[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Emmener votre fils

Emmener votre fils


"Pendant que nous mangions, il a fait mettre la galère en mer, et se voyant éloigné du port, il m'a fait mettre dans un esquif, et m'envoie vous dire que si vous ne lui envoyez par moi tout à l'heure cinq cents écus, il va vous emmener votre fils en Alger.- Comment, diantre, cinq cents écus ? - Oui, Monsieur; et de plus, il ne m'a donné pour cela que deux heures."
Les Fourberies de Scapin, II, 7

Le stratagème du faux enlèvement du fils, ourdi pour soutirer de l'argent du père, constituait une péripétie de

  • la comédie Le Pédant joué (1654) de Cyrano de Bergerac, dans des termes proches de ceux des Fourberies de Scapin (voir également "que diable allait-il faire dans cette galère") (1)
  • le scenario de commedia dell'arte "Il capitano", recueilli dans Il teatro delle favole rappresentative (1611) de Flaminio Scala ("Giornata XI") (2)


(1)

CORBINELI :
Votre fils, à la vérité, n'est pas mort, mais il est entre les mains des Turcs.

GRANGER :
Entre les mains des Turcs ? soutiens-moi, je suis mort.

CORBINELI :
A peine étions-nous entrés en bateau pour passer de la Porte de Nesle au Quai de l'Ecole [...] à peine avons-nous éloigné la côte que nous avons été pris par une galère turque. [...] Mais ils ne se sont pas contentés de ceci, ils ont voulu poignarder votre fils..

PASQUER
Quoi, sans confession ?

CORBINELI
S'il ne se rachetait par de l'argent.
(Oeuvres diverses, 1654, II, 5, p. 53-61)

(2)

Pedrolino tutto affanato dà nuova a Pantalone come nel viaggio i banditi hanno pigliato Orazio, fattolo prigione con taglia di cento scudi. Pantalone li sborsa il dinaro accio che lo riscatti, et entra. Pedrolino, allegro, parte.
(Atto primo, éd. F. Marotti, Milano, Il Polifilo, 1976, t. I, p. 122)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs