[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Le Malade imaginaire

Le Malade imaginaire


Autour du Malade imaginaire

Le Malade imaginaire

PROLOGUE

Flore
Pan
si d'un peu d'amitié... si tu seras sensible
cent combats plus doux
un torrent fameux
le foudre menaçant
ces fameux demi-dieux
point de mots assez grands
le silence est le langage
Il suffit d'avoir entrepris

PERSONNAGES

Angélique
Béralde
Monsieur Fleurant
Monsieur Bonnefoy, notaire

ACTE I

Scène 1

parties d'apothicaire
trois et deux font cinq
un petit clystère

Scène 2

ha, ha, ha
ai-je bien fait de la bile
y mettre le nez

Scène 4

embrasser ma défense sans me connaître

Scène 5

on vous demande en mariage
petit papa mignon
le mari que je dis

Scène 6

mamour
accommodant les oreillers
ne parlons point de cela

Scène 7

j'ai à vous dire là-dessus
la disposition serait nulle
d'autres personnes bien plus accommodantes

Premier intermède

Polichinelle
tigresse
archers
Champagne, Poitevin, Picard
trente croquignoles ou douze coups de bâton

ACTE II

Scène 2

en long ou en large
ébranler le cerveau
elle fait semblant de parler

Scène 4

que vous serez bien engendr-é

Scène 5

ils parlent tous deux en même temps
grand benêt
un second père
baiserai-je
ne plus ne moins
la statue de Memnon
héliotrope
un garçon qui n'a point de méchanceté
ferme dans la dispute
opinions de nos anciens
la circulation du sang
une grande thèse roulée
pour l'image
la dissection d'une femme
dans les formes
chanter avec Mademoiselle
petit opéra impromptu
sous le nom d'un berger
je vous regarde
en voilà assez

Scène 6

inclination
impression dans mon âme
par contrainte
nego consequentiam
nous lisons des Anciens
enlever par force
Les Anciens sont les Anciens
soumis aux volontés de celle qu'on aime
distinguo
l'étroite sympathie
rôti, bouilli
nombre impair

Scène 8

papa
la fable du Corbeau et du Renard
conte de peau d'âne
le fouet
mon petit doigt

Scène 9

dissipera votre chagrin

Second intermède

Egyptiens
Mores
aimable jeunesse
on en redoute toutes les douceurs
s'il est volage

ACTE III

Scène 3

être malade en dépit des gens et de la nature
point d'homme qui soit moins malade que vous
vous n'êtes point crevé de toutes les médecines
une chose que tous les siècles ont révérée
un homme qui veut se mêler d'en guérir un autre
jusques ici
des voiles trop épais
nommer en grec toutes les maladies
pompeux galimatias
tout le monde a recours aux médecins
ils s'en servent pour eux-mêmes
la faiblesse humaine
l'erreur populaire
un homme qui croit à ses règles
balance
à sa femme et à ses enfants
la nature d'elle-même
de pures idées dont nous aimons nous repaître
de belles imaginations
ce ne sont point les médecins qu'il joue
je le laisserais mourir
point de secours
de la force que pour porter son mal

Scène 4

parler à des visages
une seringue à la main

Scène 5

on se moque de mes ordonnances
nettoyer votre corps
je vous abandonne

Scène 6

je suis mort
ne donnez point tant à votre imagination
est-ce un oracle qui a parlé ?
le courroux de Monsieur Purgon
un homme d'une grande prévention

Scène 8

ces jeux de la nature

Scène 9

tout le monde s'est trompé

Scène 10

cela est admirable
quatre-vingt-dix ans
de ville en ville
à l'agonie
votre nourriture
crever un oeil
le poumon
ce qu'il aurait fallu faire pour le guérir

Scène 11

l'entêtement où vous êtes pour elle
contrefaire le mort
n'y a-t-il point quelque danger

Scène 12

quelle perte est-ce que la sienne
malpropre, dégoûtant
je veux me saisir
surprise et épouvantée
le défunt n'est pas mort

Scène 13

quelle atteinte cruelle

Scène 14

je ne suis pas mort
habit
la barbe
carnaval

Troisième intermède

une cérémonie burlesque
virtus dormitiva
dignus est entrare
remediis aucunis
ancienni aviso
clysterium donare
juro
occidendi impune
per totam terram




Sommaire | Index | Accès rédacteurs