[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Des sentiments d'honneur et de vertu

Des sentiments d'honneur et de vertu


"Il instruit les âmes à la vertu, et l'on apprend avec lui à devenir honnête homme. Ne voyez-vous pas bien dès qu'on en prend, de quelle manière obligeante on en use avec tout le monde, et comme on est ravi d'en donner, à droit, et à gauche, partout où l'on se trouve? On n'attend pas même qu'on en demande, et l'on court au-devant du souhait des gens: tant il est vrai, que le tabac inspire des sentiments d'honneur, et de vertu, à tous ceux qui en prennent."
Don Juan ou le Festin de pierre, I, 1

Dans arguments semblables étaient avancés par Panurge dans le Tiers Livre en faveur de son éloge des dettes :

Chapitre IIII.
Continuation du discours de Panurge à la louange des presteurs & debteurs.

Au contraire representez vous un monde autre, auquel un chacun preste, un chacun doive, tous soient debteurs, tous soient presteurs. O quelle harmonie sera parmy les reguliers mouvemens des cieux ! Il m'est avis que je l'entends aussi bien que fit onques Platon. Quelle sympathie entre les elemens ? O comment Nature s'y delectera en ses oeuvres et productions ! Cerès chargée de bleds: Bacchus de vins: Flora de fleurs: Amona de fruits, Juno en son air serain, seraine, salubre, plaisante. Je me pers en ceste contemplation. Entre les humains Paix, Amour, Dilection, Fidelité, repos, banquetz, festins, joye, liesse, or, argent, menue monnoie, chaines, bagues, marchandises, troteront de main en main. Nul procès, nulle guerre, nul debat : nul n'y sera usurier, nul leschart, nul chichart, nul refusant. Vray Dieu, ne sera-ce l'aage d'or ? le règne de Saturne? L'idée des regions Olympiques: es quelles toutes autres vertus cessent, Charité seule règne, regente, domine, triomphe ? Tous seront bons, tous seront beaux, tous seront justes. O monde heureux ! O gens de cestuy monde heureux ! O beats trois et quatre fois ! Il m'est avis que j'y suis. Je vous jure le bon Vray bis, que si cestuy monde, eust Pape foizonnant en Cardinaux, et associé de son sacré collège, en peu d'années vous y verriez les saints plus drus, miraclificques, à plus de leçons, plus de voeu, plus de bastons et plus de chandelles, que ne sont tous ceux des neuf eveschez de Bretaigne.
(éd. de 1659, p. 323)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs