[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > De se marier il donne des désirs

De se marier il donne des désirs


"Chez vous le mariage est fâcheux et pénible,
Et vos discours en font une image terrible ;
Mais, las ! il le fait, lui, si rempli de plaisirs,
Que de se marier il donne des désirs."
L'Ecole des femmes, V, 4 (v. 1516-1519)

Dans La Précaution inutile (1656) de d'Ouville, la jeune Séraphine faisait elle aussi de son désir le critère du choix d'un époux :

[Dom Fadrique] pensait qu’il n’aurait pas plus tôt demandé cette Dame en mariage à son père, qu’il la lui accorderait avec plaisir, mais Séraphine n’était pas de cet avis-là, parce qu’au Mariage l’inclination a un je ne sais quoi qui nous charme, et qui nous fait pencher insensiblement du côté qui plaît le mieux.
(La Précaution inutile de d'Ouville, p. 5)

Isabelle, dans L'Ecole des maris, fera aussi valoir les droits de sa propre inclination dans le choix de son époux ("par un juste choix").




Sommaire | Index | Accès rédacteurs