[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Subligny, La Muse de la Cour à Monseigneur le Dauphin du 18 novembre 1666

Subligny, La Muse de la Cour à Monseigneur le Dauphin du 18 novembre 1666


Quelqu’un de SAINT GERMAIN vient de me rapporter
Que l’on vous y prépare un assez doux spectacle,
Et, cela supposé, ce n’est pas grand miracle
Que vous ne le puissiez quitter.
Un Ballet se propose où, dit-on, l’on emploie
Trois troupes de Comédiens,
De FRANCAIS et D’ITALIENS,
Qui par trois IMPROMPTUS y mêleront la joie.
On y fera des jeux dont l’art vous surprendra
Et, pour le couper court, tout ce que l’on voudra.
Mais, quel qu’en soit tout l’artifice,
Je gage que, si le sujet
Des IMPROMPTUS et du BALLET
Ne roule point sur la Police
(Je veux dire sur ceux qu’elle met en souci).
Vous n’y rirez pas tant que nous faisons ici.

(Texte saisi par David Chataignier à partir du Tome II (juillet 1666-décembre 1667) de l'édition du Bon Nathan-James-Edouard de Rothschild et de Émile Picot, 1881-1883, Paris, D. Morgand et C. Fatout éditeurs).




Sommaire | Index | Accès rédacteurs