[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Factoton

Factoton


"- Par ma foi, Monsieur l'intendant, vous nous obligerez de nous faire voir ce secret, et de prendre mon office de cuisinier: aussi bien vous mêlez-vous céans d'être le factoton."
L'Avare, III, 1

Le terme figure sous sa forme latine "factotum" dans la traduction française des Suppositi de l'Arioste (Trad. de Jean-Pierre de Mesmes, 1552). A la scène 3 de l'acte III, Nebias se plaint sur la vente des grains et des vins:

NEBIAS
[…]
J’étais bien ébahi si Dulipe se pouvait si bien accoutrer de ce peu de salaire qu’il avait de notre maître, j’en vois bien maintenant la cause, il était le dépensier, il avait le soin de vendre les grains, les vins, il prenait et tenait conte du revenu et de la dépense. Somme il était le factotum. Dulipe ceci, Dulipe cela, favorisé du maître et favorisé des enfants, et tous nous autres de la maison n’étions rien en regard de lui.

NEBBIA
[…] mi meravigliavo bene che Dulipo vestir se potesse cosi bene di quel poco salario che egli haveva dal padrone, hora comprendo che n’era causa, egliera il spenditore, egli haveva la cura di vendere li formenti, e li vini, egli pigliava, e tenea conto de l’intrate, e de le spese, e era fa il tutto. Dulipa di qua, Dulipa di la, egli favorito del padrone, egli favorito de gli figlivoli, noi tutti altri de casa appresso lui eravamo da niente […]
(La Comedie des Supposez de M. Louis Arioste, en italien et en français par J. P. de Mesmes, 1552, p. 44-45.)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs