[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > En dépit de la mode

En dépit de la mode


"Quoiqu'il en soit, je suis attaché fortement
A ne démordre point de mon habillement.
Je veux une coiffure, en dépit de la mode,
Sous qui toute ma tête ait un abri commode ;
Un bon pourpoint bien long et fermé comme il faut,
Qui, pour bien digérer, tienne l'estomac chaud ;
Un haut-de-chausses fait justement pour ma cuisse ;
Des souliers où mes pieds ne soient point au supplice.
Ainsi qu'en ont usé sagement nos aïeux :
Et qui me trouve mal n'a qu'à fermer les yeux."
L'Ecole des maris, I, 1 (v. 65-74)

Cette préférence pour le caractère "commode" dans le choix des vêtements correspond précisément aux récriminations contre la mode que Les Lois de la galanterie (1658, attribué à Charles Sorel) attribuent aux "bons Gaulois et gens de la vieille Cour" :

Il faut prendre pour bons Gaulois et gens de la vieille Cour, ceux qui se tiennent à une mode qui n’a plus de crédit, à cause qu’elle leur semble commode. Il serait ridicule de dire : "je veux toujours porter des Fraises, pour ce qu’elles me tiennent chaudement ; je veux avoir un Chapeau à grand bord, d’autant qu’il me garde du Soleil, du vent, et de la pluie ; il me faut des Bottes à petites genouillères, pour ce que les grandes m’embarrassent ; je ne veux par porter de grands Canons aux jambes à cause qu’ils m’empêchent de marcher". C’est n’entendre pas qu’il se faut captiver un peu pour être toujours bien mis. Ne dit-on point qu’il ne faut point penser avoir toutes ses aises en ce Monde ?
(§ X)

Vous savez que comme le cordon et les aiguillettes s’appellent la petite oie, on appelait un jabot l’ouverture de la chemise sur l’estomac, laquelle il fallait toujours voir avec ses ornements de dentelle, car il n’appartient qu’à quelque vieil penard d’être boutonné tout du long.
(§ X)

Plus haut, Sganarelle refusait la tyrannie de la mode ("à la mode il faut m'assujettir") et s'en prenait à la folie de ceux qui la suivent ("les sottises qu'on porte"). Ariste lui reprochait de "fuir obstinément ce que suit tout le monde".




Sommaire | Index | Accès rédacteurs