[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > De fâcheux toujours assassiné

De fâcheux toujours assassiné


"Sous quel astre, bon Dieu, faut-il que je sois né,
Pour être de Fâcheux toujours assassiné !"
Les Fâcheux, I, 1 (v. 1-2)

Dans son Epître chagrine à Mgr le Maréchal d'Albret (1659), Paul Scarron faisait la même constatation :

O qu'il en est de genres et de sectes,
De ces fâcheux pires que des insectes,
O qu'il en est dans les murs de Paris
Sans excepter Messieurs les beaux esprits.
O qu'il en est à la cour comme ailleurs
Sans excepter princes ni grands seigneurs,
O qu'il en est, plus que l'on ne pense,
Dans notre noble et florissante France !
(p. 7-8)

Les "fâcheux" dont Eraste ne peut se défaire présentent les traits que Courtin, dans son Traité de la civilité (1671), attribuera aux "importuns" :

Chapitre XXX.
De l'importunité.

[L']'importunité est de ne faire attention ni à la personne, ni au temps, ni au lieu. Un incivil est celui qui ne regarde ni le lieu, ni le temps, ni la personne. Un importun est le même ; et ainsi qui dit un importun dit naturellement un incivil.
Les personnes importunes sont ordinairement celles qui ont beaucoup d'amour pour elles-mêmes, et peu de considération pour les autres ; ou bien qui ont naturellement l'esprit stupide. De ces deux défauts ensemble, ou de l'un des deux vient le vice de l'importunité. On ne fatigue quelqu'un par ses accablements que parce que l'on est, par un principe d'amour propre, préoccupé de cette fausse idée, que nos propres volontés doivent régner sur toutes les autres ; ou parce qu'on n'a pas l'esprit de concevoir la laideur de l'importunité. On ne détourne quelqu'un par des contre-temps que parce que l'on s'imagine par un sentiment d'orgueil que notre propre temps, ou notre loisir doit être la règle du loisir, ou du temps des autres ; ou parce que l'on n'est naturellement pas capable de discerner que tous les temps ne se ressemblent point. On ne trouble enfin quelqu'un dans un lieu où on devrait honnêtement garder quelques mesures, que parce que la bonne opinion qu'on a de soi-même ne permet pas que l'on donne aucunes bornes à son petit désir ; ou parce que l'on a trop de stupidité pour connaître que ce qui peut être bienséant en un lieu, peut ne l'être pas en un autre.
(Courtin, Nouveau Traité de la civilité qui se pratique en France parmi les honnêtes gens [1671], éd. de 1728, p. 310-311)

Dans Amphitryon, Amphitryon se lamentera également d'être accablé par "mille fâcheux cruels".




Sommaire | Index | Accès rédacteurs