[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Du commerce des sens nette et débarrassée

Du commerce des sens nette et débarrassée


"Vous ne sauriez pour moi tenir votre pensée
Du commerce des sens nette et débarrassée?"
Les Femmes savantes, IV, 2 (v. 1190-1192)

Les incitations d'Armande font écho à celles d'Elvire qui, dans Le Festin de pierre, prétendait rejeter le "commerce des sens".

Mais, plus précisément, elles correspondent à la "désapplication des sens" qu'exposait François Guilloré dans Les Progrès de la vie spirituelle, selon les différents états de l'âme (1675) :

Sur la désapplication des sens d'avec leurs objets
Voici une nouvelle forte de dépouillement, autant purifiante qu'elle est délicate et où l'esprit de la grâce ne manque jamais d'attirer une âme, quand il a sur elle des desseins d'une sainteté particulière.

Vous voyez comment cet esprit saint, après avoir blessé le cœur par de tendres sentiments, après lui avoir découvert ses grandes misères, afin de l'obliger à sortir de soi et à se haïr; après l'avoir dépouillé de tout ce qui pouvait le souiller par ses attachements, veut encore le dépouiller d'une manière plus délicate, ne permettant pas, que ses sens s'appliquent avec aucun plaisir à leurs objets, mais les obligeant d'être dans une perpétuelle désapplication.
[...]
Mais je vous prie aussi de faire ici une très exacte distinction de la désapplication des sens et de la mortification des sens
1.La mortification des sens consiste à leur donner tout ce qui leur est contraire ; à accabler sa chair d'austérités, à donner à son goût tout ce qu'il y a de grossier et d'amer, à flairer volontiers tout ce qui sent mauvais ; ou bien à leur refuser tout ce qui les peut satisfaire [...] Mais la désapplication des sens ne dit rien de tout cela, elle dit seulement « qu'on ne fait aucun usage des sens; cela veut dire que les sens usent de leurs objets d'une manière, comme s'ils n'en usaient aucunement. C'est pourquoi l'esprit en ce rencontre et dans cette façon d'opérer n'a aucun dessein de mortifier les sens et de leur faire la moindre peine.
(éd. de 1687, p. 126-127)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs