[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Elle croit aimer parfois qu'il n'en est rien

Elle croit aimer parfois qu'il n'en est rien


"Comment pouvoir juger s'il est vrai qu'elle l'aime ?
Son cœur, de ce qu'il sent, n'est pas bien sûr lui-même ;
Il aime, quelquefois, sans qu'il le sache bien,
Et croit aimer, aussi, parfois, qu'il n'en est rien."
Le Misanthrope, IV, 1, v. 1181-1184

Une des maximes de La Rochefoucauld énonce :

Les femmes croient souvent aimer, encore qu'elles n'aiment pas ; l'occupation d'une intrigue, l'émotion d'esprit que donne la galanterie, la pente naturelle au plaisir d'être aimées, et la peine de refuser, leur persuadent qu'elles ont de la passion, lorsqu'elles n'ont que de la coquetterie. (1)
(Maxime 304 de l'édition de 1665)

La Mothe le Vayer, dans son "petit traité" "De l'amitié" (Opuscules ou petits traités, 1643) écrivait :

A peine sommes-nous capables de répondre de notre propre fait; et souvent nous ne savons pas bien si nous-mêmes nous aimons de bonne sorte, à cause de la difficulté naturelle de rentrer en soi et de se connaître suffisamment.
(Oeuvres, 1757, II, 2, p. 133)

Ce passage suit un développement qui renvoie à l'idée qu'on ne voit pas les coeurs.


(1) Source : M. Gerlach-Nielsen, "Le Misanthrope et l'anthropologie classique", Revue Romane X, p. 348.




Sommaire | Index | Accès rédacteurs