces premières inclinations, mais il les fortifie et les fait paraître : et je ne doute pas même que si Mexaris n'était point amoureux, il ne fût encore plus avare que nous ne le voyons.
(p. 2821)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs