[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > De vos façons d'agir je suis mal satisfait

De vos façons d'agir je suis mal satisfait


"Madame, voulez-vous que je vous parle net?
De vos façons d'agir, je suis mal satisfait."
Le Misanthrope, II, 1, v. 447-448

La situation dans laquelle un soupirant mécontent fait des réprimandes à la femme qu'il courtise en l'accusant de coquetterie avait déjà été développée au long de la Défense de la jalousie (1642) de René Bary :

Ne vous étonnez pas, Bérénice, si je ne vais plus chez vous. Votre humeur est contraire à la mienne. Vous aimez la compagnie et j'aime la solitude. Vous aimez les galants et je n'aime pas les coquettes. Vous dites que vous fuyez les sots et vous souffrez que deux ridicules vous approchent et vous servent, que l'un vous parle de ses humanités et l'autre de ses combats. [...] Est-ce parce que vous êtes bonnes que vous supportez leur jeunesse et que vous les défendez ?
[...]

Je veux découvrir toutes vos erreurs, je veux représenter toutes vos faiblesses, et quelque opiniâtre que vous soyez, je veux joindre quelque conseil aux avis que je vous donnerai. Vous faites bon visage à tout le monde et vous voulez passer pour judicieuse. Et chez qui passerez-vous pour telle, puisque vous confondez les choses, et qu'en obligeant un impertinent, vous désobligez un honnête homme ?
[...]
Et puisque vous voyez des hommes dont les qualités sont contraires, ayez de la rudesse pour les uns et de la douceur pour les autres. C'est par la diversité de ces actions que votre jugement éclatera, et c'est par elle que vous ferez des contents et des admirateurs.
[...]
Si vous suivez mes conseils, je suivrai mes inclinations, je rallumerai la flamme que j'ai éteinte, je renouerai les liens que j'ai rompus. Oui, Bérénice, je rentrerai dans mes fers, je redeviendrai votre esclave. Mais parlons à coeur ouvert. Vous ne changerez jamais d'humeur, et je ne changerai jamais de résolution.
[...]
Le temps, Bérénice, est un grand maître, il vous désabusera. Il vous apprendra que la beauté de l'âme est plus charmante que celle du corps; que celle-ci émeut les affections, et que celle-là les arrête; que les dames qui vous ressemblent font naître au commencement de grands désirs, et font naître à la fin de grands dégoûts; que ceux qui en ont fait leur délice en font leur jouet, qui les ont recherchées avec soin les fuient avec horreur, et qu'enfin ils font vanité de perdre leur souvenir, d'oublier leur nom, et de faire voir en leur retraite autant d'indifférence qu'ils ont fait voir d'amour en leur poursuite.
(p. 18-29) (1)

Plus bas, Célimène reprochera à Alceste de manifester "un amour si grondeur".


(1) source : R. Jasinski, Molière et le Misanthropre, Paris, Nizet, 1970, p. 84-85.




Sommaire | Index | Accès rédacteurs