[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Les Précieuses ridicules

Les Précieuses ridicules


Autour des Précieuses ridicules

Les Précieuses ridicules

Préface

les grâces dépendent de l'action
entre les mains des libraires
ô temps, ô moeurs !
Messieurs les auteurs
à la tête d'un livre
les ridicules qui les imitent mal

PERSONNAGES

Gorgibus
Almanzor
Mascarille

Scène 1

Seigneur La Grange
pecques provinciales
donzelles ridicules
parler à l'oreille
tant bâiller, tant se frotter les yeux
nous leur jouerons tous deux une pièce
il n'y a rien à meilleur marché que le bel esprit
il se pique ordinairement de galanterie
dédaigne les autres valets jusqu'à les appeler brutaux

Scène 3

lait virginal
le lard d'une douzaine de cochons
les pieds de mouton qu'elles emploient

Scène 4

graisser le museau
procédé irrégulier
le moyen... de/que
une fille un peu raisonnable
par le concubinage
ce lien sacré où ils aspirent
du dernier bourgeois
bel air
un roman serait bientôt fini
débiter les beaux sentiments
pousser le doux, le tendre et le passionné
dans les formes
voir au temple la personne dont il devient amoureux
mettre sur le tapis
une question galante qui exerce les esprits de l'assemblée
cet aveu qui fait tant de peine
inclination
les jalousies conçues sur de fausses apparences
l'union conjugale
contrat
le roman par la queue
voici bien du haut style
ma cousine donne dans le vrai de la chose
toute leur personne marque cela
on n'y dure point, on n'y tient pas
la Carte de Tendre
rubans
bonne opinion des gens
une fille si spirituelle que moi
le beau style
il est vrai
ces noms étranges
une oreille un peu délicate
furieusement
il faut que vous demeuriez d'accord
le tissu de notre roman
je me lasse de vous avoir sur les bras
je veux être maître absolu

Scène 5

ma chère
une naissance plus illustre
toutes les apparences du monde

Scène 6

ah, ma chère, un marquis !
la filofie dans le Grand Cyre

Scène 7

Holà, porteurs, holà !
non, je ne suis pas content

Scène 9

Mesdames !
cette méchante affaire
je m'inscris en faux
la renommée accuse juste
pic, repic et capot
la libéralité de ses louanges
y a-t-il ici sûreté pour moi ?
quelque vol de mon coeur
quelque assassinat de ma franchise
de Turc à More
leur garde meurtrière
après s'être peigné
l'antipode de la raison
une vérité incontestable
nous sommes en passe de l'être
ils me rendent tous visite
car enfin
connaisseuse
avant tous les autres
je m'en escrime un peu
courir de ma façon deux cents chansons
plus de mille madrigaux
cela exerce l'esprit
bien tournés
mon talent particulier
mettre en madrigaux toute l'histoire romaine
de toutes nos oreilles
au voleur, au voleur
vous avez le goût bon
un tour spirituel et galant
impromptu
oh, oh, je n'y prenais pas garde
l'air cavalier
tudieu
Hem, hem. La, la, la, la, la
délicatesse
c'est à la cavalière
un air qui est passionné
est-ce qu'on n'en meurt point
chromatique
l'un des ces jours à la comédie
toute la mine
on les fait valoir
ma petite-oie
effroyablement
donner sur tout ce qu'il y a de plus beau
droit des gens
écorché depuis la tête jusqu'aux pieds

Scène 11

s'embrassant l'un l'autre
le visage pâle
un des vaillants hommes du siècle
assaisonne
la bravoure
une lune toute entière
vous sentirez quelque coup
as-tu là ton carrosse ?
hors des portes
ayons donc les violons pour danser
au diable soient tous les laquais !
braies nettes
une furieuse dépense en esprit
et du galant, et du bien tourné

Scène 12

il n'y a pas moyen
courante

Scène 15

aller sur nos brisées

Scène 16

je mourrai en la peine

Scène 17

pernicieux amusements des esprits oisifs
à tous les diables




Sommaire | Index | Accès rédacteurs