[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Ma guenille m'est chère

Ma guenille m'est chère


"Oui, mon corps est moi-même, et j'en veux prendre soin,
Guenille si l'on veut, ma guenille m'est chère."
Les Femmes savantes, II, 7 (v. 541-542)

Une épigramme de Martial était construite sur la même idée :

Pexatus pulchrè, rides mea, Zoile, trita.
Sunt haec trita quidem, Zoile, sed mea sunt.
(II, 58)

Zoile qui est si proprement vêtu, et si bien peigné, tu te moques de mes habits usés. Ils sont usés, à la vérité, Zoile: mais ils sont à moi.
(trad. Marolles, 1655, t. I, p. 179)

Zoïle bien vêtu, bien peigné sous la toque
De mes habits usés incessamment se moque.
Ils ne sont pas trop bons, Zoile, je le crois
Mais tous usés qu'ils sont, Zoïle, ils sont à moi.
(trad. Marolles, 1675, p. 77)




Sommaire | Index | Accès rédacteurs