[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Des courses de chars et semblables magnificences

Des courses de chars et semblables magnificences


"[...] l'exercice de la chasse [...] et d'autres jeux, comme des courses de chars et semblables magnificences."
La Princesse d'Elide, Acte I, argument

Dans l'histoire d'Elismonde, dans la quatrième partie (1658) de la Clélie des Scudéry, la course de chars est décrite comme l'activité la plus noble des Jeux Olympiques organisés à Elis. C'est également celle à laquelle assistent les dames (1).

Au Livre V, 1 du Grand Cyrus, des festivités semblables sont organisées lors des fêtes de Sardis (2).

Dans Les Charmes de Félicie (1654), pastorale jouée six fois par la troupe de Molière en 1660, des jeux étaient organisés en l'honneur de la déesse Diane (3).

Le roman Carmente (1666) de Mlle Desjardins débute par l'évocation de festivités semblables, destinées à célébrer la fête de Pan (éd. de 1720, p. 3).


(1)

Mais enfin, Madame, pour ne vous point lasser inutilement, en vous racontant les particularités des Jeux Olympiques, qui durent plusieurs jours, je ne vous dirai rien des quatre premières journées, parce que les dames ne s'y trouvent pas, et que ce n'est que le jour de la course des chariots, qui est le dernier, que tous les vainqueurs sont couronnés ; joint que Mélante et le Prince de Cyparisse, pour conserver quelque dignité, ne furent que de cette dernière journée, dont l'exercice est le plus noble de tous.
(Quatrième partie, livre I, p. 470 )

--

(2)

Outre la belle chasse dont je vous ai parlé, la musique et le Bal, qu'il donna plus d'une fois à sa considération, il y eut encore une course de chariots, qui fut la plus magnifique chose du monde, et la plus divertissante à voir. Car enfin il faut s'imaginer de voir de front, cent petits chars de triomphe, aussi brillants qu'on nous peint celui du Soleil; il faut, dis-je, se les imaginer, tirés par les plus beaux chevaux du monde et se représenter dans chacun un homme magnifiquement habillé, qui tienne d'une main les rênes de ses chevaux qui sont d'un tissu d'or, et de l'autre une longue javeline ornée de pierreries, et qui, excitant ses chevaux de la voix, en même temps que mille instruments de guerre, font retentir l'air des sons éclatants, part comme tous les autres du bord d'une grande pelouse qui est destinée pour cela pour arriver au bout de la carrière, où sont les échafauds pour les dames, sous des tentes magnifiques, et où le prix de la victoire leur est donné, par celle que celui qui fait la fête a choisie pour cela.
(p. 2827)

--

(3)

La fête de Diane est toujours solennelle,
Et comme tous les ans les jeux qu’on renouvelle,
Appellent en ces bois les bergers d’alentour,
Pour disputer les prix qu’on propose en ce jour.
(Les Charmes de Félicie, tirés de la Diane de Montemaior, pastorale, Paris, G. de Luyne, 1654, I, 1, p. 2)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs