[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Le petit chat est mort

Le petit chat est mort


"Quelle nouvelle ?
- Le petit chat est mort."
L'Ecole des femmes, II, 5 (v. 460-461)

Alain, plus haut employait le terme "chat" dans une phrase non moins ambiguë : "J'empêche, peur du chat, que mon moineau ne sorte".

Ce terme porte des connotations équivoques dans la littérature comique :

  • chez Bonaventure Des Périers, dans Les Nouvelles récréations et joyeux devis (1558) (1).
  • chez Béroald de Verville, dans Le Moyen de parvenir (1610) (2).

A la scène I, 3 des Amours de Calotin (1664) de Chevalier, un personnage tirera matière à plaisanterie de l'usage de cette expression dans L'Ecole des femmes (3)


(1)

Chez Bonaventure Des Périers, dans Les Nouvelles récréations et joyeux devis (1558), on lit l'anecdote suivante :

Or çà, dites-moi en latin un chat (le curé voyoit le chat au long du feu). L'enfant répond catus, felis, murilegus.[...] Mon ami, je pense bien que vos régents vous ont ainsi montré ; mais il y a bien un meilleur mot : c'est mitis [tendre, mou, doux, suave], car vous savez bien qu'il n'est rien si privé qu'un chat.
(Première partie, Nouvelles XXI : "Du jeune fils qui fit valoir le beau latin que son curé lui avait montré")

--

(2)

Et chez Béroald de Verville, dans Le Moyen de parvenir (1610) :

...lui faisant naturellement étrangler le rat de nature, par le chat mistique du bas de son ventre, de quoy elle avoit recueilli un fruit mélodieux de savoureuse délectation.
(64 Emblème)

Erasme: - Mais comment diriez-vous en un mot une femme qui se chauffe, et a un chat entre les jambes ou sous ses robes ?
Hérodote: - C'est consumis. Et s' il n' y avoit point de chat, ce seroit convoitison .
(71 Leçon)

--

(3)

Ce qui fut plus plaisant, c'est qu'un certain d'entre eux
Dit que la pièce était un poème sérieux
Que, bien loin que ce fut une pièce comique
Qu'il ne s'en pouvait voir aucune plus tragique;
Les autres, de ce point ne restant pas d'accord,
Il leur dit là-dessus Le petit chat est mort
Et soutient hautement que c'était tragédie,
Puisque le petit chat avait perdu la vie.
(éd. de 1870, p. 21




Sommaire | Index | Accès rédacteurs