[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Explique, Arbate

Explique, Arbate


"Explique, explique Arbate, avec toute licence
Ces soupirs, ces regards, et ce morne silence"
La Princesse d'Elide, I, 1, v. 9-10

Le héros mélancolique protagoniste de la première scène du roman Carmente (1666) de Mlle Desjardins a lui aussi pour confident un sage, avec qui il a établi un rapport de confiance :

Il s'abandonna à une rêverie si profonde et si douloureuse, qu'elle aurait triomphé de toute la force de son esprit, si le fameux Théocrite ne fût arrivé dans cet endroit pour le consoler. Ce savant personnage si connu par les ouvrages de son esprit, non seulement en Grèce, mais dans tout le reste du monde, ayant alors des inquiétudes secrètes qui ne lui permettaient pas de donner beaucoup de temps au sommeil, était sorti de sa cabane presque aussitôt que le charmant Cléophile avait quitté la sienne, et le hasard ayant conduit ses pas jusques auprès du pasteur affligé, il le trouva couché sur le côté, la tête appuyée contre un rocher revêtu de mousse, et les yeux attachés sur le torrent ; mais avec une application si profonde que Théocrite avait eu le loisir de s'asseoir à ses côtés, et l'avait même appelé par son nom plusieurs fois, avant que le pasteur fût revenu de la léthargie où ses réflexions l'avaient enseveli. Théocrite qui savait parfaitement la cause de cette rêverie, et qui depuis longtemps avait pris une habitude de donner ses avis au berger sans aucune précaution : "Eh quoi donc, Théophile, lui dit-il, est-ce là cette force d'esprit que vous m'aviez promis d'avoir en cette journée ?"
(éd. des Oeuvres de 1720, p. 5)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs