[retour à un affichage normal]

Accueil > Outils > Index


3703 pages trouvées dans la base de données Molière 21 :

à Charlotte...à Mathurine

à Finaut

à d'austères devoirs

à deux genoux

à force de trop boire

à fuir vos yeux mon coeur se résolut

à genoux

à l'écart

à l'école chez nous

à l'agonie

à la fi yeu te trobi

à la fin je suis las

à la malice un peu porté

à la mode il faut m'assujettir

à la tête d'un livre

à notre humeur la sienne s'accommode

à quelle servitude

à quelque lâcheté/Le refus de mon bras

à quoi l'écriture te sert

à quoi qu'en reprenant on soit assujettie

à recevoir le monde toujours prête

à sa femme et à ses enfants

à soi-même il se reste

à son âge il sied mal de faire la jolie

à telle fin que de raison

à tous les diables

âme double et traîtresse

ébranler le cerveau

éclaircir toute cette aventure

écorché depuis la tête jusqu'aux pieds

élancements

épisodes

épouser une sotte est pour n'être point sot

épuisé sa miséricorde

équipé

équivoques infâmes

étouffé à la porte

étouffer en moi toute animosité

étrange frénésie

éventé

être assez fou pour faire des vers

être honnête homme, et faire mal des vers

être malade en dépit des gens et de la nature

ô admirable médecin

ô juste Ciel, je tremble

ô temps, ô moeurs

ARSINOÉ, CÉLIMÈNE

A Monsieur Mignard

A chi'l morir grave

A moins que l'on se jette à la tête des hommes

A ne B

Abrégé de la farce des Précieuses

Acante

Accommodant les oreillers

Acheté la qualité de son mari

Acheter sourdement l'esclave idolâtrée

Adelphes

Admirablement

Admire nos esprits

Admirer en vous l'auteur de la nature

Affaires fort délabrées

Affreuse solitude

Afin d'y rendre tout égal

Afin de mal user des choses qu'il vous donne

Aga guien

Aglante

Ah, Mascarille

Ah, ah, ah

Ah, ma chère, un marquis

Ah, mon pauvre Scapin

Ah, trop cruel époux

Ah fâcheuses nouvelles

Ah malheur, ah disgrâce

Ah mon cher Filène. Ah mon cher Tirsis

Ai-je bien fait de la bile

Aiguillettes

Aimable jeunesse

Aimer de tous côtés comme vous faites

Aimez, aimables bergères

Aimons-nous

Ainsi que la bouillie

Ainsi que la tête est comme le chef du corps

Airs de tête

Ajustent leurs gestes

Ajuster l'affaire

Alceste

Allégresse

Allah ekber

Aller au bois moi-même

Aller ivrogner toute la nuit

Aller sur nos brisées

Allez, obéissez

Allez mourir, rivaux d'un dieu jaloux

Allons, Flipote

Allons, mettez

Allons au Cours

Allons nous renfermer

Allons voir cependant ces jardins, ce palais

Almahide

Almanach

Almanzor

Amants magnifiques

Ambousahim oqui boraf

Aminte

Amours et Zéphyrs

Amphitruo

Amphitryon

Amphitryon contre lui-même

Ancienni aviso

Andrès

Andrienne

Andromède

Angélique

Angelica

Angigorniaux

Animi index et speculum

Année 1659

Anselme

Apollon

Apothicaire indigne

Applaudir à ce qu'ils font

Applique tous ses soins à me persécuter

Appris à tout souffrir

Approuver mon procédé

Appuyer le dernier vers

Après la mort le médecin

Après s'être peigné

Après vingt ans et plus de méditation

Arbate

Arbres épais

Archers

Ardez

Aristomène

Aristote a bien raison

Aristote et Horace

Aristote n'était rien qu'un bavard

Arlequin

Armés contre ma comédie

Arnolphe

Arrêtez-vous, Léandre

Ars vero longa

Arsinoé

Artelinde

As-tu là ton carrosse

As-tu peur que je ne l'oublie

As de pique

Ascagne

Assaisonné du sel

Assaisonne

Assaisonner la bonne chère

Atanaton...

Attachements

Attente frivole

Attila

Attirer sa colère

Au-dessus de l'oreille

Au Mail, à Luxembourg et dans les Tuileries

Au côté du menton

Au cabinet

Au chemin du ciel

Au comble de sa joie

Au cuisinier

Au diable les savants

Au diable soient tous les laquais

Au dos avoir mon luminaire

Au nombre des dieux

Au poil et à la plume

Au premier faquin il court en faire autant

Au quatorze ou au vingt-et-un

Au rang des vieux péchés

Au siècle où nous sommes

Au sort d'être cocu son ascendant l'expose

Au trépassement d'un chat

Au voleur

Au voleur, au voleur

Aucune incommodité

Audi, quaeso

Aulularia

Auprès du maître

Autorités dans l'antiquité

Autour d'Amphitryon

Autour de Don Garcie de Navarre

Autour de Don Juan

Autour de Georges Dandin

Autour de L'Amour médecin

Autour de L'Avare

Autour de L'Ecole des femmes

Autour de L'Ecole des maris

Autour de L'Etourdi

Autour de L'Impromptu de Versailles

Autour de La Critique de L'Ecole des femmes

Autour de La Gloire du Val de Grâce

Autour de La Jalousie du Barbouillé

Autour de La Princesse d'Elide

Autour de Mélicerte

Autour de Monsieur de Pourceaugnac

Autour de Psyché

Autour de la Comtesse d'Escarbagnas

Autour de la Consolation à La Mothe le Vayer

Autour de la Pastorale comique

Autour des Amants magnifiques

Autour des Fâcheux

Autour des Femmes savantes

Autour des Fourberies de Scapin

Autour des Précieuses ridicules

Autour du Bourgeois gentilhomme

Autour du Cocu imaginaire

Autour du Dépit amoureux

Autour du Médecin malgré lui

Autour du Médecin volant

Autour du Malade imaginaire

Autour du Mariage forcé

Autour du Misanthrope

Autour du Remerciement au roi

Autour du Sicilien

Autour du Tartuffe

Aux autres tout autant

Aux bêtes nous ravale

Aux champs

Aux choses du ménage

Aux crimes les plus grands

Aux deux princes qui sont les derniers arrivés

Aux larmes laisse tes yeux ouverts

Aux méchants complaisants

Aux nobles actions elle pousse les coeurs

Aux ombres du crime on prête aisément foi

Aux prisonniers

Aux soupçons donné plus de matière

Avant tous les autres

Avaricieux

Avaritia

Avec beaucoup d'usure

Avec cérémonie

Avec ces pointes d'or qui me font obéir

Avec des traits de flamme

Avec emphase

Avec la croix

Avec lumière et choix cette union veut naître

Avec mon petit sens

Avec sa mine froide

Avec son équipage de campagne

Avec une échelle

Avec vos grands mots

Aveux en face

Avez-vous des acteurs et des actrices

Avez-vous le diable dans le corps

Avez-vous vu une jeune personne

Avisé le premier je les ai

Avis au lecteur de l'édition Sambix

Avis au lecteur de l'édition de 1683

Avis de droit canon d'Etienne Baluze

Avoir de l'esprit

Avoir les yeux sur elle

Avoir toute sa vie une bête avec soi

Ayons donc les violons pour danser

Béatitude

Béni soit cet édit

Bénignité

Béralde

Babille tout du long de l'aune

Bagatelles

Bain d'eau pure et nette

Baiserai-je

Balance

Ballet des Muses

Ballet nouveau du mariage de Panurge

Bannie de Rome

Bannissable de la République des lettres

Barbouillé

Baron

Bas de soie

Bastonara

Beauchâteau

Beaucoup d'eau

Beaucoup de gens le trouvent admirable

Beaucoup en peu de paroles

Beaucoup plus qu'il ne semble

Beauté rudânière

Bel air

Belle deguaine

Belle inhumaine

Belle marquise

Belles draperies

Benêt d'Aristote

Bergers

Besoin de divertissement

Bien des conquêtes de qualité

Bien des gens ont frondé cette comédie

Bien et beau

Bien plaisanter

Bien pleins de cérémonie

Bien public en elle

Bien touchée

Bien tournés

Blâmé dans la bouche publique

Blanche magie

Blessent la visière

Boire chopaine

Bois, prés, fontaines

Bon bourgeois

Bon chrétien

Bon droit a besoin d'aide

Bon nez

Bonheur si parfait

Bonjour, Monsieur Molière

Bonjour et bon an à Messieurs les cornards de Paris et de Lyon

Bonne assiette

Bonne chère avec peu d'argent

Bonum est

Bonus, bona, bonum

Bords légers d'ouvrage

Bourse

Bouteille jolie

Brûler une âme

Braies nettes

Bramina

Branches

Brennus

Brillants et parés

Brindavoine

C'en est fait

C'est à elles à le prendre

C'est à la cavalière

C'est à sa table à qui l'on rend visite

C'est Monsieur

C'est ainsi que tu me rends service

C'est beaucoup risquer que de leur montrer des soupçons

C'est ce que je demande

C'est d'un autre objet que son coeur est épris

C'est de l'esprit que procèdent les maladies

C'est de lui que je sais ce que je puis savoir

C'est dire fort net ses pensées

C'est donc ainsi qu'on aime

C'est elle qui gouverne

C'est l'honneur qui les doit tenir

C'est lors que plus il m'aime

C'est lui qui le dit

C'est maintenant que je triomphe

C'est miniature

C'est mon honneur que je vous abandonne

C'est qu'il est jeune encore

C'est trop de la moitié

C'est un bonheur si haut, si relevé

C'est un coquin

C'est un homme

C'est un plaisir de prince

C'est un vrai dragon

C'est vivre de ménage

Célie

Célimène

Célimène me trompe

Cérémonie turque

Cabale

Cabricias arci thuram

Cadédis

Candelaio

Car enfin

Carigar camboto

Carnaval

Carogne

Carrosses à la porte plantés

Cavé

Ce cas fortuit

Ce chien d'homme-là

Ce coup me transporte

Ce coup mortel

Ce discours sent le libertinage

Ce galimatias maudit

Ce grand aveuglement où chacun est pour soi

Ce jargon n'est pas fort nécessaire

Ce jeune miracle

Ce lien sacré où ils aspirent

Ce loup-garou qui vous donna tant de coups de bâton

Ce m’est une gloire

Ce ma til fait

Ce moi qui

Ce n'en est pas le temps

Ce n'est pas pour des prunes

Ce n'est plus le temps de la guerre

Ce n'est point ainsi que parle la nature

Ce n'est point compliment

Ce n'est point moi qui veux me battre

Ce n'est point un choix

Ce néanmoins

Ce ne sont point de ces grands vers pompeux

Ce ne sont point les médecins qu'il joue

Ce noeud bien assorti

Ce péril étonnant

Ce péril dont tous deux nous avons sauvé vos charmes

Ce petit mot d'écrit

Ce placet est fort long

Ce poison qui me court par toutes les veines

Ce qu'il aurait fallu faire pour le guérir

Ce qu'il faut pour paraître marquis

Ce qu'ont dit les autres avant eux

Ce qu'unissent les dieux

Ce que chez nos voisins on dit partout de nous

Ce que fit Alexandre

Ce que j'ai fait tout seul

Ce que l'on vous doit

Ce que les autres nomment galants

Ce que mes regards lui disent

Ce que plus il souhaite est ce qu'il craint le moins

Ce que voient mes yeux, franchement je m'y fie

Ce qui fait que votre fille est muette

Ce qui n'était que jeu

Ce qui peut marquer les plus parfaits amants

Ce qui sied bien à un sexe

Ce rare secret

Ce sanglier, qui par nos gens chassé

Ce secret, de tout enflammer

Ce sexe trompeur

Ce silence rêveur

Ce sont coups du hasard, dont on n'est point garant

Ce sont partout sujets de satire

Ce soupir amoureux

Ce style figuré

Ce supplice

Ce torrent effréné

Ce traître de Sicilien

Ce vulgaire dessein

Cela choque le sens commun

Cela est admirable

Cela exerce l'esprit

Cela n'est pas pressé

Cela sort de vous

Cela vient de ce qu'il est jaloux

Celle de l'esprit

Cent aventures prédites

Cent choses plus à craindre

Cent combats plus doux

Cent contes de la sorte

Cent préceptes divers

Cerf à sa seconde tête

Cerf dix-cors

Ces belles raisons de sympathie

Ces bonnes nuits donnent de mauvais jours

Ces cadeaux

Ces chaînes du ciel qui tombent sur nos âmes

Ces craintes ridicules

Ces dévots de place

Ces deux nymphes te prétendent

Ces deux soeurs si pareilles

Ces droits de la naissance

Ces eaux, ces blancs, ces pommades

Ces fameux demi-dieux

Ces fonds officieux

Ces gens-là se trémoussent bien

Ces grands faiseurs de protestations

Ces grands nouvellistes

Ces hôtels

Ces honnêtes diablesses

Ces jeux de la nature

Ces noirs accès qui troublent sa raison

Ces noms étranges

Ces paisibles lieux

Ces sociétés déréglées

Ces sortes d'écoliers

Ces sortes de déités

Ces sortes de périls ne m'ont jamais arrêté

Ces visites, ces bals

Cet étrange choix où votre coeur s'engage

Cet Argus

Cet amour de travail

Cet aveu qu'elle fait avec sincérité

Cet aveu qui fait tant de peine

Cet honneur est tendre

Cet honneur fatal

Cette affectation d'un grave extérieur

Cette bourrasque imprévue

Cette familiarité

Cette feinte où je me force

Cette gente assassine

Cette grande faim

Cette grande langueur

Cette grande raideur des vertus des vieux âges

Cette grande santé est à craindre

Cette habitude du corps

Cette jalouse humeur

Cette jeune veuve

Cette lâche méthode

Cette lettre

Cette longue lunette

Cette méchante affaire

Cette perte m'est très sensible

Cette pratique infâme

Cette sécheresse étrange où l'on nous fait languir

Cette tyrannie

Cette tyrannie de Messieurs les maris

Ceux qui craignent la colique

Ceux qui font beaucoup de bruit

Ceux qui parlent le mieux

Ceux qui sont morts sont morts

Châtier cette insolence

Chétive créature

Chacun a raison

Chacun gagnait son arbre

Chagrin

Champagne, Poitevin, Picard

Chandelles

Change de figure

Changer de mari comme on fait de chemise

Chansons

Chante ta chanson

Chantelou, Mémoire du traitement fait par la Maison du Roi à Monsieur le Cardinal Chigi

Chanter avec Mademoiselle

Charivari

Charles Sorel

Charmante affligée

Charmante nourrice

Charmants attraits

Charmes de la Thessalie

Chasseurs

Chaste des oreilles

Chercher des raisons pour être misérable

Cheval, âne, ou mulet

Cheval de Pacolet

Chez toi doit naître un fils

Chiens de pendards

Chimères

Choisir un mari

Choisit-on qui l'on veut aimer

Chromatique

Chronologie moliéresque

Chrysale

Cicéron

Cimetière des Arènes

Cinq universelles

Clélie

Cléonte

Cléonte, en Turc

Claudine

Climène

Clysterium donare

Commander aux démons

Comme Alexandre

Comme ainsi soit que

Comme cela est naturel

Comme dit l'autre

Comme du fumier

Comme il en faut user

Comme la girouette

Comme le soleil

Comme les Grecs disent

Comme un homme hébété

Comme un lys, blanche et nette

Comme un morceau de cire

Comme un tel fils est né d'un père de la sorte

Comme une autre Diane

Comme une chose indigne

Commedia dell'arte

Comment, ouvre

Comment amoureux

Commentaire de La Mothe le Vayer sur la Consolation

Commentaire sur la Lésine, ou l'Histoire véritable du Capitaine de la Sablonnière

Commerce des sens

Comparer leur profession à la mienne

Composés à votre honneur et gloire

Conférences recueillies par Richesource

Confier ce dépôt amoureux

Confondons son esprit par son propre artifice

Confrérie

Confrérie de l'Esclavage

Connaître un pourpoint d'avec un haut-de-chausse

Connaisseuse

Connaissez vos traits

Consolatif

Consolation à La Mothe le Vayer

Conte de Messire Grillo

Conte de peau d'âne

Conte de peau d'asne

Conte du Lavement par force de d'Ouville

Contempler la bassesse où vous avez été

Content de soi-même

Contente

Contenter mon ressentiment

Contentez-vous des yeux

Contrat

Contre le théâtre

Contrefaire le mort

Contrefaire une dame de qualité

Contrefaiseur

Copie de Philidor

Coquille

Corbleu

Coridon

Corinne

Corps pour corps

Correspondance de Bussy-Rabutin et du Père Rapin

Corriger en divertissant

Corriger le hasard par la bonne conduite

Couler je ne sais quoi

Coup favorable

Courante

Courir au change

Courir de ma façon deux cents chansons

Courir tous les bals et les lieux d'assemblée

Coussi-coussi

Couvrez-vous

Couvrez ce sein

Couvrir les nudités

Covielle

Cracher comme elle

Craignez à votre tour l'effet de ma colère

Crever un oeil

Crocodile

Croix de par Dieu

Croyances publiques

Croyez, belle Psyché, croyez ce qu'ils vous disent

Cuistre fieffé

Cyclopes

Cynthie

D'être homme et de parler

D'Escarbagnas

D'aimer et n'être point aimée

D'amour mourir me font

D'autres personnes bien plus accommodantes

D'autres yeux que vous

D'estoc et de taille

D'homme d'honneur

D'où cela vient

D'où sort cette autre paysanne

D'un Grec je suis le sentiment

D'un autre avis que son ancien

D'un avare il fait un libéral

D'un objet odieux je sais que tout déplaît

D'un tel vieillard je prise plus le zèle

D'une bonne action verser la récompense

D'une tendre amitié souffrez ce dernier gage.

Dès quatre ans

Dès que l'obscurité

Débitent leur fait

Débiter les beaux sentiments

Déchausser ses souliers

Découvrir au peuple

Dédaigne les autres valets jusqu'à les appeler brutaux

Déesse des appas

Déférer aux pères

Défendez-vous, au moins

Définition de la courante

Dégénérer en manie

Déguiser mon nom

Déjeunions en hâte avec quelques oeufs frais

Délicatesse

Délicatesse d'honneur

Démon brouillon

Démons

Dépêchez

Dépêchons-nous de boire

Dépôt

Dépenses effroyables

Dépit

Dépit amoureux

Dérober l'avoine à vos chevaux

Dés-

Désir insatiable d'entasser écu sur écu

D’un Dieu de douceurs et de joie

Dame, damoiselle, bourgeoise, paysanne

Dandin

Dans ce petit coin sombre

Dans des bois toujours verts, où d'amour on respire

Dans l'Amérique

Dans la même disposition

Dans la maison de Sotenville

Dans le Monde on n’entend que plaintes de l’Amour

Dans le milieu qu'il faut

Dans le siècle où nous sommes

Dans les formes

Dans mon carrosse

Dans mon désert

Dans toutes mes leçons

Dans un âge à suivre les premiers mouvements

Dans un esquif

Dansent à l'entour

Daphné

Datur vacuum in rerum natura

De Gemini en Capricorne

De Turc à More

De arte graphica

De beaux dictons à réciter par coeur

De belles imaginations

De ce coeur vous adresser l'offrande

De certains petits impertinents dans le monde

De ces choses qui rassasient d'abord

De cette union prévoir les conséquences

De chevaux, d'équipage et de chiens

De fâcheux toujours assassiné

De justes balances

De l'épée au travers du corps

De l'amour un temps j'ai bravé la puissance

De l'honneur féminin cherche à faire curée

De l'onguent miton mitaine

De l'or, du coral et des perles

De la Recherche de la vérité

De la conscience à un Turc

De la force que pour porter son mal

De la lui demander il me vint la pensée

De la plaisante tragédie, jouée par deux voleurs, chez un drapier de la rue Saint-Honoré

De la rigueur du Ciel je veux toujours me plaindre

De la rondeur

De la sagesse

De leur esprit j'honore les lumières

De méchantes pièces que tout Paris va voir

De moi si mortel ennemi

De natura rerum

De nos Français l'ordinaire défaut

De petites folies les plus agréables du monde

De pures idées dont nous aimons nous repaître

De quel crime voulez-vous donc parler

De quel langage

De qui la nature est fort encline au mal

De qui puis-je tenir la nouvelle

De quoi se tant alarmer

De quoi vous mêlez-vous

De retour du voyage

De sa femme on se doit abstenir

De science aussi les femmes sont meublées

De se marier il donne des désirs

De sel attique assaisonné

De si rares honneurs ne m'appartiennent pas

De telles faiblesses

De tendresse innocente et d'ingénuité

De tout l'univers vous devenez jaloux

De toutes nos oreilles

De toutes vos oreilles

De véritables gens de bien

De verts galants

De ville en ville

De vingt verres de vin entourez votre coeur

De vos façons d'agir je suis mal satisfait

De vos larmes, Seigneur, la source m’est bien chère

Debout, debout

Demande-lui s'il veut venir souper

Demandent chaque jour

Demander pardon

Demeurer court à si peu de choses

Demeurer d'accord

Depuis le cèdre jusqu'à l'hysope

Depuis quelque temps

Depuis tant de siècles

Dernières faveurs

Dervis

Des écarts admirables

Des épisodes froids

Des Suisses

Des accidents très fâcheux

Des bassesses à qui vous devez la clarté

Des cadeaux merveilleux

Des chagrins songeons à nous défaire

Des chaudières bouillantes

Des choses par-dessus les maisons

Des comédies muettes

Des comédies que personne ne trouve belles

Des courses de chars et semblables magnificences

Des enfants dont nous soyons les pères

Des excuses en désordre

Des fiers droits que sur moi vous donne la nature

Des gens qui se portent fort bien

Des gens tout aussi simples qu'elle

Des hommes dans la lune

Des hommes en amour d'une humeur si souffrante

Des humeurs contenues dans le bas-ventre

Des joueurs de mail

Des leçons étendues

Des médecins et de la médecine

Des maris si patients qu'ici

Des menaces épouvantables

Des moeurs du temps mettons-nous moins en peine

Des mots qui sont trop rébarbatifs

Des moyens d'exercer notre philosophie

Des nigauds qui vous regardent et se mettent à rire

Des noeuds aussi vénérables

Des nouvelles de votre affaire

Des pères qui vivent autant que leurs fils

Des pas

Des personnes faites comme vous êtes

Des pièces saintes de M. de Corneille

Des poires de son jardin

Des raisons pour être excusé

Des secrets qui ne s'apprennent point

Des sentiments d'honneur et de vertu

Des sots que tous les hommes

Des souliers qui me blessent

Des sylvains

Des vers qu'il en savait par coeur

Des voiles trop épais

Descartes

Descartes pour l'aimant

Description des superbes machines et des magnifiques changements de théatre du Festin de pierre

Description du Père Ménestrier

Despautère

Dessein

Destinée

Deux Muses

Deux drachmes de matrimonium

Deux et deux font quatre

Deux feuilles de papier

Deux gouttes de lait

Deux grandes machines

Deux mille francs dus

Deux parfaits amis

Deux philosophes, vos voisins

Deux procureurs et deux sergents

Deux révérences

Deux suisses

Devant le coq

Devant notre maison

Devis des ouvrages de peinture du 3 décembre 1664

Devoirs de parenté

Diagnostiques et prognostiques

Dialogue de la Mode et de la Nature

Diantre si je le veux

Dictons

Dieu fera pour les siens

Différents emplois

Dignes de grande louange

Dignus est entrare

Dire à mille gens tout ce que d'eux on pense

Dire notre alphabet

Dis-nous donc ta nouvelle

Discourir des choses et non pas des mots

Discours au Roi

Disparaissez donc, je vous prie

Disposition extérieure

Distance si effroyable

Distinguo

Divertissement à Chantilly et à Dunkerque, 1671

Divins appas

Dix catégories

Dix fois docteur

Doctor doctorum eruditissime

Documentation musicale

Don Bertrand de Cigaral

Don Garcie de Navarre

Don Japhet d'Arménie

Don Juan ou le Festin de pierre

Donation entière

Donneau de Visé

Donner à boire

Donner dans

Donner sur tout ce qu'il y a de plus beau

Donnez-moi la main

Donzelles ridicules

Dorante

Dorante, Damis, Cléonte, et Lycidas

Dorer la pilule

Dorimène

Dorimond

Dormez, beaux yeux

Doubler les quatre-temps et les vigiles

Douce violence

Doucement il faut boire la chose

Doux concert

Douze tables des lois d'Amour

Droit des gens

Dryades

Du Ciel ou du tempérament

Du Prête-Jean, et du Grand Mogol

Du commerce des sens nette et débarrassée

Du dernier

Du faux avec le vrai faire la différence

Du fromage

Du haut allemand

Du latin plus honnête

Du mépris pour ma personne

Du nom de bel esprit

Du nom de divine appelée

Du port persique

Du savoir sans vouloir qu'on le sache

Du secret que vous m'avez fait

Du sens commun

Dulcifié

Durant cet entretien

Ecole des maris

Effroyablement

Egyptiens

Eh quoi, charmante Elise

Elégie contre les femmes

El burlador de Sevilla y convidado de piedra

El desdén con el desdén

El marido hace mujer y trato muda costumbre

Eliante

Elide

Elis

Elise

Elle a la bouche grande

Elle a les yeux bleus

Elle affecte toujours

Elle croit aimer parfois qu'il n'en est rien

Elle en apprenne jamais rien

Elle est montée vite dans sa chambre

Elle fait semblant de parler

Elle lève les yeux au ciel

Elle met du blanc

Elle ne passera pas la journée

Elle recule sa chaise

Elle tousse pour avertir son mari

Elle vous fait présent de cette cassolette

Embrassades

Embrasser ma défense sans me connaître

Emmener votre fils

Empêcher qu'on ne cause

Employer de l'argent à des perruques

Empoisonneuse d'âme

En Thessalie, dans la vallée de Tempé

En ami je vous ouvre mon coeur

En beauté d'attitude

En bien faire les grimaces

En bonnet de nuit et robe de chambre

En cette conjoncture

En chaise

En dépit de la mode

En dépit de nos dents

En dépit de vos dents

En des termes exprès, dire que je vous aime

En fuyant, sans se faire prier

En garde, Monsieur, en garde

En habit de cavalier

En langue franque

En lettres d'or

En long ou en large

En raisonnable époux

En riant instruire la jeunesse

En sage philosophe

En se mariant le crime en soit ôté

En se querellant

En secret

En spadassin

En tâter

En toute douceur laisse aller les affaires

En une humeur noire, en un chagrin profond

En vérité je plains les fâcheux embarras

En vain tu la déchires

En voilà assez

En vous faisant moitié de ma personne

En vrai jeune homme

Encolure

Encore vingt ou trente ans de cette vie-ci

Enfin seule et toute à moi-même

Enflée partout

Engendr-

Enlevée d'un couvent

Enlever par force

Ennemi de nature

Ennemi de soi-même

Ennemi mortel

Enseigner une courante

Entêtement de qualité

Entractes

Entre de telles mains

Entre les mains des libraires

Entre nous autres auteurs

Entre vos deux yeux

Entremets

Entretenir cet amant sous mon nom

Episode de Lancelot

Ercole amante

Ergaste

Eroxène

Es-tu Sosie encor

Esprits colériques

Essuyer

Est-ce à nous

Est-ce qu'on n'en meurt point

Est-ce un oracle qui a parlé

Est-ce vous que je vois

Est-il possible que vous ne croyiez point

Est-il temps d'aller en masque

Et à l'Enfer

Et Géralde, Madame

Et Vénus n'est plus à la mode

Et cependant c'est moi qui vous le dis

Et cependant je l'aime

Et dans la guerre il fait merveille

Et du galant, et du bien tourné

Et je veux, moi

Et moi je dis

Et non pas Criquet

Et pouvais-je m'en empêcher

Etourdi

Euryale

Eussiez-vous voulu qu'il se fût laissé tuer

Exagérateur incommode

Experientia magistra rerum

Experimentum periculosum

Explique, Arbate

Fâché d'être sage à leurs yeux

Fâcheux

Fées

Façonnière

Fabliau du Vilain Mire

Factoton

Fagotin et les marionnettes

Fagots

Faire aller son ménage

Faire ce que je voudrai

Faire entrer chaque secte

Faire injustice aux autres

Faire la capriole

Faire les choses de bonne grâce

Faire les choses secrètement

Faire notre cour à Sostrate

Faire obéir la jeunesse

Faire rire les honnêtes gens

Faire un tour à la foire

Faire voir ma calèche

Faisant des cérémonies pour s'asseoir

Faisons-le surprendre

Fait figure

Faites-vous des songes

Faites descendre Agnès

Faits justificatifs

Fanfan

Farouche esprit

Faunes

Faut-il que je sois né

Faux-monnayeurs en dévotion

Femme d'intrigue

Femme qui compose en sait plus qu'il ne faut

Ferme. Poussons

Ferme dans la dispute

Feu Monsieur mon mari

Fièvre

Figures mystérieuses

Filène

Filio non potest preferri nisi filius

Filles, approchez

Fine frénésie

Flatter toujours le faible de leur coeur

Fleurant

Fleurette

Flore

Formant une beauté parfaite

Fort envie de rire nous avons

Fort mal édifiée

Fort rond de toutes les manières

Fort superstitieuse

Fourbe

Fourbe fourbissime

Fournir tout la halle

Fourrer

Franche grimace

Francion

Frosine

Fruits de mon amour

Fuir, dans un désert, l'approche des humains

Fuir les extrémités

Fuir obstinément ce que suit tout le monde

Fuir un discord apparent

Furies

Furieusement

Fuyons-en promptement l'atteinte envenimée

Gâté le sonnet

Gâter un homme sans qu'il en coûte rien

Gâter vos habits

Géraud de Cordemoy

Gabriel Naudé

Galant homme

Galants

Galants de la cour

Garder chez soi une grande somme d'argent

Gardez la bague

Gardien de la virginité des filles

Gascon

Gens

Gentilhomme campagnard

Gentilhomme de deux cents ans

Georges Dandin

Giacinto Andrea Cicognini

Gl'ingiusti sdegni

Godelureau

Gombaut et Macée

Gorgibus

Grâce singulière

Gracieux repos

Grain de sel

Graisser la patte

Graisser le museau

Grammaire, poésie, rhétorique...

Grand benêt

Grattez du peigne à la porte

Grisettes

Grondant une petite chanson

Gros-René

Gros vases d'argent

Gueux comme des rats

Hâtons-nous, ma Sylvie

Héliotrope

Héritière universelle

Ha, ha, ha

Habit

Hardes, nippes et bijoux

Harpagon

Hem, hem. La, la, la, la, la

Heureux petit moineau

Hey valla

Hi, hi, hi

Hippocrate dit

Hippolyte

Histoire d'Abénamin et de Lindarache

Histoire de Méréonte et Dorinice

Histoire de Sésostris et Timarète

Histoire de l'amant jaloux

Holà, Francisque, Dominique, Simon

Holà, porteurs, holà

Hommes pacifiques

Honnête assemblée

Honorer Tempé de sa présence

Horace

Hors d'haleine

Hors d'ici tout à l'heure

Hors de la cour

Hors de son sentiment on n'a pu l'entraîner

Hors des portes

Huissier à verge

Huit pêcheurs de corail

Huit statues

Humble serviteur Bobinet

Humeurs peccantes

Ides et calendes

Idolâtre

Idolâtrer en vous la beauté souveraine

Ignare de toutes les bonnes disciplines

Ignorant, ignorantissime

Ignoti nulla est curatio morbi

Il ôte sa casaque de cocher

Il Basilisco di Berganasso

Il a plus de bon sens que tel qui rit de lui

Il aime quelquefois

Il aura des ressorts

Il contrefait plusieurs personnes ensemble

Il convitato di pietra

Il convitato di pietra, version du recueil Ciro Monarca

Il convitato di pietra, version du recueil Montalvo

Il convitato di pietra, version du recueil napolitain

Il détache mon âme

Il demande de l'argent

Il dit tout à l'oreille

Il donne de l'esprit

Il dottor bacchetone

Il dottor bacchetone, version du recueil Magliabecchiano

Il dottor bacchetone, version du recueil napolitain

Il est aisé de voir que vous aimez un peu

Il est bien gentilhomme

Il est bon de le réjouir

Il est donc vrai

Il est nécessaire d'aimer pour vivre heureusement

Il est vrai

Il faisait des soupirs

Il fait noir

Il faudra de l'argent

Il faudra que nous rompions

Il faut aller à mes malades

Il faut du haut et du bas dans la vie

Il faut manger pour vivre

Il faut qu’une personne comme vous ait un concert de musique chez soi tous les mercredis ou tous les jeudis

Il faut que je l'assomme

Il faut que je m'engage de tous côtés

Il faut que je te chante

Il faut que tu contrefasses le médecin

Il faut que vous demeuriez d'accord

Il faut que vous vous battiez, ou que vous épousiez ma sœur

Il faut que vous vous mettiez dans ce sac

Il faut tâcher d'en avoir

Il l'appelle son frère

Il le peut épouser

Il les baise toutes

Il les paie

Il lui porte la main sur le sein

Il lui serre le bout des doigts

Il m'aurait déchiré

Il m'avertit des gens qui lui font les yeux doux

Il mangea deux perdrix

Il me semble

Il me semble que je suis moi

Il medico volante florentin

Il medico volante napolitain

Il n'a considéré père ni parenté

Il n'a d'autre dessein que de vous abuser

Il n'en a plus que faire

Il n'est pas nécessaire

Il n'est rien de plus faible et de plus imbécile

Il n'y a pas moyen

Il n'y a rien à meilleur marché que le bel esprit

Il n’y a pour s’exprimer que la prose, ou les vers

Il n’y a rien qui ne soit si utile dans un État que la musique

Il ne faut écouter que la vengeance

Il ne faut jamais dire

Il ne m'en est resté que deux des plus petites

Il ne se passe point d'actions

Il ne se peut donc pas que tu ne sois bien à ton aise

Il ne vous manquait plus que d'être hypocrite

Il pedante

Il peut bien se flatter du bonheur d'être aimé

Il pittor fortunato

Il prend Georges Dandin pour Claudine

Il prend un bâton et lui en donne

Il prend un morceau d'un des plats

Il regarde en pitié tout ce que chacun dit

Il s'apprête un combat

Il sait du grec, ma soeur

Il sait quelque petite chose

Il se faut bien garder de confondre

Il se mariera tant que vous voudrez

Il se pique ordinairement de galanterie

Il se souvient du bien

Il se travaille à dire de bons mots

Il se trompe lui-même

Il semble que tout son corps soit démonté

Il soit lu hautement

Il sort vainqueur de cette course

Il suffit d'avoir entrepris

Il tradito

Il tradito de Basilio Locatelli

Il tradito du recueil Correr

Il tradito du recueil Corsiniana

Il tradito du recueil napolitain

Il vaut mieux de prendre un vieux mari

Il vecchio avaro

Il vecchio avaro overo li scritti

Il veut qu'on le consulte

Il vient en courant et fait tomber Harpagon

Il vole dans le ciel

Il vous faut de moi détacher à l'instant

Il vous reste de quoi consoler

Il y a fagots et fagots

Il y a grande différence de vous à nous

Ils comptent les défauts pour des perfections

Ils les retournent comme un habit

Ils lui mettent son habit

Ils me rendent tous visite

Ils ne censurent point

Ils ne peuvent souffrir

Ils ne sauraient louer

Ils parlent tous deux en même temps

Ils s'abandonnent à la débauche

Ils s'en servent pour eux-mêmes

Ils se cognent

Ils seront frottés

Ils viennent les retirer

Ils vous diront en latin

Impression dans mon âme

Impressions de bonheur

Impromptu

In utroque jure

Inclination

Incongruités de bonne chère

Indulgent pour les ouvrages des autres

Ineffable

Inhabiles à tout

Iniquité

Insupportable

Inter nos

Interdit notre porte

Interdum plus valet

Interrompre comme cela une comédie

Iphitas

Iris

Ithos

Ivrogne

J'étais sur le balcon

J'admire partout vos vers

J'ai à vous dire là-dessus

J'ai bien vu qu'Oronte, afin d'être flatté

J'ai ce soufflet fort sur le coeur

J'ai cherché des raisons

J'ai conçu, pour vous, une estime incroyable

J'ai du bien, je suis jeune

J'ai l'honneur en recommandation

J'ai pensé plus de vingt fois oublier ma résolution

J'ai présentement besoin de cent pistoles

J'ai résolu de prendre un chemin tout contraire

J'ai reçu du Ciel un génie

J'ai senti de l'estime et de la complaisance

J'ai songé d'oeufs cassés

J'ai tort, je le confesse

J'ai vu trop de merveilles

J'aime mieux être incivil qu'importun

J'aurai soin de ma gloire

J'en demeure d'accord

J'en jure par les Dieux

J'en suis le maître

J'entends que la mienne vive à ma fantaisie

J'entre ici librement

J'y ai déjà été attrapée

J'y consens

J'y suis assez modeste

Jacqueline

Jaloux à faire rire

Jaloux jusques en un tel point

Jaloux ou non jaloux

Jamais de ces soupçons qu'un jaloux fait paraître

Jamais les âmes bien saines ne se paient de rigueur

Jamais personne n'a aimé comme je fais

Jamais voulu marier

Jardiniers

Je commence à perdre mon courroux

Je connus le change

Je crèverais plutôt

Je crains cent accidents

Je crains un peu ce que vous savez

Je croyais Jeanneton

Je dis les mêmes choses que vous

Je dois vous annoncer une nouvelle

Je doute si je veille

Je ferai aussi bien mourir

Je guéris par des paroles

Je jette des larmes de joie

Je l'épousseterai bien

Je l'ai laissé sur votre table

Je l'ai mise à l'écart

Je l'irai dire à Rome

Je la renonce pour ma fille

Je laisse à son choix liberté tout entière

Je le laisserais mourir

Je le paierai

Je le soutiendrai devant tout le monde

Je le suis, ma Psyché, de toute la nature

Je les ai lues autant qu'un autre

Je les tiens un peu intéressés

Je lis dedans son âme

Je lui couperais sur-le-champ les oreilles

Je lui dis que vous n'y êtes pas

Je m'en escrime un peu

Je m'en vais lui dire

Je m'en vais me tuer

Je m'en vengerai

Je m'inscris en faux

Je me dédirai, pour l'amour de vous

Je me lasse de vous avoir sur les bras

Je me tuerai sur la place

Je me vais d'un rocher précipiter

Je mets toute ma gloire

Je mourrai en la peine

Je n'ai pas songé à vous donner un peu de collation

Je n'ai rien fait que vous n'eussiez fait en ma place

Je n'aime pas les faiseurs de remontrances

Je n'aime pas les patineurs

Je n'en prendrai pas

Je n'en suis pas moins homme

Je ne dis pas cela

Je ne donne point dans tous ces galimatias

Je ne l'ai pas cru

Je ne l'aimerais pas si je ne croyais l'être

Je ne me suis pas seulement donné la peine de l'écouter

Je ne parle pas aussi à vous

Je ne parlerai pas le premier

Je ne percerai plus de cœurs

Je ne prendrai pas la droite

Je ne puis m'anéantir

Je ne puis m'empêcher de parler

Je ne puis m'en ressouvenir sans pleurer

Je ne sais combien de maladies

Je ne sais où

Je ne suis pas mort

Je ne suis pas sûre que vous m'aimiez toujours

Je ne suis pas un ange

Je ne suis plus enfant, et je l'ai trop été

Je ne vais pas aussi

Je ne vaux rien

Je ne veux plus m'embarrasser de femme

Je ne veux point me marier

Je ne vous contraindrai point

Je ne vous quitte pas

Je nous amusions à batifoler

Je pardonne toutes ces menaces

Je passai dans ces lieux

Je paye l'intérêt de ma mauvaise mine

Je prétends enlever la belle

Je résous mon esprit

Je rends les armes

Je sais lire la lettre moulée

Je sais me montrer le maître

Je sens mon âme atteinte

Je serais bien fou de m’aller fourrer parmi eux

Je serais fâché d'être aimé

Je serais fâché d'être ingrat

Je souffleterais mille fois mon visage

Je suffoque

Je suis l'un et l'autre

Je suis le Dieu le plus puissant des Dieux

Je suis médecin

Je suis mal satisfait de mon fils

Je suis mort

Je suis obligé de donner à souper

Je suis pour le bon sens

Je suis revenue de toutes mes folles pensées

Je suis tout à la rage

Je suis un bon frère

Je suis un démon

Je suis un pauvre homme

Je tâche à contenter ses voeux

Je te connais tout entier

Je te défie

Je te déshérite

Je te donne ma malédiction

Je te l'aurais donnée

Je te le veux conter

Je te vais dire adieu

Je trouve qu'on pourrait rechercher leur tendresse

Je vais composer contre eux une satire

Je vais lui parler tout à l'heure

Je veux être le premier à rompre avec vous

Je veux être maître absolu

Je veux avoir un gendre gentilhomme

Je veux conserver mon ressentiment

Je veux faire le brave

Je veux la retâter

Je veux les faire chanter

Je veux me saisir

Je veux qu'on soit sincère

Je veux que Sganarelle se revête de mes habits

Je veux que vous me les voyiez danser

Je veux savoir

Je viens de voir

Je vis de bonne soupe

Je vivais tout en vous

Je voudrais savoir si vous condamnerez ou non

Je vous abandonne

Je vous défends de procéder au mariage

Je vous dis et vous douze

Je vous enverrai les marchands

Je vous excusai fort sur votre intention

Je vous expliquerai ces choses

Je vous ferai punir

Je vous invite à souper avec elle

Je vous invite à venir demain souper avec moi

Je vous l'ai dit vingt fois

Je vous le demande avec larmes

Je vous réponds de tout

Je vous regarde

Jean Thévenot

Jeter mon âge au nez

Jeter nos rubans

Jeu pour les armes

Jeux Pythiens

Jodelet duelliste

Jodelet ou le Maître valet

Joindre des danseurs

Joue le Ciel et la religion

Jouer à la fossette

Jouer à la mourre

Jouer de tout son reste

Joueur de boules

Journal d'Olivier d'Ormesson, 17 janvier 1667

Journal du sieur de Catheux

Jugement sur la comédie du Festin de pierre, 1678

Juger sans étude

Jules, Annibal, Raphaël, Michel-Ange

Jupiter, sur son aigle

Jure donc

Jurer de la sorte

Juro

Jurons

Jus de réglisse

Jusqu'au chien du logis

Jusqu'où la passion

Jusques à quand ce coeur veut-il s'effaroucher

Jusques aux Cieux a porté de son choix

Jusques ici

L'âge amènera tout

L'âme percée

L'école du monde

L'écriteau que voici

L'église Saint-Etienne

L'égrotante

L'épaule de gauche plus quartée

L'époisseur d'une éplinque

L'étoffe en est moelleuse

L'étrange chose que la vie

L'étroite sympathie

L'Amant de sa femme

L'Amant indiscret ou le Maître étourdi

L'Amour médecin

L'Amour peintre

L'Amphitryon où l'on dîne

L'Ane d'or

L'Arlichino

L'Art de peinture traduit en français

L'Aurore

L'Avare

L'Ecole

L'Ecole des cocus

L'Ecole des femmes

L'Ecole des filles en dialogues

L'Ecole des maris

L'Eglise des religieux de la Charité

L'Etourdi

L'Héritier ridicule ou la Dame intéressée

L'Imitation de Jésus-Christ

L'Imposteur

L'Impromptu de Versailles

L'Impromptu de l'Hôtel de Condé

L'Inconstance punie

L'Introduction à la vie dévote

L'Olimpia

L'absence de ce qu'on aime

L'accueil loup-garou

L'achèvement de l'art

L'admirable ingénieur

L'affront que nous fait son manquement de foi

L'air accommodé aux paroles

L'air cavalier

L'air de la cour

L'allégresse du coeur s'augmente à la répandre

L'ambassade de Süleyman Ağa (Soliman Aga) dans la Gazette de l'année 1669

L'ambassade de Süleyman Ağa (Soliman Aga) dans la Gazette de l'année 1670

L'ambassade de Soliman Aga Muta-Ferraca (Müteferrika Süleyman Ağa) dans la Gazette de l'année 1669

L'ambition d'un homme mort

L'ambition des conquérants

L'amitié demande un peu plus de mystère

L'amor figliale

L'amour, par les Zéphyrs s'est fait prompte justice

L'amour-propre engage à se tromper soi-même

L'amour aime surtout les secrètes faveurs

L'amour des temporelles

L'amour est un grand maître

L'antipode de la raison

L'appétibilité ou la convenance

L'approbation du parterre

L'appui de la justice

L'arrière-ban de Nancy

L'astre qui s'obstine à me désespérer

L'ateista fulminato

L'audace de l'ingrat

L'auteur des satires

L'autre est un imposteur

L'avocat, traînant ses paroles

L'effort en est barbare

L'enclouure

L'endroit du foie et du coeur

L'endurcissement au péché

L'enfant aussitôt se leva

L'enfer dans mon coeur a soufflé son poison

L'entêtement où vous êtes pour elle

L'erreur devient un crime

L'erreur populaire

L'erreur s'est répandue

L'espoir, plus que l'amour, est ce qui les attire

L'esprit doit sur le corps prendre le pas

L'esprit veut du relâche

L'essence du syllogisme

L'habile homme que velà

L'habit d'un vieux médecin

L'heure promise

L'homme aux rubans verts

L'honnêteté d'une femme n'est pas dans les grimaces

L'honneur de contredire

L'honneur de votre connaissance

L'honneur de vous connaître

L'honneur est infiniment plus précieux que la vie

L'humain le moins humain

L'humaine faiblesse

L'humeur du frère de Marc Tulle

L'ignorance, et non pas la science

L'inavertito

L'infaillible apanage

L'iniquité de la nature humaine

L'innocence à rougir n'est point accoutumée

L'inquiétude de changer de place

L'intérêt du Ciel

L'intérêt du prochain

L'interesse

L'intrigue de la pastorale, quasi-identique à celle des Fêtes de l'Amour et de Bacchus

L'obstacle sacré d'un couvent

L'on baille vingt fois

L'on me dérobe encor la réputation

L'on ne vous plaindra point

L'on s'en meurt

L'on se pâme

L'on y sait médire

L'ongle long

L'opérateur

L'oracle que les destins ont rendu

L'oreille rouge et le teint fleuri

L'orviétan

L'un des ces jours à la comédie

L'un et l'autre emportés

L'une n'est pas moins difficile à faire que l'autre

L'union conjugale

L'urine

L'usage de la langue

L'usage semble en autoriser le vol

Léandre

Lélie

L’éclat des fêtes de la cour

LES SPECTACLES ET LA VIE DE COUR SELON LES GAZETIERS (1659-1674)

La, la, la

La Belle Egyptienne

La Belle Plaideuse

La Carte de Tendre

La Cocue imaginaire

La Comtesse d'Escarbagnas

La Critique de L'Ecole des femmes

La Critique du Tartuffe

La Dévotion aisée

La Emilia

La Fête de Versailles du 18 juillet 1668

La Femme industrieuse

La Fine Philosophie

La Folle Gageure

La Fontaine

La Fontaine, Lettre à Maucroix

La Gazette, 10 novembre 1668

La Gazette, 12 octobre 1669

La Gazette, 17 mai 1664

La Gazette, 19 février 1667

La Gazette, 19 septembre 1665

La Gazette, 21 février 1670

La Gazette, 21 juillet 1668

La Gazette, 21 mai 1664

La Gazette, 31 août 1669

La Gazette, 7 janvier 1667

La Gazette, 7 septembre 1669

La Gazette d'Amsterdam, 5 juillet 1668

La Gazette d'Amsterdam, 9 mars 1673

La Gazette de Hollande

La Gazette du 20 septembre 1670

La Gazette du 3 mai 1670

La Gloire du Val-de-Grâce

La Gravette de Mayolas, Lettre en vers du 20 septembre 1665

La Guerre comique

La Jalousie du Barbouillé

La Joueuse dupée

La Mariane

La Merluche

La Morale galante de Térame

La Mort de Pompée

La Mothe le Vayer

La Nuit, dans un char

La Pastorale comique

La Peinture

La Précaution inutile

La Précaution inutile de Scarron (extrait)

La Précaution inutile de d'Ouville

La Précieuse

La Princesse d'Elide

La Princesse d’Élide

La Promenade de Versailles

La Soeur

La Tabernaria

La Vengeance des marquis

La barbe

La basilique, puis la céphalique

La bassesse de ma fortune

La beauté des contours

La belle partie où triompha Zeuxis

La belle proie

La belle saison de l'homme

La besogne à la main

La bonne façon d'en juger

La bonté souveraine

La bouche vermeille

La bourse est criminelle

La bravoure

La campagne de Flandre dans les Continuateurs de Loret en 1667

La campagne de Flandre dans les Continuateurs de Loret en 1668

La cause de sa mélancolie

La chair est faible

La chair est fragile

La charité nous oblige à faire plaisir aux personnes

La chute

La circulation du sang

La colère d'un médecin

La collection Philidor

La comédie s'est corrompue

La compare à la mer

La concurrence de deux princes

La constance est facile en mille occasions

La constance n'est bonne que pour des ridicules

La corde

La curiosité naît de la jalousie

La démangeaison de lire ses ouvrages

La danse mêlée de musique

La devise royale

La discreta enamorada

La disposition serait nulle

La dissection d'une femme

La douce chose que d'aimer

La douceur de sa voix

La fête de Pan

La fête des noces de l’Amour

La façon de recevoir la chose

La fable du Corbeau et du Renard

La faiblesse humaine

La fausse monnaie à l'égal de la bonne

La faveur de mon art

La femme est le potage de l'homme

La femme est toujours femme

La fille d'un gentilhomme

La filofie dans le Grand Cyre

La foire Saint-Laurent

La folle

La forme d'un chapeau

La grâce avec laquelle vous mangiez votre pain

La grande affaire est le plaisir

La grande raison

La griffe est là-dessous

La jalousie, les chagrins et les soupçons

La jalousie est un monstre odieux

La justice après lui

La lanterne

La libéralité de ses louanges

La machine de l'homme

La manière de France

La maudite avarice des pères

La mer en éloignement

La mort est un remède

La mort rajuste toutes choses

La musique de Monsieur de Pourceaugnac

La musique du Bourgeois gentilhomme

La naissance n'est rien où la vertu n'est pas

La nature d'elle-même

La nature produit des ressemblances

La noblesse, de soi, est bonne

La nuit est avancée

La paraître à d'autres yeux

La parfaite raison fuit toute extrémité

La partie brutale

La passion des honnêtes gens

La peur de mourir

La philosophie a quatre parties

La place Royale

La plaisante histoire

La plupart des fils de famille

La plus fâcheuse de toutes les inquiétudes

La plus grande de toutes les folies

La première blessure

La première figure

La première nuit de nos noces

La profession d'hypocrite a de merveilleux avantages

La puissance que le Ciel me donne sur toi

La pureté de notre intention

La quantité des sottes visites

La raillerie est nécessaire

La raison n'est pas ce qui règle l'amour

La raison paternelle

La renommée accuse juste

La sévérité de la justice

La sévérité de leur honneur

La sagesse peut pleurer

La saignée la fera mourir

La savante structure

La schiava

La science des armes

La science des bons morceaux

La sincérité de mon pays

La solitude effraie

La statue baisse la tête

La statue de Memnon

La substance et l'accident

La tête lui grouille-t-elle déjà

La tête plus grosse que le poing

La tyrannie d'un père

La tyrannie où elle est

La vache est à nous

La vie théâtrale et musicale selon Loret en 1659

La vie théâtrale et musicale selon Loret en 1660

La vie théâtrale et musicale selon Loret en 1661

La vie théâtrale et musicale selon Loret en 1662

La vie théâtrale et musicale selon Loret en 1663

La vie théâtrale et musicale selon Loret en 1664

La vie théâtrale et musicale selon Loret en 1665

La voix A se forme en ouvrant fort la bouche

La volonté du Ciel soit faite

La vue d'un demandeur

Laissait charmer des yeux qui ne vous voyaient pas

Laisse-t-il aux esprits aucune liberté

Laissez-moi dormir

Laissez-moi l'ajuster

Laissez-vous enflammer

Laissons, laissons parler mon chagrin et le vôtre

Laissons la fadaise

Lait virginal

Larcins de vos yeux

Larisse

Larron d'honneur

Larrons de noblesse

Larrons en foire

Las de vos déportements

Latin, grec, hébreu, syriaque, chaldéen, arabe...

Le Ballet des Muses dans la Gazette

Le Berger extravagant

Le Bourgeois gentilhomme

Le Cid

Le Ciel est fort jaloux

Le Ciel me veut mortifier

Le Ciel n'est pas si exact

Le Ciel vous illumine

Le Cocu imaginaire

Le Combat spirituel

Le Décaméron

Le Déniaisé

Le Festin de pierre de Dorimond

Le Festin de pierre de Thomas Corneille

Le Festin de pierre de Villiers

Le Geôlier de soi-même

Le Grand Turc et la République de Venise

Le Jeu du Piquet, plaisant et récréatif

Le Médecin malgré lui

Le Médecin volant

Le Médecin volant de Biancolelli

Le Médecin volant de Boursault

Le Malade imaginaire

Le Mariage forcé

Le Mariage forcé selon Philidor

Le Menteur

Le Mercure galant, 25 mai 1672

Le Mercure galant, octobre 1678

Le Misanthrope

Le Moine Bourru

Le Nouveau Festin de pierre

Le Pédant joué

Le Pharisien du temps ou le Dévot hypocrite

Le Portrait du peintre

Le Portrait du peintre ou la Contre-Critique de l'Ecole des femmes

Le Roi fait cette grâce extrême

Le Roi glorieux au monde

Le Sicilien

Le Tartuffe

Le Trio de la médecine

Le beau mignon

Le beau style

Le bien se réciproque avec la fin

Le blondin séducteur

Le bourgeois vêtu à la turque

Le bruit me pèse

Le caprice y prend part

Le chagrin et le supplice de cette vie

Le champ du tableau

Le changement de votre coeur

Le changement du coeur d'un amant

Le chemin que je lui fais faire

Le chien du jardinier

Le coche

Le coeur grand

Le coeur m'en saigne quelquefois

Le comble affreux de mes peines mortelles

Le commerce de tout le beau monde

Le commissaire

Le courroux de Monsieur Purgon

Le courroux du ciel

Le courroux du point d'honneur

Le défunt n'est pas mort

Le détour est d'esprit

Le destin vous fut bien favorable

Le deviez-vous aimer

Le diamant que vous m'avez forcée à prendre

Le dieu Eole

Le directeur prudent

Le disgrazie di Pulcinella

Le divin vieillard

Le docte traité que Sénèque a composé de la colère

Le doux plaisir de se raccommoder

Le fil de la pièce

Le fils du Grand Turc est ici

Le fils du gentilhomme

Le fleuve Pénée

Le fond de notre coeur, dans nos discours, se montre

Le fondement de toutes les sciences,/La grammaire

Le foudre menaçant

Le fouet

Le front de me faire l'auteur

Le gelosie fortunate del principe Rodrigo

Le grais ni le latin

Le grand LOUIS

Le grand chemin

Le grand chemin d'enfer et de perdition

Le jaloux aime plus, et l'autre aime bien mieux

Le lard d'une douzaine de cochons

Le mal n'est pas si grand que vous le faites

Le mari que je dis

Le mariage n'est pas un badinage

Le marquis

Le meilleur ami de toute la famille

Le meilleur est de ne rien dire

Le mignon de couchette

Le moindre solécisme

Le monde, par vos soins, ne se changera pas

Le moyen... de/que

Le moyen de chasser ce qui fait du plaisir

Le nom de Monsieur est, chez lui, hors d'usage

Le nom de cruelle

Le nom de ridicule et misérable auteur

Le notaire

Le père et la fille

Le pauvre homme

Le payer de la même monnaie

Le petit chat est mort

Le piacevoli notti

Le plus docte médecin

Le poème de Gauchet

Le poison qui me tue

Le poumon

Le prix dont sont payés mes soins

Le puis-je, traîtresse

Le ragoût d'un galant

Le rang où le ciel m'a fait naître

Le reconnaîtrez-vous

Le respect que l'on doit à nos mystères

Le retranchement de ces syllabes sales

Le roman par la queue

Le sanglier, mal morigéné

Le savetier

Le savoir enrouillé des pédants

Le sec entretien

Le sens et l'entendement

Le sexe vous rend justice

Le siècle n'a rien qu'on ne confonde

Le silence est le langage

Le soleil semble s'être oublié dans les cieux

Le sonnet d'Oronte

Le souhait présuppose des moyens

Le soumis mouvement

Le souvenir m'en charme et m'empoisonne

Le souverain bonheur

Le style des nobles

Le sujet ne fournit que trop de lui-même

Le supplice où l'on veut l'attacher

Le témoignage de l'Antiquité

Le temps ne fait rien à l'affaire

Le théâtre s’ouvre

Le tissu de notre roman

Le titre d'écuyer

Le tombeau s'ouvre

Le tonnerre tombe sur Don Juan

Le tout dépend des attitudes

Le traité de Salnove

Le vain encens qu'ils souhaitent

Le ventre anoblit

Le visage pâle

Le voilà ce serpent, ce monstre impitoyable

Lecteurs infatigables

Leonor

Les Allemands, curieux lecteurs et inspectateurs

Les Amants magnifiques

Les Amours d'Aristandre et de Cléonice

Les Amours de Calotin

Les Amours de Diane et d'Endymion

Les Amours de Psyché et Cupidon

Les Anciens sont les Anciens

Les Charmes de Félicie

Les Dieux ne sont point faits comme se les fait le vulgaire

Les Divertissements de Versailles (extraits)

Les Enfers

Les Espagnols, nos voisins

Les Fâcheux

Les Femmes savantes

Les Fourberies de Scapin

Les Français ont quelque chose en eux de poli

Les Français ont un fonds de galanterie

Les Hypocrites

Les Lois de la galanterie

Les Plaisirs de l'Ile enchantée

Les Précieuses ridicules

Les Précieuses ridicules mises en vers

Les Quatrains de Pibrac et les doctes Tablettes

Les Relations véritables, 28 juillet 1668

Les Sosies

Les Véritables Précieuses

Les alliances avec plus grand que soi

Les autres

Les autres la trouvent laide

Les bêtes ne sont pas si bêtes

Les beaux endroits

Les beaux esprits

Les boues des halles et de la place Maubert

Les célestes attraits dont vous êtes pourvue

Les choses changent de nom

Les choses qui ne regardent pas directement Dieu

Les compliments

Les coups sur votre râble

Les démangeaisons qui nous prennent d'écrire

Les désordres criminels de la vie que j'ai menée

Les détours de la justice

Les dieux mêmes sont assujettis à son empire

Les dieux sont-ils de fer

Les différences/Des pinces de mon cerf et de ses connaissances

Les diseurs d'horoscope

Les dissensions qui sont entre nos anciens maîtres

Les douces libertés que l'âge me permet

Les encens qu'aux miens seuls on doit rendre

Les enfants comptent les jours des pères

Les enfants que l'on conçoit en joie

Les envieux mourront

Les esprits animaux

Les fâcheux besoins des choses de la vie

Les fêtes de l'amour et de Bacchus

Les fainéants

Les femmes aiment les dépenses qu'on fait pour elles

Les femmes docteurs ne sont point de mon goût

Les femmes sont des animaux d'un naturel bizarre

Les femmes y sont faites à coqueter

Les fils souhaitent qu'ils meurent

Les frais de ces deux mariages

Les galants n'obsèdent jamais que quand on le veut bien

Les gens comme nous

Les gens de police

Les gestes des muets

Les grâces dépendent de l'action

Les grâces du ciel que l'on renvoie

Les grands compliments

Les heureux succès

Les honteux larcins

Les inclinations naissantes

Les injures des amants n'offensent jamais

Les jalousies conçues sur de fausses apparences

Les jours caniculaires

Les juges des ouvrages

Les louanges qui lui ont été données

Les mêmes libertés

Les masques entrent

Les menaces ne m'ont jamais fait mal

Les menuets sont ma danse

Les muses nécessitantes

Les nez qui portent des lunettes

Les oiseaux réjouis

Les oreilles me cornent

Les originaux ont fait supprimer la copie

Les ouvertures de votre cœur

Les pas des savants curieux

Les pieds de mouton qu'elles emploient

Les plaintes en musique dans les comédies-ballets et quelques ballets

Les plaisirs qu'il goûte

Les plus honnêtes sont les plus dangereuses

Les plus importants mystères de notre foi

Les plus vieux sont les plus charmants

Les présents des hommes

Les prix glorieux

Les proscriptions

Les puces qui m'ont inquiétée

Les remèdes que nous devons faire à Monsieur

Les retours des coquettes du temps

Les ridicules qui les imitent mal

Les rieurs ont été pour elle

Les rieurs sont pour vous

Les secrets du cabinet

Les services que nous rend une main ennemie

Les soins où je vois tant de femmes sensibles

Les songes sont comme des miroirs

Les sottises qu'on porte

Les soupirs, la bouche et les yeux

Les spectacles et la vie de cour dans les Continuateurs de Loret en 1665

Les spectacles et la vie de cour dans les Continuateurs de Loret en 1666

Les spectacles et la vie de cour dans les Continuateurs de Loret en 1667

Les spectacles et la vie de cour dans les Continuateurs de Loret en 1668

Les spectacles et la vie de cour dans les Continuateurs de Loret en 1669

Les spectacles et la vie de cour dans les Continuateurs de Loret en 1670

Les spectacles et la vie de cour dans les Continuateurs de Loret en 1671

Les spectacles et la vie de cour dans les Continuateurs de Loret en 1672

Les spectacles et la vie de cour dans les Continuateurs de Loret en 1673

Les spectacles et la vie de cour dans les Continuateurs de Loret en 1674

Les spectacles et la vie de cour dans les Lettres de Mayolas et de Robinet en 1670

Les spectacles et la vie de cour dans les gazettes de Mayolas et de Robinet en 1671

Les superbes théâtres

Les talents que Dieu leur a donnés

Les talents que j'ai eus du Ciel

Les traits de son visage

Les transports d'une passion condamnable

Les trois nobles parties

Les vieux fatras qui traînent dans les livres

Les violences ne sont guère souffertes

Les volontés sont libres

Les vues favorables de la lumière

Lestrygon

Lettre

Lettre à un homme qui m'avait écrit

Lettre à un homme qui m’avait écrit pour me prier de lui expliquer un soupir que sa maîtresse avait fait

Lettre XXI du samedi 31 mai

Lettre de De Lionne du 26 février 1666

Lettre de Desfontaines à de Lionne

Lettre de Guy Patin du 22 septembre 1665

Lettre de Guy Patin du 23 septembre 1665

Lettre de Mlle Desjardins à Monsieur de ...

Lettre de cachet du 7 janvier 1674

Lettre du 27 juillet 1668 à Philippe Doublet

Lettre du duc d'Enghien d'octobre 1665

Lettre du duc d'Enghien du 18 septembre 1665

Lettre du duc d'Enghien du 8 novembre 1665

Lettre en vers 29 novembre 1665

Lettre en vers à Madame, 10 novembre 1668

Lettre en vers à Madame, 21 juillet 1668

Lettre sur la comédie de L'Imposteur

Lettre sur les affaires du théâtre

Lettre sur les observations d'une comédie du sieur Molière intitulée Le Festin de Pierre

Leur dévotion est humaine

Leur garde meurtrière

Leur gloire est un flambeau

Leur inquiétude naturelle

Leur langue indiscrète

Leur manière de réciter

Leur sage

Leur savoir à la France

Leurs grimaces savantes

Leurs plaisirs par le jêune des nôtres

Li pittori ladri

Libertins sans savoir pourquoi

Libre choix du conjoint

Lier promptement toutes ces choses ensemble

Lire dans les yeux

Lire ma pièce

Littérature facétieuse de la lésine

Livret de ballet de Psyché

Livret de ballet du Mariage forcé

Livret du Ballet des ballets

Livret du Bourgeois gentilhomme

Livret du Divertissement de Chambord

Livret du Divertissement royal

Livret du Grand Divertissement royal de Versailles

Livret du Malade imaginaire de 1673

Livrets du Ballet des Muses

Logique de Port-Royal

Loin d'aimer le secret

Loret, La Muse historique, Lettre VII du samedi 14 février 1665

Loret, La Muse historique, Lettre XLIII du samedi 30 octobre 1660

Loret, La Muse historique, Lettre XLIV du samedi 8 novembre 1664

Loret, La Muse historique, Lettre XLVIII du samedi 6 décembre 1659

Loret, La Muse historique, Lettre XLVI du samedi 19 novembre 1661

Loret, La Muse historique, Lettre XVIII du samedi 10 mai 1664

Loret, La Muse historique, Lettre XXI du samedi 2 juin 1663

Loret, La Muse historique, Lettre XXVIII du samedi 17 juillet 1661

Loret, La Muse historique, Lettre XXVI du samedi 7 juillet 1663

Loret, La Muse historique, Lettre XXXIII du samedi 20 août 1661

Loret, La Muse historique, Lettre XXXIV du samedi 27 août 1661

Loret, La Muse historique, Lettre XXXXIII du samedi 30 octobre 1660

Loret, La Muse historique, Lettre XXX du samedi 2 août 1664

Loret, La Muse historique, Lettre XX du 24 mai 1664

Loret, La Muse historique, lettre II du samedi 13 janvier 1663

Loret, La Muse historique, lettre V du samedi 2 février 1664

Lorsqu'on l'assaisonne en louange

Lorsqu'un franc campagnard, avec sa longue rapière

Lucas

Lucile

Lucinde

Lui donnant sur la joue

Lui donner de l'émétique

Lui donner la cassette à garder

Lui donner quelque chose

Lui jetant un grès

Lui jeter son manteau

Lui passant la main sur le sein

Lui promettre merveille

Lui remplir l'esprit de sa philosophie

Lutter contre le sort

Lycas

Lycaste

Lysidas

M'échauffer la bile

M'a demandé ma chambre

M'amuser à raisonner avec vous

M'empêcher d'entrer chez nous

M'enlevaient hors de moi-même

M'enterrer toute vive

M'inspire pour la vaincre une adresse nouvelle

M'ont promis de faire leur devoir

Médecine qu'on appelle rationnale

Médecine universelle

Mégère et ses sœurs

Mélancolie hypocondriaque

Mélicerte

Mélicerte, bergère

Mémoires du Chevalier d'Arvieux

Mépris du bien

Mériter si peu de votre naissance

Mérites-tu, pendard

Métaphraste

Méthodiquement

Métier et marchandise

Métier misérable

Mêlé de crainte

MOUCHOIR

Maître d'armes

Maître de philosophie

Maître incomparable

Maître tailleur

Ma Fille, à ces pleurs laisse mes yeux ouverts

Ma Muse, obéissez-moi

Ma chère

Ma complaisance est sur tous épanchée

Ma cousine donne dans le vrai de la chose

Ma fantaisie à suivre

Ma guenille m'est chère

Ma juste impatience

Ma mort, propice à mes désirs

Ma petite-oie

Ma raison, renferme mes transports

Macette

Madame, et qu'on vous laisse apprendre de sa bouche

Madame Pernelle

Madame me chasse

Magicien

Magister

Maintenant que je le considère

Maintenir l'univers dans une paix profonde

Mais ce que j'ai souffert m'a trop défigurée

Mais la douceur achève de charmer

Mais quoi

Mais vous, que sentez-vous, ma sœur

Mal morigéné

Malade d'hypocrisie

Malgré le nautonier

Malgré mes dents

Maligne influence

Malizie di Coviello

Malpropre, dégoûtant

Mamour

Mandatum tuum curo diligenter

Manger avec excès

Mangez-vous bien

Manibus et pedibus descendo

Marc'Antionio Giustinian, Lettre du 11 janvier 1667

Marc'Antionio Giustinian, Lettre du 15 février 1667

Marchand qui perd ne peut rire

Marcher à l'heure qu'il est

Marchons, gaupe, marchons

Mari très marri

Mariez-vous à la philosophie

Mariez-vous donc

Maris pacifiques

Maroufle

Marphurius

Martel en tête

Martial

Mascarille

Matassins

Matière subtile

Matrimonion

Maudite ville

Maures

Mauvaise herbe croît toujours

Maximes d'amour

Maximes du mariage

Mayolas, Lettre de fin février 1670

Mayolas, Lettre en vers à S. A. Madame la Duchesse de Nemours du 21 juin 1665

Mayolas, Lettre en vers et en prose au Roi de la mi-juillet 1670

Mayolas, Lettre en vers et en prose au Roi du 17 novembre 1669

Mayolas, Lettre en vers et en prose au Roi du 1er septembre 1669

Mayolas, Lettre en vers et en prose au Roi du 25 novembre 1669

Mayolas, Lettre en vers et en prose au Roi du 2 novembre 1669

Mayolas, Lettre en vers et en prose au Roi du 8 décembre 1669

Mayolas, Lettre en vers et en prose au Roi du 8 septembre 1669

Mayolas, Lettre en vers et en prose au Roi du mois de janvier 1670

Mayolas, Lettre en vers et en prose au Roi du mois de juin 1670

Mayolas, Lettre en vers et en prose au Roi du mois de mai 1670

Mayolas, Lettre en vers et en prose au Roi du mois de novembre 1670

Mayolas, Lettre en vers et en prose au Roi du mois de septembre 1670

Me battre avec mon homme, ou bien le faire assassiner

Me charger d'une spirituelle

Me chatouille

Me dire Madame

Me faire ce qui lui plaît

Me faire injustice aux yeux de l'univers

Me ferez-vous la grâce

Me justifier les termes que voici

Me laisser aller à tout ce qui m'attire

Me peindre en héros

Me percer le coeur

Me réveiller si matin

Me soumettre en esclave à vos volontés

Me trahir de cette manière

Me voir revivre en d'autres moi-mêmes

Membres agroupés

Merci de ma vie

Mercure, sur un nuage

Merveilleux pouvoir de la vertu magique

Mes frères, non plus que votre père

Mes gages, mes gages

Mes gens vous aideront

Mes ordres pour tantôt

Mes regards vous le disent

Mes yeux fassent mal à personne

Mes yeux ont fort parlé

Mesdames

Messieurs les Maréchaux

Messieurs les auteurs

Messieurs les héritiers

Mets-les à terre

Mettez donc dessus

Mettez encore deux cents pistoles

Mettons donc sans façon

Mettre à honnête intérêt l'argent que vous gagnez

Mettre en madrigaux toute l'histoire romaine

Mettre sur le tapis

Mettre sur mes tablettes

Meute de chiens courants

Mi servir a ti

Mieux être encor cocu que trépassé

Mille accidents, ni votre indifférence

Mille caresses

Mille et mille preuves

Mille fâcheux cruels

Minois

Miracles

Miroirs publics

Mlle Beauchâteau

Mlle Desjardins

Mlle Hilaire

Mobile cum fixo

Moglie di sette mariti

Moi, rien. Tarte à la crème

Moi, votre ami

Moi-même je frémis

Moineaux

Moins redoutable que deux beaux yeux

Moins se mettre en courroux

Mome

Momon

Mon âme et mon corps marchent de compagnie

Mon âme ravie

Mon âme restait libre en captivant tant d'âmes

Mon astre

Mon astre me disait ce que j'avais à craindre

Mon bon génie

Mon cheval

Mon coeur abattu

Mon coeur de cela ne peut s'accommoder

Mon faible est étrange pour vous

Mon fils

Mon frère, s'il vous plaît

Mon habit

Mon honneur me dit

Mon infirmité

Mon intérieur

Mon juste courroux

Mon maître est un vrai enragé

Mon mal vous touche trop

Mon mari dans ses bras

Mon mignon

Mon néant

Mon père, au nom du Ciel

Mon père était gentilhomme

Mon père est mon rival

Mon père revient

Mon pauvre petit bec

Mon petit doigt

Mon plus grand ennemi se rencontre en moi-même

Mon talent particulier

Monsieur

Monsieur, je ne puis pas m’en empêcher

Monsieur Tibaudier

Monsieur de Pourceaugnac

Monsieur de la Souche

Monsieur tout court

Monsieur votre frère

Monstre qui dois me déchirer

Montaigne

Montfleury

Montre-toi, coquin

Montsir

Mopse

Morale pernicieuse

Morbleu

Mores

Morgué

Moron

Mort de son fils

Mortifiez vos sens

Motif du récitateur importun

Mouches et rubans

Mourir agréablement

Mourir dans trois mois

Mourir frère, enfants, mère et femme

Mourir pour son maître

Mourons

Mouvements du coeur

Muets truchements

Mufti

Multitude de gens de provinces différentes

Musique de Psyché

Myrtil

Myrtil et Mélicerte

N'accommodent pas Monsieur

N'allez point là

N'allez point tenter sur l'avenir

N'avoir soin que de me contenter

N'en a-t-on rien ôté

N'en déplaise à la gloire

N'est-ce pas assez d'un pour tuer une personne

N'est-il pas coupable, alors qu'il ne croit pas

N'est pas toujours produit par un rapport d'humeurs

N'y a-t-il point quelque danger

Nérine

Narcisse

Nayez tous deux

Ne bougez

Ne craignez que pour vous, c'est vous que l'on doit plaindre

Ne croyez jamais rien

Ne donnez point tant à votre imagination

Ne fait que jouer

Ne l'ai-je pas bien tué

Ne la prend que pour lui

Ne les voilà pas tous deux

Ne m'assassinez point

Ne me confiez point votre argent

Ne me point parler du tout

Ne me point tuer

Ne me vantez donc plus ces droits de la naissance

Ne nous brouillons l'esprit

Ne parlons point de cela

Ne perd qu'un infidèle

Ne plus ne moins

Ne point frotter

Ne point porter de cornes

Ne point toucher à des matières

Ne pouvoir briser la chaîne qui l'attache

Ne pouvoir vous plaire

Ne sais-tu pas bien ce que je veux dire

Ne sens-je pas que je veille

Ne sent pas son mal

Ne tâchons qu'à demeurer amies

Ne te l'ai-je pas donné

Nego consequentiam

Nescio vos

Nettoyer votre corps

Ni beau ni honnête

Ni biau ni honneste

Ni saint, ni Dieu, ni loup-garou

Nicandre

Nobles travaux

Noeud

Nombre impair

Nommer en grec toutes les maladies

Non, je ne suis pas content

Non ferai

Non point par charité, mais par un trait d'envie

Nonobstant cela

Nos auteurs, législateurs et glossateurs

Nos choux et nos dindons

Nos demandes inconsidérées

Nos gens de province

Nostre-dinse

Notaire

Notaire royal

Notes de Biancolelli sur le Festin de pierre

Notre Dame de la Charité

Notre académie

Notre belle marquise

Notre voisine

Nous allons consulter ensemble

Nous cherchons aussi

Nous dire entre nous

Nous donner ta main

Nous en voyons qui paraissent joyeux

Nous inspirer un désir de pécher

Nous jugeons de tout chacun diversement

Nous leur jouerons tous deux une pièce

Nous lisons des Anciens

Nous n'aimons rien tant que ce qui nous ressemble

Nous ne sommes pas les seuls

Nous nous coupions la gorge ensemble

Nous nous fûmes coucher

Nous nous voyons obligés, mon frère et moi, à tenir la campagne

Nous pouvons avoir été trompés

Nous rengage de plus belle

Nous sommes en passe de l'être

Nous sommes ici seuls

Nous sommes les sots

Nous sommes perdus, si cet entretien dure

Nous sommes tous mortels

Nous venons implorer votre aide

Novela de la gitanilla

Numero deus impari gaudet

Où donc allez-vous

Où du ciel fait pencher l'influence

Où est donc la morale

Où l'avez-vous laissé

Où la chèvre est liée

Où pouvons-nous le rencontrer

Où s'adressent tes pas

Où vous ne serez point

O fidalgo aprendiz

O ter quatuorque beatum

Obligés au secret

Obscénité

Observations sur une comédie de Molière intitulée Le Festin de Pierre

Occidendi impune

Offenser grand-mère

Offrir de l'eau bénite

Oh, laquais, laquais

Oh, oh, je n'y prenais pas garde

Oiseaux amoureux

Olibrius, l'occiseur d'innocents

Olympe qui a été une débauchée

Ombres d'indécence

Omne viro

On court au-devant du souhait des gens

On en parle

On en redoute toutes les douceurs

On est dupé par leurs dextérités

On est toujours bien aise d'être aimée

On la tenait morte

On les fait valoir

On loue aujourd'hui tout le monde

On me trouve bien faite

On me viendra couper la gorge

On n'acquiert point leurs coeurs sans de grandes avances

On n'en peut pas dire de bien

On n'y dure point, on n'y tient pas

On ne doit point songer à garder aucunes mesures

On ne montre jamais tout ce que l'on ressent

On ne peut faire rien

On ne peut m'ôter le bien

On ne prendra pas votre avis là-dessus

On ne souffre point la raillerie

On ne voit pas les coeurs

On nous fait tant de peur

On parle toujours bien

On peut, par tous pays, être content de soi

On présente l'Alcoran

On sait tout chez moi hors ce qu'il faut savoir

On se meurt de plaisir

On se moque de mes ordonnances

On se tue

On trouve des accommodements

On verra, quand je me marierai

On verra dans peu nos règlements

On vous demande en mariage

Opéra de Lully et de Thomas Corneille, 1678

Opinions de nos anciens

Or potable

Oranges, citrons doux et confitures

Ordonnance de l'Archevêque de Paris

Ordres d'architecture

Ordures

Ornements gothiques

Oronte

Otez-moi mes coiffes

Oui, cela est biau

Ous estes Monsieu

Ovide

Pécher en silence

Pénée

Paissez, chères brebis

Palémon, Dieu des eaux

Paladin

Palais d'Angélie

Palais pompeux et brillant

Palsangué

Pan

Panégyrique de l'Ecole des femmes

Pancrace

Pandolphe

Pandolphe qui revient

Pantomimes

Papa

Par belle malice

Par cet écrit

Par contrainte

Par de pareils objets les âmes sont blessées

Par douaire

Par l'oreille

Par la force

Par le concubinage

Par le sang bleu

Par leur nom

Par mon chef

Par où il se démange

Par son seul respect

Par un enlèvement

Par un juste choix

Par une nuit si noire

Parce que le nombre...

Pardonne-lui

Pardonner l'offense

Parfaite créature

Parfaite curation d'icelle

Parle, afin qu'on te connaisse

Parler à des visages

Parler à l'oreille

Parler de gens extravagants

Parler peu

Parlons à coeur ouvert

Parlons à votre femme

Parmi le monde

Parties d'apothicaire

Parures du diable

Pas besoin de lumière

Pas d'autres remèdes

Pas encore un jour

Pas moyen de vous rencontrer

Pas un morceau de pain

Pas un mot qui de soi ne soit fort honnête

Passable

Passez de l'autre côté

Pastor fido

Patience, mon coeur

Paul Scarron

Pauvre hère

Pauvre honteuse

Pauvre petit bouchon

Pauvre pisseuse

Pauvretés

Payer les violons pour faire danser les autres

Payer ses créanciers

Pecques provinciales

Peignant votre perruque

Peindre d'après nature

Peindre les moeurs

Penards chagrins

Pendable après les avoir faits

Per omnia saecula saeculorum

Per totam terram

Perfide amant

Pernicieux amusements des esprits oisifs

Perroquet

Personnel des intermèdes

Peste soit des hommes

Peste soit du gros boeuf

Petit opéra impromptu

Petit papa mignon

Petit serpent

Petite scène d'un dépit amoureux

Petits corps

Peut-être ce Palais n'est qu'un enchantement

Peut-on y tenir

Philinte

Philis

Phormion

Pic, repic et capot

Pied plat

Pierre Corneille

Pierre Corneille, Remerciement au roi

Pierrot

Pire eau que l'eau qui dort

Pisque batifoler y a

Plainte en musique

Plaisant animal

Planter

Plaute

Pleine fidélité

Pleins d'un ridicule

Pliant

Plus... plus...

Plus beau que tout ce qu'a jamais fait Homère

Plus d'esprit qu'il n'est gros

Plus de mille madrigaux

Plus il est jaloux, plus nous devons l'aimer

Plus l'obstacle est puissant

Plus on aime quelqu'un, moins il faut qu'on le flatte

Plus qu'il ne le veut lui-même

Plus qu'on ne veut trouver

Plus qu'un moment

Plus rien à souhaiter

Plusieurs vases d'orangers

Plutôt que d'épouser un tel mari

Plutôt que de pencher vers un second amour

Point au théâtre à parler de ces matières

Point d'homme qui soit moins malade que vous

Point de lunettes

Point de mots assez grands

Point de secours

Poires molles

Polichinelle

Polyandre

Polydore

Polygamie

Pommes en Normandie

Pompeux galimatias

Portions cordales

Portrait achevé

Portraits de nos pensées

Posséder par un autre un coeur qu'on a manqué

Potage de perdrix aux choux verts

Pouponne

Pour être gentilhomme

Pour être jouées

Pour Monsieur de ..., à Mademoiselle de ...

Pour chose véritable un objet décevant

Pour devenir un jour nos tyrans

Pour l'amour de l'humanité

Pour l'amuser

Pour l'image

Pour la beauté du fait, avoir perdu ma cause

Pour la chasse ordonnée

Pour la gloire et pour la réputation

Pour la maladie à venir

Pour le bien du prochain

Pour le moins font-ils foi d'une âme bien atteinte

Pour le péché d'autrui

Pour les mieux braver tous

Pour louer ses vers, je suis son serviteur

Pour me quereller

Pour ne point manquer à la civilité

Pour qui les édits n'ont point fait de défense

Pour qui me prends-tu

Pour se bien conduire en ces difficultés

Pour son honneur

Pour tout potage

Pour un amant aimé

Pour venir au fait

Pour vous régaler

Pourceau d'Epicure

Pourceaugnac, en femme

Pourquoi il ne fait point jour la nuit

Pourquoi ne m'aimer pas

Pourquoi subtiliser

Pourquoi toujours des bergers

Pourrai-je à mon tour parler en liberté

Pourvu qu'à la personne on ne s'attaque pas

Pousser le doux, le tendre et le passionné

Pousser le perfide à bout

Pousser les beaux sentiments

Pousser votre pointe

Pousseuses de tendresse et de beaux sentiments

Poussez votre bidet

Pouvoirs de la magie

Pouvre point troufair

Préceptes de la santé

Prêchent la retraite au milieu de la cour

Prêchez, patrocinez

Prît un peu l'air

Prend droit de nous charmer

Prevenido engañado

Prier Dieu, m'aimer, coudre et filer

Prier le Ciel tout le jour

Princesse d'Elide

Principes des choses naturelles

Procédé irrégulier

Profitons de la leçon

Prologue du Favori

Prompts à dégainer

Prompts transports

Propre à songer à une femme

Prud'homie

Prude

Prudence des serpents

Psyché

Publiquement confirmer

Pugnis et calcibus

Puis-je empêcher les gens de me trouver aimable

Puisqu'il le faut, je jure

Puissance paternelle

Pulcinella burlato

Pulcinella pazzo per forza

Purésie

Qu'ai-je de plus qu'eux tous

Qu'aux discours des muguets elle ferme l'oreille

Qu'elle se saignât pour une occasion comme celle-ci

Qu'est-ce que dans le monde on ne corrompt point tous les jours

Qu'ils s'accordent ou se gourment

Qu'on aille dire que je n'y suis pas

Qu'on court de risque à les peindre

Qu'on lui donne du vin

Qu'on me coupe une oreille

Qu'on tienne bien ma queue

Qu’est-ce qu’elle chante

Quand il faudra changer sa manière de vie

Quand je l'aurai un peu usé

Quand je le fis, j'étais si jeune

Quand je ne serai plus Sosie

Quand je ne vous vois point

Quand je vois vivre entre eux les hommes

Quand on aime les gens

Quand tu me donnerais

Quand tu serais démon

Quantité de pain trempé dans du vin

Quasi mortis imago

Quatrains de Pibrac

Quatrains de la Confrérie de l'Esclavage

Quatre-vingt-dix ans

Quatre médecins

Que diable allait-il faire dans cette galère

Que dites-vous de ce jeune prince

Que dois-je, après tout, à leur magnificence

Que facilement on se laisse persuader

Que je ne pusse inonder

Que je sois quelque chose

Que je tombe à vos pieds d'un éclat de tonnerre

Que le Ciel...

Que les honteux qui perdent

Que les poules...

Que les soudains retours de son âme inégale

Que m'importe

Que mon moineau ne sorte

Que ne laisse-t-il en repos les chrétiens

Que ne veut-on aussi me marier

Que nous servira d'avoir du bien

Que puis-je résoudre à voir cet homme mort

Que ton zèle s'exprime

Que veut cette femme-là

Que visiteraient marquis et beaux esprits

Que voulez-vous dire avec votre Mamamouchi

Que vouliez-vous qu'il fît

Quel Arabe est-ce là

Quel abominable maître me vois-je obligé de servir

Quel affront nous fait le transport d'un jaloux

Quel est le cabaret

Quel est le superbe édifice que je vois entre les arbres

Quel heureux sort en ce lieu vous amène

Quel peut être son crime

Quel solécisme horrible

Quelle atteinte cruelle

Quelle belle famille

Quelle bizarrerie

Quelle en est la délicatesse

Quelle figure

Quelle joie ce peut être

Quelle ligne de vie

Quelle perte est-ce que la sienne

Quelle réponse t'a-t-on faite

Quelle rencontre

Quelles vapeurs m'offusquent le cerveau

Quelque Ferragu

Quelque assassinat de ma franchise

Quelque aumône

Quelque bonne école

Quelque chose dans la tête

Quelque habile homme

Quelque mal...

Quelque moineau qu'il a pris fraîchement

Quelque renaissante trace

Quelque vol de mon coeur

Quelques-uns qui l'ont traitée plus doucement

Quelques coups de poing

Quelques dehors civils, que l'usage demande

Questions d'amour

Queuque gniais

Qui, pour vous, sollicite

Qui déclare la guerre au conjugal lien

Qui dans le cœur d'un roi montrent de la faiblesse

Qui de mes propres traits m'était blessé pour vous

Qui est plus criminel

Qui frappe

Qui frappe en maître où je suis

Qui joueront et donneront cadeaux

Qui l'emportera, de ce diable ou de nous

Qui m'attache à tous vos intérêts

Qui n'aiment point de grands enfants

Qui ne demande rien d'enfant

Qui ne veut pas qu'un gentilhomme sache rien faire

Qui ne veut pas que sa femme soit muette

Qui peut frapper de cette sorte

Qui pourrait-ce être que moi

Qui quienne

Qui rit d'autrui

Qui se sent morveux, qu'il se mouche

Qui se termine en es

Qui souffrent doucement l'approche des galants

Qui terre a guerre a

Quiconque remuera, je l'assomme

Quinte majeure

Quinze fois saigné

Quittancer le contrat

Quitter la partie

Quoiqu'on die

Quolibets d'amour

Récit de l'Aurore

Récit de l'histoire du Tartuffe dans l'édition des Oeuvres de 1682

Récit en prose et en vers de la farce des Précieuses

Récits de bataille

Répondre, comme on peut, à ses empressements

Réponds mot pour mot

Réponse à la Gloire du Val-de-Grâce de M. de Molière

Réponse aux observations touchant Le Festin de Pierre de M. de Molière

Révérence

Révérence parler

Rôles chantés de Molière

Rôti, bouilli

Racine, Lettre aux deux apologistes de l'auteur des Hérésies imaginaires

Railler nos maximes

Raisonnable

Raisonner est l'emploi de toute ma maison

Rarement passent pour gens de bien

Rasé

Rationem loci

Ravi de lui nuire

Ravissements

Receptio publica

Recevant un coup d'Alain

Receveur des tailles

Redoutez tout

Regards souverains

Registre de Lagrange

Rejeter le potage

Relâchez-vous un peu des droits de la naissance

Relation de la fête de Versailles

Relation des divertissements que le Roi a donnés aux Reines dans le parc de Versailles

Relation des magnificences faites par M. Fouquet à Vaux-le-Vicomte

Remède spécifique

Remèdes salutaires

Remediis aucunis

Remerciement au roi

Remuer une bile

Rencontre fâcheuse

Rendre grâce au Ciel qui fait tout pour le mieux

Renfort de potage

Renverse le bon droit et tourne la justice

Renversement de toute la nature

Repas friands qu'on donne à mon oreille

Reprend les défauts des hommes

Ressouvenez-vous bien

Retardiez la naissance du jour

Retenir la bride

Retirez-vous

Rhapsodie

Ri selon les règles

Ridicule en de certaines choses, et honnête homme en d'autres

Ridicules

Rien d'égal à cette perfidie

Rien d'égal au tabac

Rien de si beau que leur sage

Rien de si noir que cette perfidie

Rien moins qu'une consolation

Rien ne peut l'arrêter

Rien qu'hypocrisie

Rien qui ne soit si utile que la musique

Robinet, La Muse royale, 1er janvier 1660

Robinet, Lettre du 17 décembre 1672

Robinet, Lettre du 18 février 1673

Robinet, Lettre du 19 janvier 1671

Robinet, Lettre du 1er août 1671

Robinet, Lettre du 24 janvier 1671

Robinet, Lettre du 25 février 1673

Robinet, Lettre du 25 juillet 1671

Robinet, Lettre du 26 novembre 1672

Robinet, Lettre du 3 octobre 1671

Robinet, Lettre en vers à Madame du 10 août 1669

Robinet, Lettre en vers à Madame du 10 novembre 1668

Robinet, Lettre en vers à Madame du 11 février 1668

Robinet, Lettre en vers à Madame du 12 décembre 1666

Robinet, Lettre en vers à Madame du 12 juin 1666

Robinet, Lettre en vers à Madame du 12 juin 1667

Robinet, Lettre en vers à Madame du 12 octobre 1669

Robinet, Lettre en vers à Madame du 13 février 1667

Robinet, Lettre en vers à Madame du 14 janvier 1668

Robinet, Lettre en vers à Madame du 15 août 1666

Robinet, Lettre en vers à Madame du 15 février 1670

Robinet, Lettre en vers à Madame du 15 septembre 1668

Robinet, Lettre en vers à Madame du 16 novembre 1669

Robinet, Lettre en vers à Madame du 17 mars 1668

Robinet, Lettre en vers à Madame du 17 novembre 1668

Robinet, Lettre en vers à Madame du 18 août 1668

Robinet, Lettre en vers à Madame du 19 juin 1667

Robinet, Lettre en vers à Madame du 1er mars 1670

Robinet, Lettre en vers à Madame du 20 février 1667

Robinet, Lettre en vers à Madame du 20 septembre 1665

Robinet, Lettre en vers à Madame du 20 septembre 1670

Robinet, Lettre en vers à Madame du 21 décembre 1669

Robinet, Lettre en vers à Madame du 21 janvier 1668

Robinet, Lettre en vers à Madame du 21 juillet 1668

Robinet, Lettre en vers à Madame du 21 juin 1665

Robinet, Lettre en vers à Madame du 22 décembre 1668

Robinet, Lettre en vers à Madame du 22 février 1670

Robinet, Lettre en vers à Madame du 22 juin 1669

Robinet, Lettre en vers à Madame du 22 mars 1670

Robinet, Lettre en vers à Madame du 22 septembre 1668

Robinet, Lettre en vers à Madame du 23 février 1669

Robinet, Lettre en vers à Madame du 23 janvier 1667

Robinet, Lettre en vers à Madame du 23 novembre 1669

Robinet, Lettre en vers à Madame du 24 mars 1668

Robinet, Lettre en vers à Madame du 26 décembre 1666

Robinet, Lettre en vers à Madame du 27 février 1667

Robinet, Lettre en vers à Madame du 29 septembre 1668

Robinet, Lettre en vers à Madame du 2 janvier 1667

Robinet, Lettre en vers à Madame du 2 mars 1669

Robinet, Lettre en vers à Madame du 2 novembre 1669

Robinet, Lettre en vers à Madame du 30 janvier 1667

Robinet, Lettre en vers à Madame du 31 août 1669

Robinet, Lettre en vers à Madame du 31 mai 1670

Robinet, Lettre en vers à Madame du 3 mai 1670

Robinet, Lettre en vers à Madame du 3 mars 1668

Robinet, Lettre en vers à Madame du 4 janvier 1670

Robinet, Lettre en vers à Madame du 5 décembre 1666

Robinet, Lettre en vers à Madame du 5 octobre 1669

Robinet, Lettre en vers à Madame du 6 août 1667

Robinet, Lettre en vers à Madame du 6 avril 1669

Robinet, Lettre en vers à Madame du 7 décembre 1669

Robinet, Lettre en vers à Madame du 8 février 1670

Robinet, Lettre en vers à Madame du 8 novembre 1665

Robinet, Lettre en vers à Madame du 8 octobre 1667

Robinet, Lettre en vers à Madame du 9 août 1665

Robinet, Lettre en vers à Madame du 9 février 1669

Robinet, Lettre en vers à Madame du 9 janvier 1667

Robinet, Lettre en vers à Madame du 9 mars 1669

Robinet, Lettre en vers à Monsieur du 20 septembre 1670

Rochers, ne soyez point fâchés

Rochers affreux

Rodogune

Roman bourgeois

Rompre, de ce coeur, l'attachement terrible

Rompre en visière à tout le genre humain

Rompre ensemble tout commerce

Rompre la paille

Rosier fleuri

Rotrou

Roué tout vif

Roulements d'yeux

Rubans

Rude à pauvres gens

Rude joueuse

S'émancipent

S'avise de courir maintenant les rues

S'embrassant l'un l'autre

S'est commise à ma foi

S'il est volage

S'il n'était dans la bouteille

S'il ne tient qu'à battre

S'il s'en écarte quelqu'une

Sécher même les draps me semblait ridicule

Séparé nos relais

Séparant le bon d'avec son apparence

Sûr de tuer son homme

SGANARELLE entre armé

Sa bonté

Sa grâce est la plus forte

Sa naturelle paresse à soutenir la conversation

Sa perte est résolue

Sable mouvant

Sacrifier gloire et réputation

Sage avec sobriété

Sage gouverneur de famille

Sage que par contrainte

Salit à tous moments l'imagination

Salué de tous ceux du village

Saluer par leur nom

Salvus sis

Sans consulter mes sentiments

Sans devenir ennemis

Sans dot

Sans employer la langue, il est des interprètes

Sans injustice

Sans l'ordonnance du médecin

Sans le congé de ceux qui vous ont donné l'être

Sans le consentement de ceux dont nous tenons le jour

Sans le secours d'Horace et d'Aristote

Sans le secours de ces messieurs

Sans leur dire gare elle abat les humains

Sans mentir

Sans qu'elle apporte quelque chose

Sans retour

Sans s'y connaître

Sans se tenir encor malpropre

Sans trompette

Sans vous reconduire

Satire IX d'Horace, traduite par Michel de Marolles

Satire première

Satyre

Savantes

Savoir ce que c'est d'être honnête

Savoir l'avenir

Savoir que vous êtes aimé

Savoir s'il faut qu'un amant soit jaloux

Scévole

Scandaliser son prochain

Scaramouche

Scenario de Parme

Sceptres offerts

Scribendo sequare peritos

Sdegno e pace

Se barbouiller de grec et de latin

Se dispenseront de se soumettre aux vôtres

Se faire à leur badinage

Se jeter bien à propos sur elle

Se laisser prendre aux choses

Se levant de même

Se mêlent de beaucoup d'autres choses

Se mêler de bien vivre

Se résoudre à confesser qu'il aime

Seconde Chanson à boire

Secondez-moi bien tous

Secrète mélancolie

Seigneur Albert

Seigneur Corneillius

Seigneur La Grange

Seigneur suisse

Serrez ma haire

Sertorius

Ses contrôles perpétuels

Ses grands canons

Ses larmes ont réveillé en moi

Ses mouvements qui font toute ma peine

Ses plus célèbres philosophes

Ses plus grands hommes

Ses regards et ses actions

Ses yeux se sont tournés

Sganarelle

Sganarelle, le Ciel

Si d'un peu d'amitié... si tu seras sensible

Si je le puis faire en conscience

Si je vous faisais voir

Si la grande règle de toutes les règles n'est pas de plaire

Si le remords le pouvait prendre

Si les choses me touchent

Si mon cœur encor revoulait sa prison

Si peu de prudence

Si pour moi votre bouche avait parlé sans feinte

Si se rompt

Si tout cela s'est bâti de lui-même

Si tu fais la moindre instance

Si vous n'abrégez ce récit

Sied bien à vos pareils

Signes pathognomoniques

Signons une trêve

Silène

Six chemises et six coiffes

Six dryades

Six mois dans le ventre

Six voltigeurs

Socrate recommandait

Sois complaisante aux civilités qu'on te rend

Soit fait

Soldats invulnérables

Solitude/inquiétude

Solitude effroyable

Sommes-nous chez les Turcs pour renfermer les femmes

Son être réel ou intentionnel

Son chapitre des chapeaux

Son habit négligé

Son origine de la religion

Son seigneur et son maître

Songeons à manger

Songes sont mensonges

Sonnet à la princesse Uranie sur sa fièvre

Sonnet de Pinchesne

Sonnet de consolation de l'abbé d'Aubignac

Sorbet

Sortirai-je de la pudeur du sexe

Sotenville

Sotte bête

Sotte condition

Souffrez que ces demeures sombres

Souffrir cette lâcheté

Souffrir l'ignominie

Souffrir sans éclat

Souillures

Soumis aux volontés de celle qu'on aime

Soupçonner mon amour de faiblesse

Source de tous les biens inépuisable et pure

Sous des déguisements de diverses natures

Sous le nom d'autrui

Sous le nom d'un berger

Sous le nom du mari de Madame

Sous quel sort mon astre m'a fait naître

Sous sa conduite

Soutenir avec fermeté l'abord de votre père

Soyez en repos

Spectacles de turpitude

Stances sur l'Ecole des femmes

Stefano Baldini, Relazione del viaggio fatto dall’ill.mo Sig. Card.e Chigi

Stelle

Suavité

Subligny, La Muse Dauphine à Monseigneur le Dauphin du 17 février 1667

Subligny, La Muse Dauphine à Monseigneur le Dauphin du 24 février 1667

Subligny, La Muse de la Cour à Madame du 28 novembre 1666

Subligny, La Muse de la Cour à Madame du 31 octobre 1666

Subligny, La Muse de la Cour à Monseigneur le Dauphin du 17 juin 1666

Subligny, La Muse de la Cour à Monseigneur le Dauphin du 18 novembre 1666

Subligny, La Muse de la Cour à Monseigneur le Dauphin du 26 août 1666

Subligny, La Muse de la Cour à Monseigneur le Dauphin du 9 décembre 1666

Subligny, La Muse de la Cour à Monseigneur le Duc de Valois du 29 novembre 1665

Substance étendue

Suis-je pour la chasser sans cause légitime

Suisse

Suivre ce que l'usage y fait de changement

Suivre cette route

Sujet de la pièce, contenu dans l'édition Pépinglé de 1668

Superbe en bâtiments

Suppositi

Sur la raison et sur le bel usage

Sur le devant

Sur le pied

Sur le retour de l'âge

Sur le théâtre

Sur ma mère il a grande puissance

Sur quoi en étiez-vous

Sur un carrosse de couleur amarante

Surprenants bienfaits

Surprise et épouvantée

Suspend mon jugement

Syllabes déshonnêtes

Tâchons de nous résoudre

Témoignage de mon amour

Témoigner l'amitié

Térence

Tête de barbe

Têtebleu

Ta, ra, ta, ta

Ta foi me cautionne

Tabarin

Tache d'huile

Taisez-vous, ma bonté

Tan largo me lo fiais

Tant bâiller, tant se frotter les yeux

Tant d'ajustement

Tant de Philis, d'Iris, d'Amarantes

Tant de beurre pour faire un quarteron

Tant de folles

Tant mieux

Tant pis

Tant que dans celui-ci l'on peut être de mise

Tant va la cruche à l'eau

Tarte à la crème

Tartuffe

Tayaut, tayaut, tayaut

Te voilà mal ajusté

Tendre amitié

Tendrement je vous embrassai

Tendresse extrême

Tenir des mains de mon amour

Tenir son coin

Termes de piété

Test

Testiguenne

Texte français de l'Amphitruo de Marolles

Texte français de l'Aululaire de Marolles

Texte français du Phormion de Marolles

Texte latin de l'Amphitruo de Marolles

Texte latin de l'Aululaire de Marolles

Texte latin du Phormion de Marolles

Textes du XVIIe siècle en version intégrale

Théophraste et Artémius

Thomas Corneille

Tièdes galants

Tigresse

Tirade de docteur

Toi, mon maître

Ton avis est intéressé

Toucher

Toucher au doigt

Toucher l'oreille

Touchez à Monsieur

Toujours des marquis

Toujours notre coeur est en notre pouvoir

Tourbillons

Tourner du bon côté

Tourner en raillerie ce que les hommes révèrent

Tous ces caquets

Tous ces compliments sont choses inutiles

Tous ces méchants écrits

Tous ces savantas qui ne sont bons à rien

Tous ces soupirs chez vous sont choses vaines

Tous les déguisements

Tous les grands hommes ont toujours du caprice

Tous les maux

Tous les vices à la mode passent pour vertus

Tous trois le chargent de coups

Tout beau, charmante Nuit

Tout ce ménage-ci

Tout ce qu'il vous plaira

Tout ce que je vois d'aimable

Tout ce que ses yeux vous promettent

Tout cela est fort nécessaire

Tout cela n'est encore rien

Tout du premier coup

Tout ebobi de voir ça

Tout est fini pour moi

Tout est renversé aujourd'hui

Tout le monde a couru en foule

Tout le monde a recours aux médecins

Tout le monde s'est trompé

Tout le plaisir de l'amour est dans le changement

Tout transporté et ne pouvant parler

Toute âme est libre à nommer son vainqueur

Toute chose conspire

Toute flamme soit morte

Toute l'affaire exécutée

Toute la mine

Toute la parenté

Toute la terre reconnaît sa puissance

Toute leur personne marque cela

Toute seule

Toutes ces gardes-là sont visions de fous

Toutes ces ordures

Toutes ces raisons de douces sympathies

Toutes les apparences du monde

Toutes les belles ont droit de nous charmer

Toutes les hardes

Toutes les serrures et les verrous du monde

Toutes les tendres manières

Toutes vos compagnies

Trêve aux cérémonies

Traînés dans les ruisseaux des halles

Traité de la jalousie

Traitable

Trajet

Tranchez le mot

Transformer tout en or

Transpercé la bedaine

Trapule di Covello overo Il finto pazzo

Trembler pour ce qu'il aime

Trente ans des yeux et des oreilles

Trente croquignoles ou douze coups de bâton

Trente sols

Tribouiller le coeur

Tribulations

Tricoter quelque bas par plaisir

Trivelin

Trois espèces de mélancolie

Trois et deux font cinq

Trois miracles de l'art

Trois opérations de l'esprit

Trois ou quatre choses que je vais vous dire

Trop d'une négative

Trotter comme un Basque

Troué par derrière

Trouble votre entretien

Trouvé mon fait

Trouver tout en moi

Trufaldin

Trufaldino medico volante

Tué une puce

Tu fuis quand on m'attaque

Tu manges tout mon bien

Tu n'y as point touché

Tu seras bien fine

Tudieu

Turlupinade

Tuteur

Tyrène

Un écho

Un éclaircissement

Un élève du maître de musique

Un Dieu vous soit en aide, alors qu'on éternue

Un Plutarque à mettre mes rabats

Un admirable moyen d'avancer ses affaires

Un affront si sensible

Un air doux

Un air pour une sérénade

Un air qui est passionné

Un amant plairait fort à la dame

Un amas de crimes

Un amour si grondeur

Un art d'empoisonner les hommes

Un art ou une science

Un attentat sur ses lumières

Un avis que par vous je veux donner au roi

Un barbare l'aurait aimée

Un beau manteau de tout ce qu'on révère

Un bel emploi

Un bon témoignage

Un cœur ne pèse rien

Un certain animal

Un certain grec dit

Un chacun est chaussé de son opinion

Un chagrin qui n'a nul fondement

Un champignon

Un chapitre à durer jusques au soir

Un chapitre d'Aristote

Un charme à calmer toute notre colère

Un choix à faire condamner

Un cochon de lait

Un coeur ne peut jamais outrager quand il aime

Un coeur préoccupé résiste puissamment

Un coeur qui soit de pierre

Un combat furieux

Un combat seul à seul

Un compliment bien impertinent

Un concert de musique chez soi

Un coupable aimé triomphe à nos genoux

Un de ces braves de profession

Un des vaillants hommes du siècle

Un docteur dit fort bien

Un docteur qui sait lire et écrire

Un dragon surveillant

Un duel met les gens en mauvaise posture

Un emplâtre

Un enchanteur, qui porte un caractère

Un endroit que je ne veux pas dire

Un enfant tout nouveau-né

Un enfer pour tous deux

Un enragé, un chien

Un faux-fuyant

Un faux éclat

Un feu invisible me brûle

Un feu pur

Un fils qui se marie sans le consentement de son père

Un fort beau caractère

Un garçon qui n'a point de méchanceté

Un grès que sa main a jeté

Un grand bruit et de grands éclairs

Un grand coup d'épée

Un grand jeu de théâtre

Un grand seigneur méchant homme

Un grand verre d'eau claire

Un habillement que j'ai pris pour la pluie

Un habit jaune et vert

Un homme attaqué par trois autres

Un homme d'une grande prévention

Un homme est de chair

Un homme expéditif

Un homme qui croit à ses règles

Un homme qui veut se mêler d'en guérir un autre

Un homme sage

Un homme vient là de me rompre en visière

Un hymen

Un je ne sais quel feu que je ne connais pas

Un jeune homme conçut pour moi de l'amour

Un jeune homme qui a besoin d'argent

Un joug si précieux

Un laquais ôte les assiettes

Un licou pour te pendre

Un médecin de dehors

Un mal d'opinion

Un malheur ne vient jamais sans l'autre

Un malheureux pécheur

Un mari, un mari, un mari

Un mari et un galant

Un marteau de tailleur de pierre

Un moment a dissipé toutes ces résolutions

Un monde près de nous a passé

Un monstre dans la nature

Un mot pour qui il a tant d'aversion

Un mouchoir dans une Fleur des saints

Un mystère sacré

Un nuage de coups de bâton

Un oracle jamais n'est sans obscurité

Un original fait comme celui-là

Un péché mortel

Un paisible commerce

Un pareil entretien

Un parleur étrange

Un partage avec Jupiter

Un patron jeune et fort amoureux

Un personnage dont j'ai besoin

Un petit clystère

Un petit commerce de visites et de divertissements

Un petit tour à mon argent

Un peu plus de ce côté-là

Un peu plus incertain

Un peu plus sincère qu'il ne faut

Un peu trop au rapport de tes sens

Un peu trop sauvage

Un plaisir extrême à pouvoir troubler leur intelligence

Un poème en forme d'acrostiche

Un poème ingénieux

Un poco di tabac

Un point d'honneur

Un point de Venise et des plumes

Un portrait qui soit moi

Un premier coup d'oeil allume en nous les flammes

Un prince dont les yeux se font jour dans les coeurs

Un quart d'heure à le faire

Un récit qu'il faut que je te fasse

Un roman serait bientôt fini

Un sanglier hideux

Un second père

Un secret plaisir de s'en ouïr conter

Un sens criminel aux plus innocentes paroles

Un siège au frais ici

Un si bon naturel

Un si cruel martyre

Un si grand enfant

Un sort abattu

Un sot qui ne dit mot

Un sot savant

Un spectre

Un syllogisme in balordo

Un tel péché

Un terme bas et populaire

Un ton de voix languissant et niais

Un ton un peu trop haut

Un torrent fameux

Un tour spirituel et galant

Un valet bouffon

Un voile plus honnête

Une étrange affaire

Une étrange partie/Qu'au piquet je perdis hier

Une action pareille à celle-là

Une action qui confonde l'envie

Une affaire d'Etat

Une amour grossière

Une autre fois ne soyez point si prompt

Une aversion horrible pour le jeu

Une barbare, pernicieuse et détestable orthographe

Une belle tenture de tapisserie

Une bonne invention pour différer le mariage

Une bonne physionomie

Une boutique d'apothicaire

Une cérémonie burlesque

Une cérémonie magique de chantres et danseurs

Une certaine grande dignité de son pays

Une chose que tous les siècles ont révérée

Une chose qui m'étonne

Une condition à ne lui point faire de tort

Une conséquence bien plus dangereuse

Une conversation avec ces arbres et ces rochers

Une coupable aimée est bientôt innocente

Une digne matière

Une erreur qui donne du pain

Une espèce d'amour

Une espèce d'homme à qui l'on fera croire ce que l'on voudra

Une estime ainsi prostituée

Une femme est pire qu'un démon

Une femme qu'on garde est gagnée à demi

Une femme qui te fera beaucoup d'amis

Une femme se rit de sottises pareilles

Une fille si spirituelle que moi

Une foi mutuelle

Une furieuse aversion

Une furieuse dépense en esprit

Une grâce touchante

Une grande nouvelle

Une grande thèse roulée

Une grande vertu pour la correction

Une histoire à plaisir

Une honte horrible à de telles faiblesses

Une honteuse dissipation du bien

Une indigne tendresse

Une insolence à nulle autre pareille

Une invocation burlesque

Une irruption sur notre friperie

Une jeune fille fondante en larmes

Une juste colère

Une laide bien sotte

Une leçon bien parlante

Une lune toute entière

Une mère a une entière puissance

Une méchante vie amène une méchante mort

Une mélancolie la plus sombre du monde

Une manière de stratagème

Une mule admirable

Une naissance plus illustre

Une oreille un peu délicate

Une paix profonde

Une parole d'un ancien

Une personne de qualité

Une personne qui me serve de guide

Une personne qui ne devait pas être faite comme les autres

Une petite bouche

Une pleine rémission

Une propreté fort simple

Une qualité que j'aime en un monarque

Une question galante qui exerce les esprits de l'assemblée

Une sauce excellente

Une scène de gestes

Une serge honnête

Une seringue à la main

Une seule femme

Une si belle femme

Une soucoupe

Une surprise adroite

Une table remplie de trop de viandes

Une telle conversion

Une tendresse qui vous toucherait l'âme

Une troupe de personnes affligées y viennent déplorer sa disgrâce.

Une vérité incontestable

Une vaste campagne

Une vertu sympathique

Une vie déshonnête

Une vieille chanson

Une vieille m'aborde

Véritable bête brute

Véritablement touchés

Vain compliment

Valère

Vapeurs de rate

Vaugelas

Vautours affamés de carnage

Vecchio avaro

Venez nous donner de beaux jours

Ver de terre

Vers aisés

Vertigo

Vertu de ma vie

Veut qu'on soit tout à lui

Veux-tu parler

Vices unis à l'humaine nature

Vicomtesse de la Basse-Bretagne

Vider d'ici

Vie de Malherbe

Viennent toujours me tendre un piège

Vil complaisant

Vindicatifs, sans foi, pleins d'artifices

Virtus dormitiva

Virtutem primam

Visions de noblesse et de galanterie

Vivez, belle princesse, et vivez pour un autre

Vivre sans aimer n'est pas proprement vivre

Voici bien du haut style

Voici l'auteur, Monsieur Lysidas

Voici quelque souffleur

Voici un homme

Voici votre portrait

Voilà Monsieur votre père

Voilà Sganarelle qui sait pourquoi je suis parti

Voilà comme il faut faire

Voilà de mes esprits forts

Voilà de mes religieuses

Voilà de mon étoffe

Voilà encore de vos âneries

Voilà le meilleur de mes amis

Voilà le souper

Voilà mon bonheur hors d'atteinte

Voilà qui est admirable

Voilà un illustre

Voilà une aventure

Voilà votre compliment fait

Voilà votre marchand

Voir Jupiter taureau

Voir au temple la personne dont il devient amoureux

Voir cajoler sa femme et n'en témoigner rien

Vos beaux yeux

Vos célestes appas

Vos chevaux

Vos coiffes sont faites

Vos doutes rencontraient des garants assurés

Vos madrigaux

Vos ris complaisants

Vos yeux ont fait ce coup fatal

Votre Argus dupé

Votre belle vie

Votre chaleur, pour lui, tombe en vous séparant

Votre coeur avait eu la bonté de s'expliquer en ma faveur

Votre complaisance

Votre fille en aura besoin

Votre galanterie, et les bruits qu'elle excite

Votre honneur ne court point de hasard

Votre maladie

Votre marotte

Votre nourriture

Votre père ait engrossé votre mère

Votre petit chien Brusquet

Votre religion est donc l'arithmétique

Votre style sauvage

Votre unique entretien

Voulez-vous que je fasse des serments épouvantables

Vouloir se mêler de corriger le monde

Vous êtes amoureux

Vous êtes belle comme un petit ange

Vous êtes bien solitaire

Vous êtes dépensière

Vous êtes le maître

Vous êtes pour le bémol

Vous êtes veuve

Vous appuyez un peu trop sur l'argent

Vous avez cru faire un jeu

Vous avez grâce à tousser

Vous avez le goût bon

Vous avez tort de défendre ce 'le'

Vous avez tout crédit

Vous avez trop d'amants

Vous bannirez enfin ce monstre affreux

Vous claquemurer aux choses du ménage

Vous combattrez les choses que je veux

Vous contentant d'être Comtesse

Vous déhancher comme il faut

Vous demander sa grâce

Vous dites les choses avec une netteté admirable

Vous dresser des statues

Vous en avez menti

Vous en savez plus que moi

Vous faire dans le monde un nom de seigneurie

Vous faites sonner terriblement votre âge

Vous guérir

Vous l'avez bien stylée

Vous l'avez fait rire

Vous le haïssez tous

Vous me devez la naissance

Vous me faites pitié

Vous montrer un sonnet

Vous n'êtes point crevé de toutes les médecines

Vous n'en épargnez point

Vous ne chanteriez pas

Vous ne deviez pas me faire un coeur sensible

Vous ne devriez pas parler

Vous ne dites mot

Vous ne m'aurez de ma vie avec vous

Vous ne me donnez pas, Psyché, toute votre âme

Vous ne pousserez point les affaires à bout

Vous ne pouviez vous mieux adresser

Vous osez me soutenir

Vous parlez tout comme un livre

Vous parliez tantôt d'un autre style

Vous passerez les six-vingts

Vous peignant galamment

Vous pouvez parler haut

Vous reconnaître pour l'Amour

Vous redites tout comme je l'ai conté.

Vous rend chez vous barbare

Vous rendre sourd

Vous savez des rubriques

Vous sentirez quelque coup

Vous serez mon Mécène

Vous tourne en ridicule

Vous traiter du mieux qu'il sera possible

Vous veut toute à moi

Vous voir comme un géant grandir

Vous voir par un autre à mes yeux possédée

Vous voir tenir tout des mains de mon amour

Vous voulez quereller

Vous vous échauffez trop

Vous vous émancipez trop

Vous vous divertissez

Vous vous emportez

Vous vous imaginez cela

Vous vous moquez

Vous vous règlerez là-dessus

Vous y donnez, dans ces vices

Voyelles

Voyons un peu votre affaire

Vrai Sardanapale

Vulcain

Y a-t-il ici sûreté pour moi

Y a-t-il rien de plus agréable

Y mettre le nez

Zèle

Zélés indiscrets

Zélinde

Zéphire vole aux ordres qu'elle donne



Sommaire | Index | Accès rédacteurs