[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > La Critique de L'Ecole des femmes

La Critique de L'Ecole des femmes


Autour de La Critique de L'Ecole des femmes

La Critique de L'Ecole des femmes

PERSONNAGES

Elise
le marquis
Climène
Lysidas

Scène I

les fainéants
les beaux esprits
délicatesse
la quantité des sottes visites
essuyer
turlupinades
les boues des halles et de la place Maubert
la place Royale

Scène II

qu'on aille dire que je n'y suis pas
une furieuse aversion
sotte bête
façonnière
il semble que tout son corps soit démonté
elle affecte toujours
un ton de voix languissant et niais
une petite bouche
sa naturelle paresse à soutenir la conversation
une personne qui ne devait pas être faite comme les autres
faire des impromptus sur tout ce qu'on disait

Scène III

je viens de voir
rhapsodie
ma chère
grain de sel
vous me faites pitié
rude joueuse
toutes ces ordures
salit à tous moments l'imagination
l'honnêteté d'une femme n'est pas dans les grimaces
délicatesse d'honneur
un sens criminel aux plus innocentes paroles
chaste des oreilles
pas un mot qui de soi ne soit fort honnête
obscénité
vous avez tort de défendre ce 'le'

Scène IV

je lui dis que vous n'y êtes pas
du mépris pour ma personne
je paye l'intérêt de ma mauvaise mine
sur quoi en étiez-vous ?
étouffé à la porte

Scène V

morbleu
je ne me suis pas seulement donné la peine de l'écouter
bel air
du sens commun
sur le théâtre
l'approbation du parterre
la bonne façon d'en juger
se laisser prendre aux choses
je suis pour le bon sens
il veut qu'on le consulte
sans s'y connaître
un attentat sur ses lumières
sur le retour de l'âge
syllabes déshonnêtes
je me dédirai, pour l'amour de vous
voici l'auteur, Monsieur Lysidas
Monsieur Lysidas

Scène VI

lire ma pièce
les louanges qui lui ont été données
m'ont promis de faire leur devoir
entre nous autres auteurs
des personnes raisonnables
profitons de la leçon
miroirs publics
les injures des amants n'offensent jamais
Moi, rien. Tarte à la crème
pommes en Normandie
bagatelles
indulgent pour les ouvrages des autres
solitude effroyable
les goût des gens
bien touchée
l'une n'est pas moins difficile à faire que l'autre
car enfin
peindre d'après nature
faire rire les honnêtes gens
un point de Venise et des plumes
le commerce de tout le beau monde
le savoir enrouillé des pédants
leurs grimaces savantes
sans le secours d'Horace et d'Aristote
si la grande règle de toutes les règles n'est pas de plaire
des comédies que personne ne trouve belles
si les choses me touchent
une sauce excellente
je les ai lues autant qu'un autre
avec vos grands mots
le coeur m'en saigne quelquefois
furieusement
trois ou quatre choses que je vais vous dire
il ne se passe point d'actions
le respect que l'on doit à nos mystères
te voilà mal ajusté
ridicule en de certaines choses, et honnête homme en d'autres




Sommaire | Index | Accès rédacteurs