[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > De Turc à More

De Turc à More


"Je vois ici deux yeux qui ont la mine d'être de fort mauvais garçons, de faire insulte aux libertés, et de traiter une âme de Turc à More."
Les Précieuses ridicules, sc. IX.

L'expression avait été mise à la mode par Voiture qui en avait joué dans le contexte d'une lettre amoureuse envoyée du Maroc :

Mademoiselle,
Enfin je suis sorti de l'Europe et j'ai passé ce détroit qui lui sert de bonrens, mais la mer qui est entre vous et moi ne peut rien éteindre de la passion que j'ai pour vous, et quoique tous les esclaves de la Chrétienté se trouvent libres en abordant cette côte, je ne suis pas moins à vous pour cela. Ne vous étonnez pas de m'ouïr dire des galanteries si ouvertement, l'air de ce pays m'a déjà donné je ne sais quoi de félon, qui fait que je vous crains moins, et quand je traiterai désormais avec vous, faites état que c'est de Turc à More.
(Oeuvres, 1650, p. 109)

Elle sera reprise par les Scudéry, dans l'avis "au lecteur" du tome III, 1 (1663) de leur Almahide :

Je souhaite que leur troisième navigation soit heureuse, que vous ne les traitiez pas de Turc à More, et que vous les receviez favorablement.
("Au lecteur", np)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs